Interview Still in Rock: Idles

****** ENGLISH version Click here for FRENCH ****** Idles is one of the very best English bands around. I...


******
ENGLISH version
******

Idles is one of the very best English bands around. In 2017, he released Brutalism, a first album that will leave a mark on his country's decade. It's violent and beautiful. I am very pleased to have met with Joe Talbot - singer of the band - for an in-depth interview. We talked about his relationship with violence and modern art, his favourite albums of 2018, Thatcher and Bush and Clinton, about randomness. Thank you for your time, Joe!

To introduce you

You have created the band in 2012 and released your first LP in 2017. Did you wait for 5 years on purpose, because you wanted to avoid being caught by the new speed of our society, or is it just because things happened this way?

As a band, we are very impatient so we would have released an album sooner had we thought we were writing consistently competent songs but we needed that time to learn our own artistic language. We have never shaped our career in the industry so our movements as a band and our choices may seem unconventional or slow but it was a necessity for our own development and enjoyment of our music.

I’ve read that you reject being called a post-punk band. I talked about this music genre with Andrew Savages (from the band Parquet Courts), and here’s what he said: "Calling something post-punk in 2016 is pretty asinine. It's a moment in music history that has happened and is over and was a relatively short-lived thing. Even in its original incarnation, I highly doubt that any of the bands we call "post-punk" ever identified under that label. It would be pretty generous to call "post-punk" a scene, in my opinion". Would you like to comment on that?

I don’t reject being called post-punk. I think some of our music sounds like bands that have been classed as such, I just don’t feel we are solely anything but a slowly evolving sound of our own wanting. I think it's convenient to use genres as a forming of discussion and I can't be fucked with semantics. Music is too wonderful to worry about what it's called; call us whatever you want to, please.

Did you ever read Sartre’s book entitled No Exit in which he says that "hell is other people"? If so, what did you think of it, and anyway, do you think that, indeed, hell is the other? I feel like it when listening to Brutalism

I haven’t read it, but I will! Thank you. I think hell is the result of the concept of “the other” and heaven is the notion of “us”.


Your LP, your philosophy

Did you realize, when composing Brutalism, that this LP will literally beat the listener? Was it intended?

We felt that our circumstance was at a point in need of catharsis and we wanted the album to be a tougher journey than a regular album but with that challenge comes a much more beautiful and poignant destination.

Who produced your LP? Can you tell me a little bit about the work he did on these songs? 

His name as a producer is Space and he is a genius in his field of recording and more so. He was a useful part in all of the pre-production and production, he taught us how to record our sound and helped me in developing my relationship with choruses. He also is a really lovely man.

Brutalism reminds me of some punk legends sometimes, but not so much, the album is absolutely not crushed by the figures of the past. What kind of relationship do you have with these legendary bands (Sex Pistols, Clash…)? Do you listen to them a lot or is it something that artists should forget a little bit in your opinion so to create something more unique?

I love all sorts of musicians from that punk era but I wouldn’t say they were a big influence on my writing. I think it's important, once you’ve soaked up as much joy from all art, to then forget it all and just be yourself. We are all, as creators, merely derivative at the start.


Many of your songs remind me of the late seventies when Thatcher got elected. I usually don’t ask bands about politics, and I would understand if you don’t want to comment on her, but if you do, here’s your chance to say what you think about her… 

She was destructive and greedy.

I ask about Thatcher because it seems to me that Brutalism is about this England of hard-working people in factories. Am I far from the universe you had in mind when composing it?

The universe in which I wrote Brutalism is the bastard of Thatcher and Blair and Bush and Clinton and Clegg and Cameron and you and me. It’s now. I'm not interested in pondering on the past. Today is scary enough.

Is "Faith In The City" cynical? I believe that you have NO FAITH at all in cities… that they are a permanent aggression…?!

I actually love cities and I’m fascinated by their infrastructure and how the streets affect the psyche. I couldn’t live in the country just yet; I’d miss the people.

Hm... and now I wonder if your answer is ironical as well. In "Mother", you say: "I know nothing I'm just sitting here looking at pretty colours". What do you mean by that? Although, let me tell you the way I understand it: in today society, "beautiful" is a very powerful idea. If something is not beautiful, it is deprecated. And so people hang out on Instagram looking at pretty pictures, they take pictures of "pretty food"… and celebrate pretty people, even though they have something to say. Is "pretty" overrated?

Specific lyrics are for you to define, not me.


Going further

Is modern art bullshit? "Stendhal Syndrome" suggests it, doesn't it?

No. It’s one of my biggest passions. Modern art is one of few things that make my world go around. I adopt a character in "Stendhal Syndrome".

That is the subject of The Square (2017). What relationship do you have with violence? Should art be necessarily violent?

Art can be anything. I work best with violence as a timbre or a palette or a voice.

I was reading some on Buddhism not long ago, and the author said that there was a risk in practicing it: the one of losing some vehemence in favor of more tolerance. Would you be willing to lose some of your violence, or is it too vital for you?

I think that I have changed so much over my years that it would be sad to assume that I can't evolve into anything else but at this moment in time my violence and my passion has come so fluently that I know this chapter isn’t finished yet. The randomness of life is so violent though that, so long as there is a balance in my life, I will always embrace violence as my vehicle.

I've recently interviewed The Wytches (a band from Brighton) and asked them of the scene in the UK. What do you think of it? What needs to be changed?

There is an air of unrest in the UK and I see some young heads coming through that are making exciting music. There are so many good musicians floating about making all sorts of different records that there is no singular scene but a barrage of goodness.


To conclude

Are you working on a new EP/LP? If so, do you already have a name? Which artistic direction will you take?

Yes and yes. FORWARD.

What other contemporary bands are you listening to?

Bamabara, Lice, Life, Frigs, Moaning, Spectres, Bodega, Thee MVP’s, Shame, Cabbage, Sleaford Mods, Novelist, Men, Housewives, Crows, Preoccupations, Numb.er, Young Fathers, Suuns, Ought, Snail Mail, Beak>, Show Me The Body, Rays, and Protomartyr.

How do you imagine your discography in 20 years from now? Do you think about it?

I try to only think what we are currently working on but I’d love to think we make as many records as we can whilst we love what we do.

Which LP is your favorite of 2018 so far? 

Last year was Protomartyr but this year is either Young Fathers "Cocoa Sugar", Novelist "Novelist Guy" or Ought "Room Inside The World".

OK. It’s time for the last question now. I've interviewed Bret Easton Ellis (author of American Psycho) and he told us me, in his opinion, "rock’n’roll is dead". What would you like to answer him?

I hope so.


******
FRENCH version
English above
******

Idles est l'un des meilleurs groupes anglais. En 2017, il a fait paraître Brutalism, un premier album qui marquera la décennie de son pays. Il est violent et magnifique. C'est donc un immense plaisir d'avoir rencontré Joe Talbot - chanteur du groupe - pour un interview en profondeur. On y parle de son rapport à la violence et à l'art moderne, de ses albums préférés de l'année 2018, de Thatcher et Bush et Clinton, de l'aléniation. On acquiesce, on réfléchit et on se retrouve autour d'un punk ravageur.

Présentations

Vous avez formé Idles en 2012 et vous avez finalement sorti votre premier album en 2017. Avez-vous volontairement pris votre temps afin d'éviter d'être pris de vitesse, ou est-ce simplement le résultat du cours des choses ?

Nous sommes très patients. Nous aurions sorti notre premier album plus tôt si nous avions pensé être prêts, mais nous avions besoin de plus de temps pour apprendre à connaître notre propre langage artistique. Nous n'avons jamais orienté notre carrière en fonction de l'industrie. Nos choix en tant que groupes peuvent sembler curieux, ou lents, mais ils résultent toujours d'une nécessité pour notre développement ainsi que notre plaisir à jouer de la musique.

J'ai lu que vous refusiez l'étiquette de post-punk. J'ai parlé de post-punk avec Andrew Savages (Parquet Courts), et voici ce qu'il en disait : "Décrire un groupe de post-punk en 2016 est stupide. C'est un moment de l'histoire de la musique qui s'est produit, qui est terminé et qui a été relativement court. Même dans son incarnation originale, je doute fortement qu'un des groupes que nous appelons "post-punk" ne se soit jamais identifié comme tel". Aimeriez-vous faire un commentaire à ce sujet ?

Je ne rejette pas l'idée d'être qualifié de post-punk. Certains de nos morceaux ressemblent à ceux de groupes qui ont été étiquetés comme tels, mais j'ai surtout l'impression que nous sommes un groupe qui détient sa propre musique qui est le fruit d'une lente évolution. Les étiquettes sont pratiques et servent à la discussion, mais je ne veux pas me faire chier avec ça. La musique est trop merveilleuse pour s'inquiéter de ses appellations. Appelez notre musique comme il vous chante.

Avez-vous déjà lu Les Autres de Sartre dans lequel il dit que "l'enfer, c'est les autres" ? Si oui, qu'en avez-vous pensé et croyez-vous que l'enfer est en effet... les autres ? J'en ai parfois l'impression à l'écoute de Brutalism...

Je ne l'ai pas lu, mais je vais le faire. Merci. Je pense que l'enfer est le résultat du concept de "l'autre" et que le ciel est la notion de "nous".



Votre LP, votre philosophie

Avez-vous composé Brutalism dans le but qu'il tabasse l'auditeur ?

Nous avions besoin de catharsis et nous voulions que notre album soit un voyage plus difficile qu'un album régulier, mais avec ce défi vient un voyage beaucoup plus beau et poignant.

Qui a produit cet album ? Pouvez-vous me parler un peu du travail qui a été fait sur ces morceaux ? 

Son nom de producteur est Space, c'est un génie. Il a joué un rôle utile dans la pré-production et la production de cet album, il nous a appris à enregistrer notre son et m'a aidé à améliorer mon rapport avec les chœurs. C'est aussi un homme très charmant.

Brutalism me rappelle quelques légendes punk, et malgré tout, il n'est absolument pas écrasé par les figures du passé. Quel type de relation entretenez-vous avec ces groupes légendaires (Sex Pistols, Clash....) ? Les écoutez régulièrement ou pensez-vous qu'ils doivent être oublié afin de laisser place à une musique plus unique ?

J'aime beaucoup des groupes de l'époque punk, mais je ne dirais pas qu'ils ont eu une grande influence sur mon écriture. Il est important, une fois que vous avez absorbé autant de joie, d'oublier tout cela et d'être vous-même. Mais nous sommes tous, en tant que créateurs, de simples dérivés.


Beaucoup de vos morceaux me rappellent la fin des années 70, lorsque Thatcher a été élu. Je n'ai pas pour habitude de poser des questions politiques, et je comprendrais si vous ne voulez pas y répondre, mais si tel n'est pas le cas, voici votre chance de dire ce que vous pensez d'elle...

Elle était destructrice et avide !

Je m'interroge sur Thatcher parce qu'il me semble que Brutalism parle beaucoup de cette Angleterre des gens qui travaillent dans les usines.

L'univers dans lequel j'ai écrit Brutalism est celui de Thatcher, et de Blair, et de Bush, et de Clinton, et de Clegg, et de Cameron, et de vous et de moi. C'est maintenant. Je ne suis pas intéressé par le passé. Aujourd'hui est bien assez effrayant.

"Faith In The City" est-il cynique ? J'ai l'impression que vous n'avez aucune foi dans les villes... qu'il s'agit pour vous d'une agression permanente... ?!! 

J'adore les villes et je suis fasciné par leurs infrastructures et la façon dont les rues affectent le psychisme. Je ne pourrai pas vivre à la campagne ; les gens me manqueraient.

Hm... et je me demande encore si cette réponse est ironique. Dans "Mother", vous dites : "Je ne sais rien, je suis assis à regarder de jolies couleurs". Qu'entendez-vous par là ? Peut-être, avant que vous y répondiez, laissez-moi vous dire comment je comprends cette phrase : le "beau" est une idée très puissante dans la société d'aujourd'hui. Si quelque chose n'est pas beau, il est déprécié. Les gens passent donc leur temps sur Instagram en regardant de jolies photos, ils prennent des photos de jolies nourritures... ils célèbrent les jolies gens, même s'ils n'ont rien à dire. Alors, le beau est-il surfait ?

C'est à vous d'analyser le sens des paroles, pas à moi.


Pour aller plus loin

L'art moderne, c'est une connerie ? "Stendhal Syndrome" semble le suggérer...

Non. C'est l'une de mes plus grandes passions. L'art moderne est l'une des rares choses qui font tourner mon monde. J'adopte un personnage dans "Stendhal Syndrome".

C'est d'ailleurs le sujet du film The Square (2017). Quelle est votre relation à la violence ? L'art doit-il être nécessairement violent ?

L'art peut-être ce qu'il veut, moi, je travaille mieux avec la violence.

Il n'y a pas si longtemps, je lisais quelques réflexions sur le bouddhisme. L'auteur en disait qu'il y a un risque à le pratiquer : perdre un peu de véhémence au profit d'une plus grande tolérance. Seriez-vous prêt à perdre une partie de votre violence, ou est-ce trop vital ?

Je pense que j'ai tellement changé au fils des années qu'il serait triste de supposer que je ne peux pas évoluer vers autre chose, mais en ce moment, ma violence et ma passion sont arrivées à ce point prégnantes que je ne sais pas si ce chapitre est terminé. Le hasard de la vie est si violent que, tant qu'il y aura un équilibre dans ma vie, j'embrasserai toujours la violence comme véhicule.

J'ai récemment interviewé The Wytches (un groupe de Brighton) et je leur ai demandé de me parler de la scène au Royaume-Uni. Que pensez-vous de celle-ci ? Qu'est-ce qui doit être changé ?

Il y a un air d'agitation au Royaume-Uni et je vois arriver de jeunes têtes qui font de la musique excitante. Il y a tellement de bons musiciens qui flottent qu'il n'y a pas de scène singulière, mais un barrage de bonté.


Pour conclure

Travaillez-vous sur un nouvel EP/LP ? Si oui, avez-vous déjà un nom ? Quelle direction artistique prendrez-vous ?

Oui et oui. FORWARD.

Quels sont les autres groupes contemporains que vous écoutez ?

Bamabara, Lice, Life, Frigs, Moaning, Spectres, Bodega, Thee MVP’s, Shame, Cabbage, Sleaford Mods, Novelist, Men, Housewives, Crows, Preoccupations, Numb.er, Young Fathers, Suuns, Ought, Snail Mail, Beak, Show Me The Body, Rays et Protomartyr.

Comment imagines-tu votre discographie dans 20 ans ?

J'essaie de ne penser qu'à notre travail actuel, mais j'adorerais pouvoir faire autant de disques que possible.

Quel est ton LP préféré de 2018 jusqu'à présent ? 

L'année dernière, c'était Protomartyr, mais cette année, c'est soit Cocoa Sugar de Young Fathers, soit Novelist Guy de Novelist, soit Room Inside The World de Ought.

OK. L'heure est venue de la dernière question. J'ai interviewé Bret Easton Ellis (auteur d'American Psycho) et il m'a dit qu'à son avis, "le rock'n'roll est mort". Que souhaiterais-tu lui répondre ?

Que je l'espère bien !

You Might Also Like

0 commentaires