LP Review : EZTV - Calling Out (Jangle Pop)

EZTV , c'est un nouveau projet originaire de Brooklyn. Ce projet, c'est la réunion de Ezra Tenenbaum, de Michael Stasiak (bat...




EZTV, c'est un nouveau projet originaire de Brooklyn. Ce projet, c'est la réunion de Ezra Tenenbaum, de Michael Stasiak (batteur de Widowspeak) et du bassiste Shane O’Connell. Il a fait paraître son premier album, Calling Out, le 10 juillet dernier via Captured Tracks. Les 14 morceaux qui le composent ont été produits par Jarvis Taveniere, du groupe Woods. 

Captured Tracks présente ce projet comme oscillant entre college rock et power pop. La définition est bien trouvée. EZTV assène en effet ses refrains en permanence, à tel point que ça en devienne la principale marque de fabrique du groupe. Parfois, Calling Out a des allures de vieux Phoenix. Et puis, on se rappelle aussi Nic Hessler (voir "Dust In The Sky"), sorti sur Captured Tracks en début d'année. 

Dès "Bury Your Heart", la voix toute singulière d'Ezra Tenenbaum s'impose à nous. "Pretty Torn Up", le deuxième morceau, emprunte beaucoup à la Power Pop, ses schémas, la voix de tête et son sujet. Ce titre donne déjà une belle identité sonore à Calling Out. Il y a quelque chose des Shoes la-dedans. 

"The Light", c'est un titre qui nous évoque Martin Newell. Le refrain y fait beaucoup. Les notes de guitares rebondissement dans l'air avec élégance. Puis vient "Hard To Believe", l'un des meilleurs morceaux de Calling Out. Ce titre-là a tout d'un classique. Le son jangle pop est bienveillant, l'atmosphère que ces trois minutes dégagent est bon enfant. "Everything Was Changing" est d'apparence trop similaire aux précédents, mais le titre se démarque par ses riffs très eighties qui nous rappellent les vieux albums de Nick Lowe. "Soft Tension" est le morceau que nous attendions à ce moment précis. Son tempo plus lent opère une première cassure. Maintenant l'introduction passée, EZTV a l'intelligence de nous emmener sur un territoire plus vocal, à la Chris von Sneidern. Seulement, les deux suivants, "Dust In The Sky" et "Blue Buzz", n'ont pas une identité assez forte pour que l'on parvienne à maintenir notre attention. 

Heureusement, "Trampoline", le plus année '80 de tous, création où l'intru' est riche et romantique, vient nous remettre le pied à l'étrier. "There Goes My Girl", pour sa part, est plus proche de son auditeur. Moins démonstratif, EZTV y intègre une nouvelle variable qui donne, une fois encore, un intérêt tout particulier à Calling Out. "That's Where You Belong" vient conclure la tracklist officiel avec sa power  seventies à la Elvis Costello. Deux titres bonus apparaissent alors, dont l'un est "White Cloud", le petit dernier, où EZTV nous ballade dans son univers pop qui oscille entre de nombreux sous-genres. Le groupe s'y permet même d'introduire un peu de surf-music. C'est à peine dissible, mais EZTV donne dans le détail depuis le premier morceau, on ne serait donc être surpris. 

Au final, l'album souffre parfois d'être trop homogène. Et puis, Calling Out est composé de beaucoup de morceaux, certains auraient fait de meilleurs b-side. La voix d'Ezra Tenenbaum porte toutefois chacun d'entre eux. Les mélodies sont toujours fortes et font de Calling Out est des bons albums de l'année 2015. Le pari est donc réussi pour Captured Tracks qui parvient toujours à dénicher des premiers albums surprenant.




Liens afférents :
Article sur les Shoes (1977)
Album Review de Nic Hessler

You Might Also Like

0 commentaires