Wyatt Blair, générique pour une vie heureuse

Je commence tous mes articles sur Wyatt Blair de la seule façon qui vaille : roi de la power pop et de ses genres dissidents, Wy est ...



Je commence tous mes articles sur Wyatt Blair de la seule façon qui vaille : roi de la power pop et de ses genres dissidents, Wy est un chouchou historique de Still in Rock et chacune de ses sorties ne fait jamais que confirmer mon intérêt qui, au fil des ans, s'est transformé en admiration. Son troisième album, Smoke & Mirrors, est sorti au début de l'année en exclusivité intergalactique sur Still in Rock. Il était huge. Le quatrième vient tout juste de voir le jour, et si l'on s'est mal compris avec Wyatt Blair quand à la date de sortie pour une exclusivité, tout cela importe peu et voici donc son dernier bébé.


On le sait, Wyatt Blair a toujours fait dans la musique féérique. S'il s'est éloigné du genre power pop au fil des ans - devenant plus power que pop - il conserve cette capacité à ne communiquer que de bons moments, quand bien même ses textes abordent parfois des thèmes difficiles. C'est ce qu'illustre déjà "Yesterday", mais permettez-moi de foncer sur "Gotta Get Away", le générique pour une vie heureuse. Je ne crois pas avoir sécrété autant d'endorphines à l'écoute d'un morceau depuis de longs mois. Et parce que la fête doit continuer, Wy fait de "Daydream" l'occasion d'une pop orientale et eighties pour aller danser du côté de Shanghai. Plus les albums passent et plus Wyatt Blair semble maitriser tous les aspects de sa musique - production comprise. Ils sont rares ceux qui savent atteindre autant de sommets pop.

"Who's To Blame" enchaine dans un style série TV 80s que Wyatt Blair aime sublimer. Ce coup-ci, il le fait avec des solos de guitare bien trop flashy, on frôle la masterpiece. Oh, et ces voix dédoublées qui sont absorbées par les échos... Cette première partie de l'album est multicolore, fluorescente, riche en toboggans, en lumières et en mélodies pop gonflées aux refrains de 30 secondes au moins.


"Ruff Love", le premier titre de la seconde phase de l'album, est volontiers plus sudiste. Je me réjouis, soit dit en passant, de l'intérêt croissant de la scène pour les Etats ensoleillés. On comprend alors les photos avec le chapeau de cowboy, nouveau look après celui de l'homme d'affaires en costume-parachute (voyez!!!!). Wyatt Blair serait un personnage de série que je ne serai pas étonné. Oh, et "Madeline" d'en rajouter une couche super-cheesy, comme s'il était encore possible de rajouter une tartine de sourires béats à cette musique.

Sur "A New Tomorrow", Wyatt Blair prétend être devenu sérieux, quelques secondes au moins. C'est comme s'il avait été absorbé par les sixties - l'influence de l'excellent Matt Rendon. En réalité, il saisit l'occasion sixties pour chanter quelques paroles d'amour. C'est ce que la scène actuelle ne sait plus faire, on excusera donc Wyatt Blair d'emprunter une introduction sixties pour se lancer. La seconde moitié de l'album ravira les fans d'Elton John. Boom.

"Tenderly" veut nous dire quelques mots d'amour dans l'élan initié par le précédent, mais c'est à "Won't Back Down" que revient la tache de nous soustraire une petite larmiche. Je mets aux défis tous les lecteurs de Still in Rock de trouver un titre qui ressemble de près ou de loin à celui-ci. Wyatt Blair est un véritable créateur, l'un des rares chercheurs qui aspirent des dizaines d'années de musique pour les transformer en quelque chose de nouveau.



Peut-être Wyatt Blair n'a-t-il jamais délivré un album aussi british que celui-ci. Des quelques références aux Beatles à la scène dance des années 80s en passant par les grands noms (Elton John, Rob Stewart & co), il délivre un LP à faire danser la terre entière, main dans la main, comme sur une publicité de l'Unesco. A moins que la véritable inspiration de cet album ne soit Billy Joel et Tom Petty. Inspirational Strawberries sera donc le meilleur album de Noël depuis des lustres, parce que fun fun fun et dans la grande tradition de ceux qui ont su créer des vocations.

(mp3) Wyatt Blair - Gotta Get Away
TracklistInspirational Strawberries (LP, Lolipop Records, 2018)
1. Yesterday
2. Gotta Get Away
3. Daydream
4. Who's To Blame
5. The Waiting Room
6. Ruff Love
7. Madeline
8. A New Tomorrow
9. Tenderly
10. Won't Back Down

Liens :
Article sur Point of No Return

You Might Also Like

0 commentaires