Best Of Still in Rock : Avril 2012

Avril 2012 . Chers amis, je ne vais pas me répéter sur l'augmentation de la fréquentation, etc etc. Non, ce mois-ci, les faits sont bie...


Avril 2012. Chers amis, je ne vais pas me répéter sur l'augmentation de la fréquentation, etc etc. Non, ce mois-ci, les faits sont biens plus préoccupants : 2012 a connu son plus beau mois, Still in Rock l'un de ses tout meilleur. Jack White, Beach House, Ty Segall & White Fence, ces seules Album Review se suffisent à elles-mêmes alors qu'Andrew Bird, Yellow Ostrich, Dirty Projectors et j'en passe ont eux aussi marqué l'actualité. Quel plaisir que d'être ici avec vous pour commenter tout ça.





----


1. Jack White : consécration du plus grand (article ici)

D'ores et déjà l'un des articles les plus populaires de Still in Rock. L'intégralité des titres de cet opus devient, après quelques écoutes seulement, un véritable classique. Blunderbuss marquera cette année et celles à venir. MAJESTUEUX.


2. Beach House : la dream pop à son sommet (article ici)

Cet album de Beach House s'inscrira lui aussi parmi les tout meilleur de l'année. L'écoute de Bloom vous apaise autant que vous procure de magnifiques sensations. La messe est dite.


3. Ty Segall & White Fence : explosion auditive (article ici)

La rencontre de deux des meilleurs groupes de rock garage actuels aura été à la hauteur de nos espérances. Explosif, dynamité et dangereux, cet opus nommé Hair vous recoiffe définitivement.


4. Dirty Projectors : la folk tient son album (article ici)

"Gun Has No Trigger" est le premier titre du nouvel album des Dirty Projectors : Swing Lo Magellan. Alors que celui-ci sortira en juillet, l'un des meilleurs titres de l'année semble déjà en notre possession : vivement plus.


5. Andrew Bird : expérience visuelle non identifiée (article ici)

Andrew Bird s'est déjà fait remarqué en cette année 2012 pour avoir fait paraitre le très beau et très complexe Break It Yourself. C'était sans compter sur une vidéo qui marquera les esprits. Jamais vous n'en aviez vu une de la sorte.


À également ne pas manquer : L'Album Review de Father John Misty (ici), auteur d'une folk pleine de sincérité. Le Live Review de Baxter Dury pour les amoureux de dandysme (ici) et une toute nouvelle vidéo des excellents Yellow Ostrich (ici).

You Might Also Like

0 commentaires