Dossier : Tame Impala, avant l'avant (Psych Rock)

Tame Impala . Ecrire un article sur Tame Impala nécessite toujours la plus grande précaution, choisir chaque mot avec soin, en p...





Tame Impala. Ecrire un article sur Tame Impala nécessite toujours la plus grande précaution, choisir chaque mot avec soin, en peser la lourdeur et s'assurer qu'ils fassent honneur, autant que possible, à cette musique qui n'a d'égal.

Lonerism, meilleur opus de l'année 2012, a longuement été chroniqué sur les cahiers Still in Rock (article). Avant ça, Tame Impala faisait paraître Innerspeaker, autre chef-d'oeuvre du genre. Les plus férus du groupe connaissent également l'EP self-titled, sorti en 2008. C'est avant cet EP que je situe le coeur de cet article, aux plus profonds débuts du groupe australien, en 2005. Un ensemble de treize titre a été rassemblé sous le label Demos 2005 - 2010. On y trouve un Tame Impala à la recherche du son qui le fera connaître, déjà proche de l'énergie des plus récentes créations. Qu'en retenir ? Liste !

  • The Sun : Le son de la guitare est strictement identique à celui de Innerspeaker. La voix de Kevin Parkner se cherche encore. La montée qui suit la première minute n'a absolument rien à envier aux meilleurs créations du groupe. De quoi nous envoyer très loin, là où psyché n'a pour synonyme que grandiose.
  • Bold Arrow of Time : Seul titre présent sur un opus de Tame Impala, cette version de "Bold Arrow of Time" est belle et bien distincte de celle que l'on s'injecte depuis plusieurs années. Le son y est plus sec, le rythme plus vif encore, et c'est surtout la place proéminente donnée à la guitare qui marque avant toute chose. On se rend véritablement compte de la portée de cette version à 2min15.
  • Flow : Comme pour "The Sun", "Flow" aurait très bien pu faire partie d'Innerspeaker. La voix s'apparente fort à celle que nous connaissons si bien, plus étirée, prenant un espace sonore plus important. Que dire sinon que ce rythme est à présent inscrit dans notre ADN. L'espace plus expérimental, aux allentours de 3min00, fait du final un kaléidoscope sonore explosif.
  • Into The Jungle : Ce titre est à l'évidence le plus différent des autres. Proche de l'univers de Wolfmother, on se trouve en présence d'une Tame Impala qui cherche encore sa marque sonore.
  • Latenight Moonlight : Une fois encore, un titre à la hauteur des plus grandes créations de Tame Impala. Lorsqu'on atteint l'irréprochable, dur de garder sa retenue. Le final fait apparaître toute l'importance qu'occupe la batterie, à la façon "Nothing That Has Happened So Far Has Been Anything We Could Control", titre ultime de Lonerism.
  • My Lover Mother Nature : Certainement le morceau qui cogne le plus fort. "My Lover Mother Nature" fait la part belle à des sonorités psychés qui arrivent de tout bord. La marche militaire que nous impose Tame Impala se transforme en véritable profusion à 3min36.

(mp3) Tame Impala - The Sun
(mp3) Tame Impala - Bold Arrow of Time
(mp3) Tame Impala - Flow
(mp3) Tame Impala - Into The Jungle
(mp3) Tame Impala - Latenight Moonlight
(mp3) Tame Impala - My Lover Mother Nature


Dans l'ensemble, le son de la guitare de Kevin Parkner est moins étendu, tout comme sa voix, plus directe, moins poétique. Tame Impala a su gagner en patience au fil du temps, donnant à sa musique une mise en abime particulière. A ne pas en douter, ces quelques morceaux méritent d'être dans toutes bonnes collections de Tame Impala.

Ce billet est également l'occasion de vous présenter une secret track présente sur Innerspeaker. Sobrement intitulée "30 Mins With Mathew Saville", on retrouve toute l'énergie du premier opus dans un morceau subsaharien. Le titre, de plus de 27 minutes, est intense, très expérimental, et absolument majestueux. Sit back and enjoy.


(mp3) Tame Impala - 30 Mins With Mathew Saville


Lien afférent :
Album Review de Lonerism

You Might Also Like

1 commentaires