Anachronique : Pointed Sticks (Power Pop Punk)

Pointed Sticks était un groupe canadien, le premier a avoir signé chez Stiff Records - la maison de Nick Lowe  - et qui avait tiré s...


Pointed Sticks était un groupe canadien, le premier a avoir signé chez Stiff Records - la maison de Nick Lowe - et qui avait tiré son nom d'un sketch des Monty Python (lien). Son unique album, Perfect Youth, est paru en 1980 sur le célèbre label anglais, quelques mois avant que le groupe ne décide de se séparer - et de se reformer en 2008, mais ça...

Pointed Sticks est un groupe à la frontière entre punk gentil et power pop, un peu comme Protex, un peu comme les Speedies. Une fois encore, ce style de musique a totalement disparu des écrans radars, je ne saurai dire pourquoi tant il a exprimé la quintessence du cool underground nord-américain à la fin des années 70', à croire que tous les revivals ne prennent pas. 


Toujours est-il que Pointed Sticks fait partie de ces groupes oubliés de l'époque. Il faut dire qu'il n'a jamais composé de tubes radio et que son label n'avait pas une immense force de frappe - bien qu'il soit aujourd'hui considéré comme étant culte. Il n'en demeure pas moins que son Perfect Youth encapsule un peu de cette jeunesse nord-américaine - canadienne, OK - de l'époque et ce charme désuet n'est pas sans magnétisme.


"Marching Song", le premier titre, dit d'entrée sa volonté très pop. Il dit également vouloir se rapprocher du punk british, on peine à identifier le côté canadien des Pointed Sticks. Le son jangle pop de la guitare est typique des groupes de punk de cette époque. Vient alors "Perfect Youth", le seul hit de la discographie du groupe. Plus power pop, il répond à tous les calibres de l'époque. Le jeunisme des Pointed Sticks a l'avantage de mettre tout le monde d'accord, les fans des Sweet en passant par les Quick jusqu'aux Modern Lovers.


"No Use For You" est un brin burlesque, c'est quelque chose que l'on retrouve dans beaucoup de groupes de la fin 70', Squeeze en première ligne. Les Pointed Sticks sont à mon sens bien meilleur lorsqu'ils se tournent vers un punk plus franc, façon Only Ones. "When She's Alone" joue la carte romance, on s'imagine alors devoir inviter Georgette à une partie de bowling. Sortez vos petits t-shirts trop courts de l'époque, les Pointed Sticks excellent dans l'exercice ! 

"American Song" vient ensuite brouiller les pistes sur le véritable pays d'attache des Pointed Sticks. Le côté power pop à la Shivvers - un des 20 albums préférés de Wyatt Blair, maître power pop depuis 2012 - est efficace, coloré, simple d'accès, bref, réussi ! "True Love" vient clore la face A avec un rythme plus marqué, c'est Richard Hell and The Voidoids qui a dû être content d'y constater son influence !



"1-2" se trompe d'univers, et puis, c'est sur-produit façon années '80. "The Witch" reprend ensuite les Sonics avec plus ou moins de réussite tandis que "Real Thing" se perd dans un morceau 100% pop. Le dernier cité est à l'évidence suffisamment bon pour figurer sur Perfect Youth, mais Pointed Sticks est meilleur lorsqu'il est un brin plus punk. "Way You Do" le prouve ! 

L'album se termine sur "Out Of Luck" et "Part Of The Noise", une fois encore, Pointed Sticks prouve sa capacité à délivrer d'excellents morceaux power pop punk. Et une fois encore, aucun groupe actif en 2017 ne rappelle ce spirit, si ce n'est quelques titres de Warm Soda (j'en reparlerai bientôt...).


Au final, Perfect Youth est un très bon album du genre. Je peine à croire qu'il convertira les foules à ce punk d'époque très coloré, mais il continuera longtemps d'animer les bars qui refusent de servir des mojitos. Et puis, Pointed Sticks prouve que le Canada n'aura pas échappé à la mouvance power pop. C'est déjà beaucoup, pour un seul groupe.

(mp3) Pointed Sticks - Marching Song (1980)
(mp3) Pointed Sticks - Perfect Youth (1980)

Tracklist :
1. Marching Song
2. Perfect Youth
3. No Use For You
4. When She's Alone
5. American Song
6. True Love
7. 1-2
8. The Witch
9. Real Thing
10. Way You Do
11. Out Of Luck
12. Part Of The Noise

Liens :
Article sur Protex
Lien vers tous les articles anachroniques

You Might Also Like

0 commentaires