The Vacant Smiles, princes australiens

C'est à ne pas y comprendre grand-chose. The Vacant Smiles est un très bon groupe de garage pop, mais parce qu'il s'évertu...


C'est à ne pas y comprendre grand-chose. The Vacant Smiles est un très bon groupe de garage pop, mais parce qu'il s'évertue à sortir ses morceaux à la fin du mois de décembre, il passe pour l'instant sous la plupart des radars. Son troisième album, Goodwill, a ainsi été balancé sur bandcmap le 21 décembre dernier. Il vient remplacer un autre album qui a été retardé pour des raisons que l'on ignore. Cela ne laisse en rien présumer de son infériorité, au contraire, Goodwill est un très bon album qui pue la Californie à plein nez. Le groupe est australien, mais ça ne fait rien.


"Alarmy", le tout premier, est déjà un hit. La marche quasi-militaire initiée par les Vacant Smiles a de quoi faire rugir les plus fervents amateurs du film Stripes (regardez-le !!). Les Vacant Smiles ne sont pas loin du slacker, il ne manquerait qu'une référence à la Budweiser pour compléter le tableau. "21st Century Smiles", quant à lui, est plus volontiers garage pop. La seconde moitié accélère le rythme du coït, oh, elle ne laissera pas grand monde indifférent. Et déjà, avec "Made A Pact" trouve-t-on le deuxième single de cet LP. Ce sont les voix qui sont très bien enregistrées.

Sur "Connectivity", les Vacant Smiles font dans le dad rock qui a quelque chose à prouver : regarde fils comme je joue bien de la guitare. Les petits solos qui animent ces 4 minutes et 30 secondes ont une teinture hard rock qui fait effectivement sourire. Et "Dyadic Stope" de venir calmer le tout. Mais je n'ai pas envie d'être calme, c'est comme ça, c'est personnel.


"In & Outside The Box" n'est pas un nouveau morceau de Mozes and the Firstborn, mais on n'est pas loin. Il faut y voir une excellente combinaison garage / power pop sur la voix seulement. Les Vacant Smiles en font l'un des temps forts de cet album, jangle pop et rond. On se questionne alors sur les temps faibles. "Melvin Doo" en est-il un ? Que nenni, il est tout aussi agité que les premiers singles du groupe, sa maitrise de la science surf rock est irréprochable. 

"Take It" et "Hamilton Mattress" ajoutent en noirceur et en vitesse. Elle est grosse, la bécane des Vacant Smiles. Mais si la direction importe, on se laisse surtout emballer par "Mountain". Alors que l'introduction laisse imaginer un vieux revival 60s comme on en connait plein, les Vacant Smiles inverse la tendance à peine la 4ème minute entamée. Le rock psyché est mort - sauf lorsqu'il est placé dans les mains de King Gizzard - mais ici, le zombie est tout feu tout flamme. Et "Ad$" de venir conclure le tout, non sans ses allures de western-trash à la Rodriguez.



Au final, je ne vote pas pour Pedromais pour que les Vacant Smiles soient les prochains animateurs d'une Freaky Loud Things. Sinon, je boude (quelle menace !). Depuis plusieurs années déjà, les Vacant Smiles délivrent une partie de ce qui se fait de mieux du côté australien. That's right, le groupe est en plein dans le mile : slacker sans être gros, garage sans être sixties, pop sans être pute. Goodwill est une démonstration, un gros scud'. Voilà. Le trône du meilleur groupe australien est pris par King Gizzard depuis belle lurette, mais Vacant Smiles est un sérieux figurant au titre de Prince.


Tracklist: Goodwill (LP, 2018)
1. Alarmy
2. 21st Century Smiles
3. I Made A Pact
4. Connectivity
5. Dyadic Stope
6. In & Outside The Box
7. Melvin Doo
8. Take It
9. Hamilton Mattress
10. Mountain
11. Ad$


Lien :

You Might Also Like

0 commentaires