Still in Rock présente : The New Shitbirds (Garage Rock)

The New Shitbirds . Il existe, dans les rues d’Irving (Texas) une enseigne miteuse éclairée à la faible lueur d'un réverbèr...




The New Shitbirds. Il existe, dans les rues d’Irving (Texas) une enseigne miteuse éclairée à la faible lueur d'un réverbère détraqué. Les fenêtres y sont sales, si sales qu'il en devient difficile de distinguer la buée de la crasse. Où étais-je ? Je ne sais plus tellement, pourtant je me souviendrai de cette acoustique superbe qui s'en dégageait, de cette odeur passée de cognac et de cigares qui imprégnait depuis des lustres les canapés de velours verdâtres. Un bruit continu et une chaleur haletante semblaient se figer autour de discussions endiablées, à se demander si "Louisville is for lovers, Seattle is for weirdos". Après avoir enjambé quelques flaques de bières pour atteindre ce fameux jukebox en fond de salle, je commandais, aux frais d’un penny noircit par le temps, guitare, fuzz et vrombissement de moteur.

Quelques secondes plus tard, The New Shitbirds faisait trembler les murs. Un silence involontaire s'imposa. J'en étais passionné. Je ne compte plus les cuirs qui s'approchaient de moi pour demander l’origine de ce groupe. Personne ne sait vraiment. Comment nommais-je ce type de musique. Du black garage si ca existe. À l'écoute, l'un pensait aux Mummies, l'autre au Jim Jones Review. Moi j'y voyais surtout un très bon groupe.

Le morceau n’était pas choisi à la légère, "Dirty Picture" était l’essence même du paysage qui s’offrait à moi. Un décor tout droit sortit d'un au-delà apocalyptiquement merdique. "Letsagetabitarocking", reprise de The 101ers, résonnait maintenant. Instant groovy, je voyais les cinquantenaires sur les tables à danser un hippie hippie shake improvisé et rythmé par les claquements de chopes pleines de houblon. Finalement, je dois avouer ne plus me souvenir de la fin de soirée et ne plus vraiment savoir si cette histoire est vraie. Pourtant, on raconte que, l’espace d’une nuit, la Basement Demo Demo aura retenti dans les rues d’Irving.


(mp3) The New Shitbirds - Louisville is for lovers, Seattle is for weirdos


Liens afférents :
Bandcamp
Les articles Garage Rock

You Might Also Like

1 commentaires