DUMB: I agree with what everyone else has said

DUMB is one of the kings of the 2010s. DUMB is the creator of two flawless albums, making a rockn'n'roll somewhere between ...

DUMB is one of the kings of the 2010s. DUMB is the creator of two flawless albums, making a rockn'n'roll somewhere between slacker and post-skate music. DUMB is the band on which I place my hopes for the 2020s. DUMB is the future. In this interview, we talked about beers and pizza, the Canadian scene, Mac DeMarco and neuroses.

***

Let us start with a playlist curated
by DUMB for Still in Rock

"We each did 8 songs (32 songs total). The first 8 were chosen by Franco,
9-16 chosen by Nick, 17-24 by Shelby, 25-32 by Pipe."



*

The Band

How are you? What are you up to these days?

Franco: Doing okay! Cooking lots, skateboarding, playing guitar... Lots of video chatting. Hope you are well. 
Nicky: Sleeping in until at least 2pm every day until I go back to work. 
Pipe: Pretty good, chilling, drawing and listening and playing some music. 
Shelby: I’ve been working, zooming, playing chess with my roommate, and going for walks. OK so, obviously besides GAL, who is the worst member of the band? 
Franco: Who’s Gal? 
Nicky: Hahahaha.
Pipe: HAHAHAHAHAHAHAHAHAH WTF HAHA!
Shelby: OK.

Poor Gal ;) OK, I have a theory: we have seen the creation of a new genre at the end of the 2010s, and it’s about to take over the 2020s. Its name? “Post-skate” music. What is it? Speedy garage punk with nervous yet friendly voice (nothing like angry punks), a simplistic and very tight rhythm, a cathartic sound, almost chopped, anti-corporation lyrics, a mid-fi production (not too lo-fi) and bouncy melodies with a vehement tendency (listen & read).

You are among the leaders of post-music imho, thanks to songs like "Mint". What do you think of it? Is there such a scene? Are you willing to take the lead with a few others? 

Franco: Yes I have definitely read your articles about this and I find it interesting! I think we are making music that is very similar to a lot of current indie rock/DIY/punk, so I agree. In terms of the song “Mint”, we all really like that song, but it is different from the rest of our songs, so we don’t play it very often. It was meant to be a “mega pop hit” to inaugurate ourselves into the world of having a label and a PR person and all that Jazz. We knew that we had a completely fresh slate with all the new people who had never heard us before and wanted to make sort of a wacky first impression. Not sure if it was successful but I’m glad you like the song. With respect to skateboarding, we aren’t even that good. Check out the band Unity, they are very good and good at skateboarding. 

Nicky: I'm more of a roller-blader, really. 

Pipe: When people talk about our music being "post skate" it really adds pressure into landing kickflips.


In my view, post-skaters are taking over the slackers, bands like Fidlar, Dune Rats and co (singing about beers and pizzas). You have a song entitled "Slacker Needs Serious Work". Is it about these bands, perhaps :) ? In any case, what's your feeling toward this type of punk rock? 

Franco: I like beer and pizza and don’t see anything wrong with writing songs about pizza or beer, but the answer is no. “Slacker needs serious work” is about wanting to go back to some imagined era of the past where political movements (like the situationist movement) had sort of a poetic nature. The song title comes from the song (at one point) needing a lot of work. 

Nicky: Where are the bands that sing about beer and pizza? I honestly don’t think we’re far off from that. 
Pipé: I can eat and drink more pizza and beer than I can listen to music about it... It's aight I guess. 
Shelby: I am more inclined to listen to this type of music now that I know their lyrical content is so relatable. 

I see quite a lot of albums coming from the "underground" scene with one strong theme, one identity easy to identify. Your music is more universal, the reason why it will last in my opinion. Is that a conscious choice not to lock yourself into one silo? 

Franco: Thanks! I would say it is a half-conscious choice as our influences circumstantially clash in the songwriting process. Also the fact that we avoid lo-fi analog production (using Tascam 424) and tend towards slightly higher fidelity recording gives us more “freedom”. 

Nicky: I think for the most part most of us listen to music that sounds almost nothing like our own band. I think that helps. 

Pipe: Yeah, I think we explore and approach music in different ways. Personally, I like to approach music as a case-by-case kinda thing. Sometimes it more of a physical thing, sometimes more mental and academic. I think that helps me (us) to have a more “universal” sound. 

Shelby: I agree with what everyone else has said. We generally are going in the same direction, but each pull it in our own personal directions here and there. We have similar tastes in music but at any given point are probably being inspired by different musical ideas of the moment that each of us want to see a bit of on the record. 

You work with Mint Records. Tell us about them. 

Franco: Mint is great! They’ve been around since 1991 and have been releasing all sorts of different stuff since then. They’re a very small, local, and caring label who put their heart into what they do and we’re very fortunate to be involved with them. We were signed along with a slew of other slightly more “punk” sounding bands by the current label manager Ryan Dick, who used to front Vancouver punk band B Lines (check 'em out).

Pipe: Mint is awesome, we’ve had many opportunities thanks to them and the best thing is that they're really invested in Vancouver’s music... not only with the bands they sign. Great people, great label. 

Shelby: Yeah, we owe a lot to Mint (in more than one way, ha!).


They say your 2nd LP has even "more neuroticism" (see Bandcamp). Why are they saying that? 

Franco: I think I wrote that haha, it’s supposed to sound like a sales pitch.

Nicky: the production/post-production process definitely came with more dramatic neuroticism the second time around, if that counts. 

Pipe: Wait 'till the third LP. 

Shelby: I don’t know if that’s even true. I think both albums we’ve tried to balance out the neuroticism with songs with less tension.

What are the next steps for you as a band? 

Franco: I would say once this corona isolation period is over we’ll go back to our usual songwriting and practicing and playing shows. We just canceled three different tours and a number of shows (one tour with our friends Pardoner from the bay, one tour up north to Smithers, and one tour to Vancouver Island), so... we’ll probably just reschedule all of those. 

Nicky: I’d like to make a real celebratory and life-affirming beer and pizza rock album.

That's a deal, a song with lyrics about "beer-pizzas-post-skate" ;)

Pipe: I just want all this Covid thing to be over so we can jam, ASAP! 

Shelby: To put out our quarantine demo album, all recorded by sending files back and forth. Maybe we will be inspired to never jam again, sorry Felipe.

Talking about which, when should we expect your third LP? Or a new EP? Do you have a title for it already? A release date? A label? An artwork? 

Franco: Who knows, originally we were thinking June or July, but corona is really pushing everything ahead so we’ll have to wait and see. 

Shelby: None of the above 


The scene

I’ve recently conducted a short empirical study on garage rock (link). I found out that there are more and more albums labeled as such, but the number of Google queries tends to decrease. What’s your impression from the inside? Do you find it more and more difficult to get support from playing shows and releasing music? 

Franco: Honestly it has been surprisingly less and less difficult. There is a supportive network of musicians around the United States and Canada and more and more new bands every year. Especially in Vancouver, the scene is only growing and also becoming more supportive. I think DIY scenes across North America are growing. 

Pipe: DIY music has a huge network, I feel like it gets better every time (touring), plus, we are lucky Franco is a wizard at booking tours.

Tell us about the music scene in Vancouver, and more generally, in Canada. Is it going in the right direction? What would you like to change?

Franco: The scene in Vancouver is strong and diverse, with some truly amazing musicians. As for the rest of Canada, there are many great bands that we know from cities like Winnipeg, Montreal, and Toronto, and it seems like the scenes in those places are good. I couldn’t say for sure, we’ve only been to the East Coast and Winnipeg twice but both times were lots of fun. 

Shelby: Yes, we’ve played with a lot of great bands in Vancouver as well as on our couple of jaunts to the other coast, so I suppose yes, it's going in the right direction, especially because everyone is so supportive everywhere. The scene is also becoming more inclusive, with more diverse acts being included on bills. This self-awareness is definitely a nice thing to see. 

One may argue that there’s a battle between the Australian scene and the US one. But Canada also has quite a lot of good bands, including Priors, PUP, The Courtneys, Peach Kelli Pop, Paul Jacobs... Could you name a few of your favorite?

Franco: We are probably more connected with the West Coast than we are with “Canada”. Although we do love a lot of CANCON and appreciate many of our Canadian counterparts, I would say the scene in Vancouver overall has closer ties with bands in the Bay Area, Seattle, and Portland, than it does with bands from the East Coast. Regardless, here are some links to some current Vancouver bands that are killer: 

Babies by Champion Lawnmower
Demos by Pinch Librarian
Demos by Megamall
Rockgasm by Tough Customer
Framed by Bedwetters Anonymous
Demos 2019 by Oblomov
Mattress Ranch by milk jr.

Nicky: Yves Jarvis.

What's your feeling toward Mac DeMarco (also a Canadian)? In my view, it has become so chic to criticize him for no reason...

Franco: Haha, yeah, Mac Demarco is definitely made fun of a lot in Vancouver. Maybe it’s because he’s such a goofy guy, maybe people are jealous of his guitar skill? I honestly couldn’t tell you because I don’t know him. What I can tell you is that there are like 100 bands from Vancouver that sound very much like Mac Demarco, so he’s clearly made his mark. 

Nicky: Yeah, Mac-DeMarco-core is definitely a thing. Most people who hate on it probably just wanted to make it themselves. 

Pipe: Seems like everyone in Vancouver has a Mac DeMarco story... I don't know.
Shelby: I enjoy his music. It’s nice to have on.


It’s a wrap

Is “rock’n’roll dead”?

Franco: I don’t think so.
Nicky: no
Pipe: Yeah, no.

Best tour memory? 

Franco: Sneaking into Castle Party at SXSW.
Nicky: Sneaking into Castle Party at SXSW.
Pipe: Castle party at SXSW, Winning $400 in a game, losing $400 to the law the next day. And so many of our hosts who let us crash in their houses.. Too much to get into. 
Shelby: Oh yeah, the Castle Party rocked. Also, every day in Europe where we got so many snacks and drinks. It was a bit mind-blowing, I really felt like we had succeeded. 

What is your favorite album of the last few months? 

Franco: Playing On A Cloud, new Pardoner album.
Nicky: New Ozzy.
Pipe: Been listening to a lot of Total Control’s "Typical System" and Coltrane’s "A Love Supreme".
Shelby: TOPS' "I Feel Alive", and Taylor Swift. 

How do you imagine your discography in 20 years from now? Do you think about it in terms of music history? 

Franco: I don’t imagine we’ll have too much of an influence on music history but yes, I think we are reflecting the genres of the past. 

Nicky: I Imagine we will keep making albums that are better and better to our own ears, while inevitably losing the interest of everyone else. 

Pipe: NO IDEA! But excited to see what else we can do with music and what music can do for us. 

Shelby: Can’t imagine, no. I’m really bad at envisioning the future. 



***
FRENCH

DUMB, c'est l'un des rois de la décennie 2010s qui a vaillamment combattu dans le grand Mortal Kombat organisé par Still in Rock (lien). DUMB, c'est le groupe sur lequel je place le plus d'espoir pour les années 2020s. DUMB, c'est l'auteur de deux albums sans faille, un faiseur de rockn'n'roll entre slacker et post-skate. DUMB, c'est l'avenir. Dans cet interview, on y parle de bières et de pizzas, de la scène canadienne, de Mac DeMarco et de névroses.

*

Commençons avec une playlist
réalisée par DUMB pour Still in Rock



*

Le groupe

Comment allez-vous ? Que faites-vous ces temps-ci ?

Franco : Tout va bien. Je cuisine, je fais du skate, je joue de la guitare... des Skype. J'espère que tout va bien pour toi également.
Nicky : Je dors jusqu'à 14h tous les jours, c'est cool.
Pipe : Ça va plutôt bien, je traîne, je dessine, j'écoute et je joue de la musique.
Shelby : Je bosse, je Zoom, je joue aux échecs avec mes colloques, je me balade. A part GAL, ça va bien pour tous les membres du groupe, je crois.
Franco : Qui est Gal? 
Nicky : Hahahaha.
Pipe : HAHAHAHAHAHAHAHAHAH WTF HAHA!
Shelby : OK.

J'ai une théorie : nous assistons à la création d'un nouveau style musical depuis fin des années 2010, et il est sur le point de prendre le dessus sur les années 2020. Son nom ? La musique "post-skate". Qu'est-ce que c'est ? Du punk garage rapide avec une voix nerveuse, mais amicale (rien à voir avec les punks colériques), un rythme simpliste et très resserré, un son cathartique, presque haché, des paroles anti-corporation, une production mid-fi (pas trop lo-fi) et des mélodies rebondissantes à tendance véhémente (écoutez & lisez).

Certains de vos titres s'inscrivent dans le genre. "Mint" est un bon exemple. Que pensez-vous de cette théorie ? Une telle scène existe-t-elle votre avis ? Si oui, êtes-vous prêt à en prendre les commandes avec quelques autres ?

Franco : Oui, j'ai bien lu tes articles sur la chose et je trouve cette théorie très intéressante ! Nous produisons une musique qui ressemble à beaucoup de rock indie/DIY/punk de la scène, donc... je suis d'accord. En ce qui concerne la chanson "Mint" particulièrement, nous l'aimons tous énormément, mais elle est différente du reste de nos morceaux. C'était censé être un "méga hit pop" pour fêter le fait d'avoir trouvé un label, PR et tout le tintouin. On se doutait que ça nous donnerait la possibilité de faire écouter notre musique à un public nouveau, on voulait donc faire une bonne impression. Je ne suis pas sûr qu'on ait vraiment réussi, mais ça me fait bien plaisir que tu aimes le morceau quoi qu'il en soit. En ce qui concerne le skateboard, nous ne sommes même pas si bons que ça. Écoute le groupe Unity, leur musique est bien cool et ils sont plutôt très bons en skate.

Nicky : Je préfère les rollers.

Pipe : L'étiquette "post-skate" fout la pression de rentrer ses kickflips.


D'une façon générale, il me semble que vous êtes en train de prendre le dessus sur la scène garage qui a été obsédée par les groupes slackers tels que Fidlar, Dune Rats et co. Vous avez un morceau qui s'appelle "Slacker needs serious work", c'est à leur sujet ?

Franco : J'aime bien la bière et la pizza, je ne vois rien de mal à composer des morceaux sur le thème, mais... la réponse est non. "Slacker needs serious work", c'est un titre sur le fait de vouloir revenir à une époque imaginaire du passé où les mouvements politiques (comme le mouvement situationniste) avaient une sorte de nature poétique.

Nicky : Qui sont les groupes qui chantent au sujet de la bière et de la pizza ? Honnêtement, je ne pense pas que nous en soyons bien loin.
Pipe : Je peux manger plus de pizzas et boire plus de bières que je ne peux écouter de musique à ce sujet...
Shelby : Savoir que leurs paroles parlent d'un sujet si important me donne envie de les écouter davantage.

Je vois beaucoup d'albums issus de la scène "underground" avec un thème fort, une identité à laquelle s'identifier. Votre musique est plus universelle. Est-ce un choix conscient de ne pas s'enfermer dans un seul silo ? 

Franco : Merci ! Je dirais que c'est un choix à moitié conscient, nos influences s'entrechoquent de manière circonstancielle dans notre processus d'écriture. Et puis, nous voulons éviter une production analogique lo-fi (Tascam 424) au profit d'un truc légèrement plus fidèle. Ça nous donne plus de "liberté".

Nicky : La plupart d'entre nous écoutons de la musique qui ne ressemble pas du tout à celle de DUMB. Je pense que ça aide.

Pipe : Ouais, nous explorons et abordons la musique de différentes manières. Personnellement, c'est du cas par cas. C'est parfois physique, parfois plus académique. Je pense que cela m'aide à avoir un son plus "universel".

Shelby : Je suis d'accord avec ce que tout le monde a dit. Chacun la tire la musique du groupe dans une direction différente. Nous avons des goûts musicaux similaires, mais nous sommes inspirés par des idées différentes.


Vous bossez avec Mint Records. Parlez-nous d'eux. 

Franco : Mint sont géniaux ! Ils existent depuis 1991 et ont sorti toutes sortes de choses différentes ces 30 dernières années. C'est un tout petit label local qui met tout son cœur dans ce qu'il fait et nous avons beaucoup de chance d'être impliqués avec eux. Nous avons été signés avec une série d'autres groupes à la sonorité un peu plus "punk" par l'actuel directeur du label Ryan Dick, qui était à la tête du groupe punk B Lines.

Pipe : Mint est génial, nous avons eu beaucoup de chances de travailler avec eux, ils se sont vraiment investis dans la musique de Vancouver... et pas seulement avec les groupes qu'ils signent. Ouais, ce sont des gens géniaux, un label génial.

Shelby : Nous devons beaucoup à Mint (à plus d'un titre, ha !).

Ils disent que votre deuxième album est encore plus "névrosé" (voir Bandcamp). Pourquoi ?

Franco : Je pense avoir ça haha, c'est censé être un argument de vente.

Nicky : Le processus de production/post-production a certainement été accompagné d'un élan plus dramatique pour ce deuxième album.

Pipe : Attend le troisième album !

Shelby : J'sais pas. Les deux albums cherchent à atteindre un équilibre entre névroses et chansons plus apaisées.

Quelles sont les prochaines étapes pour vous en tant que groupe ? 

Franco : Une fois que cette période d'isolement terminée, nous retournerons à nos habitudes d'écriture de chansons, de répétitions et de concerts. Nous venons d'annuler trois tournées et un plusieurs shows (ont une tournée avec nos amis de Pardoner, une tournée dans le nord à Smithers, et une tournée sur l'île de Vancouver), donc... nous allons probablement reprogrammer tout cela.

Nicky : J'aimerais qu'on produise un véritable album de bière et de pizza rock, qui soit à la fois festif et qui affirme la vie.

Deal, un titre avec des paroles qui parlent de "bières-pizzas-post-skate" ;)

Pipe : Je veux juste que toute cette histoire de Covid soit terminée pour qu'on puisse se remettre à jouer le plus vite possible.

Shelby : Sortir nos démos de quarantaine que l'on compose en s'envoyant des fichiers par le net.

En parlant de ça, le troisième album est pour quand ?  Avez-vous déjà un titre ? Une date de sortie ? Un label ? Une pochette ? 

Franco : Qui sait, à l'origine nous pensions à juin ou juillet, mais la crise change tout, donc on verra.

Shelby : Et en vérité, on n'a rien de tout cela.


La scène

J'ai récemment mené une courte étude empirique sur le garage rock (lien). Il en ressort qu'il y a de plus en plus d'albums étiquetés comme tels, mais que le nombre de requêtes Google a tendance à diminuer. Quelle est votre impression ? Trouvez-vous de plus en plus difficile d'obtenir du soutien pour jouer des shows et sortir de la musique ?

Franco : Honnêtement, c'est de moins en moins difficile pour nous. Le réseau à travers les États-Unis et le Canada est de mieux en mieux foutu. À Vancouver en particulier, la scène ne fait que s'agrandir et devient de plus en plus solidaire. Les scènes DIY se développent dans toute l'Amérique du Nord.

Pipe : La musique DIY a un réseau énorme, j'ai également l'impression que ça s'améliore de jour en jour, et puis, nous avons la chance d'avoir Franco avec nous, un véritable magicien en ce qui concerne les tournées.

Comment est la scène musicale à Vancouver, et plus généralement, au Canada ? Va-t-elle dans la bonne direction ? Qu'aimeriez-vous changer ?

Franco : La scène à Vancouver est forte et diversifiée, avec des musiciens vraiment tops. Quant au reste du Canada, il y a beaucoup de grands groupes qui viennent de Winnipeg, Montréal et Toronto, et il semble que les scènes s'y portent bien.

Shelby : Ouais, nous avons joué avec beaucoup de grands groupes à Vancouver et lors de nos escapades sur la côte Est, donc je suppose que la direction prise est la bonne. La scène devient également plus inclusive, avec des groupes plus divers. Cette prise de conscience est très positive.

Il y a une véritable guerre entre la scène australienne et la scène américaine, mais le Canada a également son mot à dire, notamment avec Priors, PUP, The Courtneys, Peach Kelli Pop, Paul Jacobs... Pouvez-vous nous citer quelques-uns de vos groupes préférés ?

Franco : Nous sommes probablement plus liés à la côte ouest qu'au "Canada". Nous aimons beaucoup Cancon et nos homologues canadiens, mais je dirais que la scène de Vancouver dans son ensemble a des liens plus étroits avec les groupes de la Bay Area (de Seattle à Portland) qu'avec les groupes de la côte Est du Canada. Quoi qu'il en soit, voici les liens vers quelques-uns des albums actuels de Vancouver :

Babies par Champion Lawnmower
Demos par Pinch Librarian
Demos par Megamall
Rockgasm par Tough Customer
Framed par Bedwetters Anonymous
Demos 2019 par Oblomov
Mattress Ranch par milk jr.

Nicky : Yves Jarvis.

Quelle est votre opinion au sujet de Mac DeMarco ? C'est devenu tellement chic de le critiquer...

Franco : Haha, ouais, Mac DeMarco est un véritable sujet ici. C'est peut-être parce qu'il est tellement maladroit, peut-être parce que les gens sont jaloux de ses talents de guitariste ? Honnêtement, je ne pourrais pas t'en dire plus parce que je ne le connais pas. Ce que je peux te dire en revanche c'est qu'il y a une centaine de groupes de Vancouver qui ressemblent beaucoup à Mac DeMarco, donc il a clairement marqué la scène !

Nicky : Ouais, la Mac-DeMarco-core c'est vraiment quelque chose. La plupart des gens qui détestent ce genre de musique auraient probablement voulu la faire eux-mêmes.

Pipe : On dirait que tout le monde à Vancouver a une histoire de Mac DeMarco...

Shelby : J'aime sa musique, c'est cool.


Concluons

Le rock est-il mort ?

Franco : Je ne pense pas, non.
Nicky : Non.
Pipe : Yeah, non.

Meilleur souvenir de tournée ?

Franco: S'être faufilé à la Castle Party à SXSW.

Nicky: S'être faufilé à la Castle Party à SXSW.

Pipe: La Castle party à SXSW, gagner $400 en jouant, perdre $400 à cause d'un PV le jour d'après. Et tous ces gens qui nous ont laissé dormir chez eux pendant les tournées...

Shelby: Oh yeah, la Castle Party ! Et puis chaque jour passé en Europe où nous avons tant bu.

Quel est votre album préféré de ces derniers mois ?

FrancoPlaying On A Cloud, le nouvel album de Pardoner.

Nicky: Le nouvel Ozzy.

Pipe: J'ai pas mal écouté le nouvel album de Total Control, "Typical System" et Coltrane, "A Love Supreme".

Shelby: L'album "I Feel Alive" de TOPS, et Taylor Swift. 

Comment imaginez-vous votre discographie dans 20 ans ? Souhaitez-vous impacter l'histoire de la musique ?

Franco : Je ne pense pas que nous aurons une trop grande influence sur l'histoire de la musique, mais ouais, nous reflétons les genres passés en quelque sorte.

Nicky : J'imagine que nous allons continuer à produire des albums que l'on préférera aux précédents, tout en perdant l'intérêt du public.

Pipe : Aucune idée ! Mais nous sommes impatients de connaître la suite des événements.

Shelby : Je ne pense pas, non. Mais mes prédictions sont toujours foireuses, alors...

You Might Also Like