vendredi 31 juillet 2015

The Best Albums Ever: Top 20


My friends, our series of articles "Lester Bangers" aims at presenting music from a different perspective. After having profiled Lester Bangs, after having explained the importance of music criticism and after having criticized the "Press of the cool" through Jimmy Whispers, it was time to introduce a positive note to this series. So here we are with an article which features many Top 20 of the best LP of all time, from several musicians, label managers and critics.

When I spoke to each of them to solicit their participation, the response was unanimous: the making of such a list is impossible! But still, it includes a good deal of legendary bands... Some are totally ignored (no Nirvana, really?!), and in the end, we have more than 120 hours of music ahead...

*********

(dernier article avant les vacances d'été de Still in Rock, que je promets courtes)

La série d'articles Lester Bangers a vocation à présenter la musique sous un autre angle. Après avoir dressé le portrait de Lester Bangs, après avoir prêché notre chapelle en expliquant l'importance de la critique et après avoir dénoncé la "presse du cool" à travers Jimmy Whispers, il était temps d'introduire un peu de positif à cette série. 

Cet article a vocation à recenser différents TOP 20 des meilleurs albums de tous les temps. Still in Rock s'en est allé demander cette liste très personnelle à différentes personnes qui font la scène musicale d'aujourd'hui. Figurent ainsi les albums fétiches de plusieurs musiciens, directeurs de labels et critiques. Il présente en cela les multiples visages de ceux qui font l'actualité, ce pour quoi il mérite sa place dans notre série Lester Bangers.


Lorsque je me suis adressé à chacun d'entre eux afin de solliciter leur participation, la réaction fut unanime : faire un tel top 20, c'est impossible ! Tous me l'ont ainsi envoyé en me précisant qu'il ne s'agissait jamais que de leur Top actuel, et qu'il aurait probablement changé dans quelques mois. Certes. On y trouve tout de même la belle traduction de chacune de ses personnalités musicales, chacun ayant ses genres récurrents, ses groupes légendaires... Certains reviennent plus que les autres, d'autres sont ignorés (pas de Nirvana, vraiment ?!), et au final, c'est plus de 120 heures d'écoutes qui nous attendent...






**********


Thibault
(creator/writer of Still in Rock)

Van Morrison - Astral Week  (article)
Johnny Thunders - Hurt Me
  (article)
The Jimi Hendrix Experience - Are You Experienced?

Nick Drake - Five Leaves Left
  (article)
Modern Lovers - Modern Lovers
  (article)
Total Slacker - Slip Away
  (article)
Deerhunter - Monomania
  (article)
Tame Impala - Lonerism
  (article)
The White Stripes - The White Stripes

The Beach Boys - Pet Sounds



**********

Austin
(Still in Rock's critic)







Big Star - Third/Sister Lovers  (article)
The Stooges - Raw Power  (article)
My Bloody Valentine - Loveless
Buzzcocks - Operators Manual  (article)
Johnny Thunders - Hurt Me  (article)
Flamin' Groovies - Shake Some Action  (article)
Replacements - Let it Be
The Kinks - Arthur
The Beach Boys - Pet Sounds
Velvet Underground - White Light/ White Heat
Pavement - Crooked Rain, Crooked Rain  (article)
Sam Cooke - Live at the Harlem Square Club
Gang of Four - Entertainment!  (article)
The Fall - This Nation's Saving Grace
The Freshies - Sing The Girls From Banana Island
Solomon Burke - Rock'n'Soul
Monks - Black Monk Time
Ana y Jaime - Es Largo el Camino
Country Teasers - Satan is Real Again
The Seeds - A Web of Sound



**********


Wy Wy
(band: Wyatt Blair / Owner of Lolipop Records)





The Outfield - Play Deep
The Nerves - One Way Ticket  (article)
Shoes - Present Tense  (article)
Cyndi Lauper - She’s So Unusual
The Go - Howl On The Haunted Beat You Ride
  (article)
Conspiracy Of Owls - 
Conspiracy Of Owls 
Phil Seymour - 1 & 2
Dwight Twilley - Don’t Mind
  (article)
Nick Lowe - Pure Pop For Now People
  (article)
The Scientists - Last Night
Bananarama - Deep Sea Skiving
The Shivvers - 
The Shivvers
Little Joy - 
Little Joy
The Strokes - Is This It
October Country - 
October Country
Cattanooga Cats - Soundtrack
The Plimsouls - 
The Plimsouls 
Peach Kelli Pop - 1 & 2  (article)

Thee Makeout Party - Play Pretend
The Olivia Tremor Control - Dusk At Cubist Castle



**********


Jonathan
(band: Cardboard)



 


Flying Burrito Brothers - Guilded Palace of Sin  (article)
Weezer - Pinkerton  (article)
Bob Dylan - Bringing it all Back Home
The Beatles - Abbey Road
Neil Young - On The Beach
Pavement - Crooked Rain, Crooked Rain  (article)
The Strokes - Is This It
The Stooges - Fun House  (article)
The Replacements - Tim  (article)
Jonathan Richman + Modern Lovers - Modern Lovers  (article)
Skip Spence - Oar
Oasis - What's the Story (Morning Glory)
Van Morrison - Astral Weeks  (article)
Rolling Stones - Sticky Fingers
Big Star - Third Sister Lover  (article)
Joanna Newsom - The Milk-Eyed Mender
Velvet Underground - White Light / White Heat
Bruce Springsteen - Darkness on the Edge of Town
NWA - Straight Outta Compton
J.J. Cale - Naturally (article)


**********


Tom
(owner of Howlin Banana Records)





Real Kids - Real Kids  (article)
King Khan & BBQ Show - What's For Dinner  (article)
The Milkshakes - The 107 Tapes
The Move - Fire Brigade
The Nerves - Best of (article)
The Black Lips - Let It Bloom
Dead Ghosts - Can't Get No
Flamin Groovies - Shake Some Action  (article)
Frowning Clouds - Whereabouts
Thee Oh Sees - Help
Feeling of Love - Reward Your Grace
The Offhooks - Outside Looking In
The Wylde Mammoths - Go Baby Go
Bad Sports - Kings of The Weekend
The Remains - The Remains  (article)
Sam Cooke - Best Of
The Beach Boys - Pet Sounds
The Barracudas - Drop Out With the Barracudas
Ty Segall & White Fence - Hair  (article)
Creedence Clearwater Revival - Cosmo's Factory




**********


Matt Rendon

(band: The Resonars / The Butterscotch Cathedral)





The Who - My Generation
The Beach Boys - Pet Sounds


Cass McCombs - A
Charlie Megira & the Modern Dance Club - Love Police
Crystal Stilts - In Love With Oblivion
Daniel Johnston - Hi How Are You?
David Loca & the Berkshire Hobbits - S/t
Dinosaure Jr. - You're Living All Over Me
Dr. Dog - Easy Beat
Gray Matter - Food for Thought
Joy Division - Still
Kurt Vile - Childish Prodigy
Mess Folk - Demos
Neil Young - Everyone Knows This is Nowhere
The Spits - The Spits
Thee oh Sees - Dog Poison
Thee oh Sees - The Masters Bedroom is Worth Spending the Night
White Fence - White Fence
Warthog - Chain Wallet Sessions
Ty Segall - Melted
Neil Young - Harvest
Velvet Underground - Velvet Underground & Nico


**********


Rob

(band: Murals / Creator of The Colorcast)
 




The Beach Boys - Pet Sounds
Velvet Underground - Velvet Underground & Nico
Blaze Foley - Wanted More Dead Than Alive
Smokey and His Sister - Smokey and His Sister
Brian Eno - Another Green World
Women - Public Strain
Captain Beefheart - Safe as Milk
Joe Meek - I Hear a New World
Los Saicos - Wild Teen Punk from Peru
Simon & Garfunkel - Bookends
Ariel Pink’s Haunted Graffiti - House Arrest
Jim Sullivan - UFO
The Ramones - Rocket to Russia  (article)
Os Mutantes - Os Mutantes
The Stranglers - La Folie  (article)
White Fence - Is Growing Faith
The Rolling Stones - Aftermath
Bob Dylan - Blonde on Blonde
Leonard Cohen - The Songs of Leonard Cohen
Talking Heads - More Songs About Buildings and Food


jeudi 30 juillet 2015

Best of Still in Rock : Juillet 2015

Juillet 2015. Après le beau mois de juin 2015, juillet aura définitivement été celui des singles. Mais pas que. Entre les premières révélations de Wavves, Kurt Vile, Drinks et Fuzz, il est désormais impossible de ne pas s'infliger un excellent été musical. Et puis, le nouvel album de Mac DeMarco est venu porter une estocade aux autres LPs de 2015. Tout ça sans parler de Tame Impala... La planète musicale s'affole et Still in Rock prend le pas. Les amis, merci à vous.





1. Mac DeMarco : confessions amicales (ici)

Nous le savions déjà génial, mais force est de reconnaitre que Mac DeMarco nous a encore surpris. Son troisième album, Another One, est fort probablement son meilleur album, parce que sincère et rieur à la fois. Sur fond d'analogie avec Le Loup des Steppes de l'écrivain Herman Hesse, Still in Rock s'en est donné à cœur joie. Ah, si seulement le "deuxième" ⇩ de ce classement avait suivi la même tendance...


2. Tame Impala : bye bye (ici)

On s'y attendait et c'est finalement arrivé. Après avoir sorti Lonerism, incontestablement l'un des tous meilleurs albums du milénaire (so far), Tame Impala vient de commettre l'impardonable : Currents. Cet album répond à une demande de déshumanisation de la musique qu'on ne peut accepter. Un article à lire, pour sûr.


3. Kurt Vile : tant d'espérances (ici)

Kurt Vile est d'ores et déjà en pole position pour la catégorie de meilleur album de l'année 2015. Deux raisons à cela : la première, tous ses albums sont de très haut vol. La deuxième, le premier single, "Pretty Pimpin", est une immense réussite qui semble avoir mis tous le monde d'accord. La suite bientôt...


4. Wavves : il revient, surf-up ! (ici)

On se souvient qu'en 2013, Wavves avait fait paraître le deuxième meilleur album de l'année. Et si le groupe réitérait sa performance ? Et si son nouvel album, V, était lui aussi un immense succès ? On a trop été habitué aux groupes qui nous décoivent, mais Wavves semble bien parti pour ne pas intégrer cette bande là.


5. Les anachroniques : J.J. Cale, The Flying Burrito Brothers et Weezer (ici, ici, ici)

Un mois de musique ne serait pas complet sans les articles anachroniques. Ce mois-ci, Still in Rock a entrepris de mettre à l'honneur deux groupes de country : J.J. Cale et The Flying Burrito Brothers. Et puis, l'indie rock de Weezer a également agité quelques-unes de nos journées, si ce n'est plus...


———


A également ne pas manquer : le retour mitigé de Fuzz (ici), les KEXP de Christopher Owens (ici) et Jacco Gardner (ici), le bel album de EZTV (ici), les nouveaux projets de Matthew Melton (ici), le retour de Wavves avec Cloud Nothings (ici) et l'excellent single de Drinks (ici).

mercredi 29 juillet 2015

Still in Rock présente : Drinks (Proto Pop)




Drinks. Souvenons-nous. En juin 2014, Still in Rock publiait son interview avec Tim Presley. Je lui posais alors la question suivante : "si tu devais réaliser un LP avec autre artiste, lequel choisirais-tu ?". Réponse ? "Cate Le Bon". C'est désormais chose faite.

Vous l'aurez compris, Drinks, c'est le nouveau projet commun de Tim Presley et Cate Le Bon. Le groupe a déjà fait paraître deux morceaux, il y a de ça 2 mois, j'ai nommé "Hermits On Holiday" et "Eighteen Teenage Revenge Pair". Le premier, très Cate Le Bon, était mignon sans briller. Le second, plus Tim, était en réalité assez brouillon. 

Seulement, Drinks est récemment revenu avec un nouveau morceau, "Laying Down Rock". Ce titre, il est vrai très inspiré de l'univers de Tim Presley, emprunte l'aspect mécanique de certaines compo' de Cate Le Bon. Loin des patchworks du Californien, on se trouve embrigader dans une musique en cercle à la façon des meilleurs morceaux de proto pop, parce que simplistes, presque grossiers, mais surtout jubilatoire. L'histoire de ce morceau, c'est Cate Le Bon qui nous la donne : "I was playing this riff, and Tim took forever, and I had to keep playing it for like 20 minutes so I didn’t forget it". Le travail d'équipe paye enfin !

Le premier album du groupe, Hermits On Holiday, est prévu pour le 21 août prochain via Heavenly Recordings. Neuf titres nous y attendent. D'ici là, on patientera avec un nouveau morceau qui marquera l'été 2015. Après Kurt Vile et Wavves, tout roule pour nous...




Liens afférents :
Interview Still in Rock avec Tim Presley
Article sur To The Recently Found Innocent

mardi 28 juillet 2015

Single : Wavves - Way Too Much (Surf Punk)




Wavves. Alors que Wavves a récemment fait paraître un nouvel album réalisé avec Could Nothings (lien), voilà que Nathan Williams vient couper court à tout suspense : il y a aura bien un album Wavves en 2015.

L'histoire est déjà belle. Il y a une semaine environ, Nathan Williams a publié le premier single du dernier album de Wavves, V. Cela a fortement déplu à son label, Warner, qui a exprimé sa volonté de retirer le single d'Internet (espoirs vains). Nathan a rétorqué que si le label prenait la moindre mesure, il diffuserait gratuitement l'intégralité de son prochain album (voir Twitter), de quoi calmer les ardeurs de Warner, tout Major qu'il soit. Nathan en a profité pour dénoncer les méthodes de ce label qui, après une seule écoute de l'album, a proposé de multiples modifications afin de façonner les titres à son goût. Autant dire qu'ils se sont ici frottés à un roc qui a refusé de toucher à son nouveau bébé. Bien fait ! 

A la différence de la grande majorité des titres de son album avec Cloud Nothings, ce single, "Way Too Much" est une véritable partie de Surf Punk, façon Afraid of Heights. Tout aussi catchy que les titres de l'album de 2013 qui avait occupé la deuxième place du classement des meilleurs albums de l'année, force est de reconnaitre que Wavves vient là de nous donner de quoi saliver encore un peu plus. Alors bien sur, 2min30 c'est court, beaucoup trop court pour se forger un début d'avis sur la qualité de V, mais mieux vaut un départ de la sorte plutôt qu'une introduction mitigée. Nathan Williams semble bien décidé à rester un éternel adolescent (les paroles en attestent, "désolé j'ai trop bu") et c'est une très bonne nouvelle !

Si je devais faire une mixtape pour l'été 2015, "Way Too Much" serait incontestablement de la partie. Ce genre de summer hit imparables fait toujours du bien là où il passe...




Liens afférents : 
Classement des meilleurs albums de l'année 2013

lundi 27 juillet 2015

Anachronique : The Flying Burrito Brothers (Country Rock)




The Flying Burrito Brothers est un groupe de country rock formé en 1968 sur la côte ouest des Etats-Unis. Son leader, Gram Parsons, est aujourd'hui reconnu comme étant l'un des pères fondateurs du genre. Avant l'aventure Flying Burrito, Parsons avait déjà initié le mouvement country rock avec The International Submarine Band - qui ne fera paraître qu'un seul LP, Safe at Home, en 1968 -. Il avait également fait partie des Byrds, rien que ça. Chris Hillman et Michael Clarke, deux membres des Flying Burrito, en sont d'ailleurs issus.

L'album qui retient aujourd'hui notre attention est The Gilded Palace of Sin, le premier album du groupe. Paru sur Edsel (également label de Marc Bolan & T. Rex et Jesus and Mary Chain, en autre) en 1969, ce dernier contient onze morceaux qui nous prennent par la main direction El Paso. 

"Christine's Tune", le titre introductif, est l'un des plus country. Les premières écoutes de ce morceau peuvent être déconcertantes. Se cache en réalité un titre de folk tout à fait splendide. Sur fond de women are devils, les frères Burrito n'auront pas attendu longtemps avant de glorifier le sexe opposé. C'est un thème qui revient souvent dans les morceaux des Flying Burrito, avec celui de la masculinité. "Do Right Woman", une reprise d'Aretha Franklin (composée par Chips Moman et Dan Penn) évoque également ce man world. Si la country est souvent décrite comme une musique d'homme, on se rend compte que des titres tels que celui-ci transcendent l'idée de sexualité. Les arrangements y frôlent la perfection, une raison de plus pour quoi The Gilded Palace of Sin est aujourd'hui un album culte.

On remonte à cheval pour "Sin City". On traverse cette ville de fou, le Blantons à la main. On se dit que le bottleneck est merveilleux, et qu'une vie de paresse doit être la solution. Suit de près "Dark End of the Street", autre morceau composé par Moman et Penn, cette fois-ci pour le compte de James Carr (lien). La reprise qu'en fait Flying Burrito est éloignée de l'univers country rock du groupe et surement plus proche des standards sixties. Il fallait le faire, reprendre des standards R&B... Pour contrebalancer, "My Uncle" réintroduit un peu de Far West. C'est le dernier titre de la Face A.

"Wheels" peut sembler similaire. Il n'en est rien. Le groupe use de fuzzbox là où aucun autre groupe du genre ne s'y était osé jusqu'alors. La country peut avoir des aspects psychédéliques. Un album peut glorifier un style musical tout en tendant la main à son opposé, c'est l'une des autres leçons de The Gilded Palace of Sin. Le plus classique "Juanita" vient amorcer le titan qui le succède. Ce monstre, c'est "Hot Burrito #1", l'une des plus belles chansons d'amour des sixties (et ce n'est pas ce qui manquait). L'émotivité de Parsons nous prend aux tripes. Sa performance télé en est un parfait exemple, une masterpiece à ne surtout pas manquer (lien). On se souviendra longtemps du deuxième couplet, "He may feel all your charms. He might hold you in his arms, But I'm the one who let you in".

"Hot Burrito #2" enchaine avec moins de grâce et plus d'entrain. "How It Feels" nous raccompagne en direction du chemin poussiéreux avant que le titre "Hippie Boy" ne viennent clôturer The Gilded Palace of Sin. Ce dernier morceau est une belle histoire dont je vous laisse avec la lecture (texte). Parsons le confiera plus tard, "We kept saying we got to do a song called 'Hippe Boy' about Chicago, and it's got to be a narrative song, and Chris Hillman has to do it...It was the toughest challenge on the album".

Alors certes, The Gilded Palace of Sin peut, de prime abord, donner une impression de trop grande homogénéité. Mais voilà, cet album est trop riche pour que les plus réfractaires ne puissent passer outre le vernis country rock. Chacun des titres de The Gilded Palace of Sin est un classique en devenir. Faites l'expérience ! Et puis, c'est précisément cet habillage-là, à la fois réactionnaire et révolutionnaire, qui en fait un album si novateur.

Lorsque j'écoute les Flying Burrito, je me trouve non seulement transporté dans cette Amérique profonde que l'album donne à écouter dès les premières notes, mais j'y trouve aussi la sensibilité des plus grands songwritters de pop, celle des Beatles, celle des Beach Boys. Et puis, les Flying Burrito me rappellent le génie des plus grands albums, ceux qui capturent une part de l'universel. 

L'influence des Flying Burrito, c'est Bob Dylan (qui, bien qu'ayant débuté avant les Flying Burrito, dira que The Gilded Palace of Sin est son album de country préféré), c'est aujourd'hui Kurt Vile, c'est également certain morceaux des Stones. Parsons était un ami proche de Keith Richards, ils ont d'ailleurs composé "Wild Horses" à deux. Ses amitiés rock'n'roll lui brûleront les ailles, Parsons décédera à 26 ans d'un mélange d'alcool et de drogue. Il ne connaîtra jamais le succès, aucun de ses titres n'ayant jamais atteint le hit parade. Sans commentaire.

Alors voilà, Still in Rock l'avait annoncé à l'occasion de l'article sur J.J. Cale, une horde d'articles d'inspiration country se préparait. Avec The Gilded Palace of Sin, c'est l'un des plus grands chefs-d’œuvres du genre qui vient ainsi d'être passé au crible. Un jour, The Band, Neil Young, Creedence Clearwater Revival & co viendront joindre la danse...




(mp3) The Flying Burrito Brothers - Hippie Boy (1969)


Liens afférents :

vendredi 24 juillet 2015

LP Review : La Luz - Weirdo Shrine (Indie Surf Pop)




La Luz, c'est un groupe originaire de Seatle qui a déjà fait l'objet de quelques lignes sur Still in Rock (ici, ici). Ce dernier vient de faire paraître son deuxième album, toujours via Hardly Art. Il succède à It's Alive que nous avions intégré dans le Top 77 des meilleurs titres de l'année 2013 (lien). Intitulé Weirdo Shrine, il contient onze morceaux pour une durée totale d'un peu plus de 30 minutes. Voilà pour la fiche technique. 

Déjà, lorsque nous interviewions Matt Rendon des Resonars, ce dernier nous confiait son amour pour le groupe (lien). Il ne fait aucun doute que cette admiration sera renforcée par la présence de Weirdo Shrine. Plus inspiré par l'univers Far West que It's Alive, Weirdo Shrine est un album moins surf et surement plus réfléchi. La différence entre le son des deux albums réside toutefois dans les détails. La Luz est un groupe fidèle à son univers qui cherche avant tout à monter en gamme. 

Certes, Weirdo Shrine contient quelques morceaux qui ne méritent pas vraiment qu'on s'y attardent, je pense à "You Disappear", "Don't Wanna Be Anywhere" et "Hey Papi". Ces titres font largement penser à ceux du premier LP, ils sont agréables mais n'apportent rien, ni avancées musicales ni jouissance instantanée. Malgré ça, Weirdo Shrine contient quelques belles pièces qu'on ne peut manquer. 

"Sleep Till They Die", le tout premier, est l'un des morceaux les plus maitrisés de la discographie de La Luz. Les voix sont voluptueuses et captivantes, une belle introduction. "With Davey" traduit bien l'atmosphère de cet album : c'est un brin intriguant et ça nous vient de contrées lointaines. Mais le titre souffre de manquer de variations. Et puis, à bien des égards, "I Can't Speak" ressemble au parfait b-side. La Luz se montre décidément très convaincant lorsqu'il prend le temps d'exprimer sa musique sans la hâte d'une surf music toujours oppressante. L'arrivée de l'orgue renforce notre impression cléricale. Ce titre marque le début d'une belle montée en puissance.

"I Wanna Be Alone (With You)" est probablement le titre rythmé le plus réussi de cet album. L'utilisation du chorus est tout à fait merveilleuse. On est très peu habitué à tant de sensualité dans la surf, le groupe pourrait en user/abuser encore plus. "Black Hole, Weirdo Shrine", dans un style différent, est également fort convaincant. La Luz démarre très fort, et si le titre pantèle un peu, on en ressort galvanisé.

Vient alors "I'll Be True", le morceau le plus évident de Weirdo Shrine. Nous l'avions d'ores et déjà chroniqué à l'occasion de sa sortie en split avec Habibi (article) et en disions à l'époque que "ce titre a de belles soirées d'été devant lui". Nous y voilà. Il brille particulièrement par les accords western-soja de la deuxième partie. La Luz tient là son meilleur morceau. "Oranges", titre instrumental, nous fait glisser vers "True Love Knows", le petit dernier qui conclut étrangement, comme un soufflé trop... essoufflé. 

En somme, la deuxième partie de l'album est bien plus convaincante que la première (introduction exceptée). "Sleep Till They Die", "I Can't Speak", "I'll Be True" et "Black Hole, Weirdo Shrine" sont les véritables temps forts de Weirdo Shrine. La Luz fait une belle démonstration de ce que peut être une autre direction pour la musique Maverick. Entre sensualité à la Endless Summer et suspense à la Unforgiven, cet album mérite les éloges de ceux qui tirent une année musicale vers le haut. Le troisième sera-t-il encore plus porté vers les sommets ? Réponse (probablement) en 2017 !


(mp3) La Luz - I'll Be True
(mp3) La Luz - Black Hole, Weirdo Shrine


Liens afférents :

jeudi 23 juillet 2015

Single : Fuzz - Pollinate / Rat Face (Garage Stoner)




Fuzz, un des multiples projets de Ty Segall, vient d'annoncer la sortie de son deuxième album, II, à paraître le 23 octobre prochain (via In The Red). Mais, avant de s'y plonger, je propose de faire un rappel de toute l'actualité de Ty Segall. 

On sait que Ty Segall est un artiste boulimique, et le mois de juillet vient de le confirmer. Ce dernier a en effet annoncé la création de deux nouveaux groupes, Broken Bat et The GØGGS. Le premier est un trio formé avec Dale Crover (le batteur des Melvins) et Steven McDonald (le bassiste de OFF!/Redd Kross). Le deuxième est un duo avec Chris Saw du groupe Ex Cult. Mais ce n'est pas tout. Ty Segall a également annoncé que Goner Record allait ressortir les titres qu'il avait créés sous le nom de Ty Rex (un groupe hommage à T-Rex) lors du Gonerfest '12. Un inédit sera de la partie, il s'agit de "20th Century Boy". Voilà.

Revenons-en à Fuzz. On se souvient que le groupe avait fait paraître un album en tout point excellent lors de l'année 2013. Still in Rock le classait 2ème meilleur LP de l'année (classement) et Ty Segall nous gratifié de plusieurs b-sides, je pense à "Sunderberry Dream" et "21st Century Schizoid Man", mais aussi à "Till The End Of The Day". Et puis, le groupe faisait paraître un live enregistré à San Francisco (lien). Ce n'est donc pas l'actualité qui a manqué à Fuzz, mais force est de constater que l'annonce de ce nouvel album est particulièrement joyeuse. Ce dernier sera composé de 14 morceaux que Fuzz jouera en live à Rock en Seine (seule date parisienne qui nous fait la honte de le mettre en bas de l'affiche, hm hm...). Et tout cela, bien entendu, est sans évoquer son actualité sous son propre nom (EP en janvier...)

Autre bonne nouvelle, Fuzz a d'ores et déjà dévoilé deux morceaux, respectivement 2ème et 4ème de la tracklist. L'un d'eux est "Pollinate", un titre qui semble encore plus tourné vers Black Sabbath que ceux du premier album. Il rentre immédiatement dans le vif du sujet et la guitare dévisse complètement à l'entame de la troisième minute. C'est là que se trouve le véritable apport de Fuzz à la musique stoner. Et puis, Ty n'a pas pu s'empêcher d'intégrer une phase plus psychédélique sur le final. "Pollinate" nous laisse un goût en bouche très marqué, bien qu'un cran en dessous des meilleurs du premier LP.

Le deuxième titre, c'est "Rat Face". Pour une fois, Ty Segall n'est pas au chant. Le titre est plus calibré que "Pollinate" mais souffre peut-être de son mécanisme ainsi que de ne pas avoir mit son leader en avant. J'apprécie toutefois la démarche, c'est un pari osé qui doit, je crois, être applaudi. En somme, si l'on sait déjà que II sera un (très) bon album, la question reste de savoir s'il surpassera ou non le premier album du groupe. Les paris sont ouverts. Une chose est sure, il agitera nombre de nos soirées automnales. 




Liens afférents :

mercredi 22 juillet 2015

Single : Kurt Vile - Pretty Pimpin (rock'n'roll)




Kurt Vile reviendra le 25 septembre prochain avec un nouvel album, b'lieve i'm goin wown.... Il succédera à Wakin on a Pretty Daze, paru en 2013. Still in Rock parlait à l'époque de "meilleur album folk de l'année" (lien), évoquant "le gourou d'une nouvelle génération, à la frontière entre les sciences de la médiation et d'un mysticisme casuel". 

Depuis son interview avec Bret Easton Ellis (lien), on sait que Kurt Vile a composé son nouvel album dans la pénombre de son salon, de nombreux soirs durant, entre minuit et 3h du matin. Il l'a ensuite enregistré à Brooklyn, Los Angeles, et Athènes. Kurt Vile décrit son nouvel album comme étant "noir", "un brin triste et un brin amoureux". Pour le reste, c'est Kim Gordon elle-même qui a même écrit une partie du communiqué de presse : 

Kurt does his own myth-making; a boy/man with an old soul voice in the age of digital everything becoming something else, which is why this focused, brilliantly clear and seemingly candid record is a breath of fresh air. Recorded and mixed in a number of locations, including Los Angeles and Joshua Tree, b'lieve i'm goin down... is a handshake across the country, east to west coast, thru the dustbowl history ("valley of ashes") of woody honest strait forward talk guthrie, and a cali canyon dead still nite floating in a nearly waterless landscape. The record is all air, weightless, bodyless, but grounded in convincing authenticity, in the best version of singer songwriter upcycling.

Kim Gordon qui parle de "best version of singer songwriter upcycling", c'est quelque chose ! Son premier single (dévoilé hier), "Pretty Pimpin", est largement plus rythmé que ceux de Wakin on a Pretty Daze. Un brin country, toujours rock'n'roll, un immense focus est porté sur les paroles et la voix de Kurt Vile. L'enregistrement est hi-fi, un modèle du genre. Kurt Vile a toujours su comment mêler ses influences folk rock à un rock'n'roll plus classique. Le tout est toujours coloré, à l'image de la pochette de son album de 2013 (article sur l'histoire de cette pochette). Le titre est également accompagné d'une vidéo (ci-dessous) qui fera rapidement le tour du monde.

La version 3 vinyles de b'lieve i'm goin wown... contiendra 18 morceaux, dont ce premier single. Tous les signaux sont désormais au vert pour ce nouvel album de Kurt Vile. Kurt a même confié qu'il contenait sa meilleure chanson jamais écrite (lien). Vrai ou pas, on est impatient d'écouter un Kurt Vile qui se dit à son top. Créer pour bouleverser le monde de l'art ou ne pas créer, Still in Rock a de nombreuses fois reproché aux artistes de ne pas être jusqu'au-boutiste, de ne pas avoir cette volonté de changer le monde. Pourquoi, après tout, écouter un artiste capable de se contenter de moyen ou de bon ?! Kurt montre la voie à suivre.








Liens afférents :