Paul Jacobs, and now, garage pop!

Alors que je m'asseyais dans mon café habituel pour mon dernier dimanche parisien (j'y reviendrai), Paul Jacobs a eu l'...


Alors que je m'asseyais dans mon café habituel pour mon dernier dimanche parisien (j'y reviendrai), Paul Jacobs a eu l'excellente idée de nous gratifier d'un nouvel EP, le premier depuis Pictures, Movies & Apartments paru en novembre 2016. Intitulé Story About Anything, il participe sans difficulté de l'une des plus belles discographies garage des années 2010s. Et si jamais on avait l'envie d'éliminer de la liste des artistes garage tous ceux qui se sont tournés vers un autre style de musique après leur début, ils n'en resteraient pas des tonnes et Paul Jacobs serait assurément quelque part en haut de la liste. Ce que cela veut dire, c'est que Paul Jacobs ne s'est pas tourné vers le garage par nécessité, parce qu'il n'avait pas les moyens de plus. La fidélité au genre a de quoi nous émoustiller.

Et cela ne l'empêche pas d'innover. Cet EP est assurément moins fuzzy que ce à quoi il nous avait habitués, Paul Jacobs semble prendre la route de Ian Svenonius, de l'hardcore vers la pop distillée par votre rhumerie préférée. Les cinq morceaux qui le composent sont plus garage pop que death punk, mais il ne faut pas croire pour autant que Paul Jacobs ait décidé de se tourner vers des hits hi-fi pour aller vendre chez vos disquaires préférés. Ne se travestit pas qui veut, et Paul Jacobs, lui, n'est pas un travesti.



Voyez, déjà, à quel point "Story About Anything" est différent. A quel point il est plus accueillant, migrant de la dureté des années 70s - de l'ultra lo-fi fuzz-a-go-go - vers un son plus eighties. On croirait entendre la démo du prochain hit d'un groupe de power pop ! Quant à "Different Song", il est introduit comme une ritournelle que l'on se passe au lendemain d'une longue soirée. Il faut dire que Paul a toujours aimé la France.

"Picture In the Paper" est une référence probable au concept de cet EP. Paul Jacobs a dessiné 100 pochettes qu'il a animées dans une splendide vidéo : ici. Il ne nous reste plus qu'à les acheter, that's right! Quel meilleur cadeau pour attaquer les vacances d'été que cet objet collector qui ravira tous les weirdos de votre entourage ?! Pensez-y !

Vient alors "The Telephone (Revisited)", probablement le plus représentatif de tous, parce que la comparaison avec la version de Do It Again est flagrante. Et puis, Paul Jacobs laisse place à un petit délire sur "Here Comes Nothing". Cela appelle peu de commentaires.


Au final, la mutation vers le genre garage pop est réussie sans encombre, Paul Jacobs y excelle comme il excelle dans le garage punk qui nous salit les oreilles. L'excellente nouvelle, c'est que peu importe que Paul décide de se consacrer au rock'n'roll, à la bossa nova ou à la funk, il le fera toujours dans un style garage. Je suis toujours inquiet des artistes que j'interview et qui me disent qu'un jour, ils seront probablement lassés du garage et qu'ils feront autre chose. Il doit leur manquer quelque chose de viscéral. On ne pourra probablement jamais faire ce reproche à Paul Jacobs !


Tracklist : Story About Anything (EP, 2018)
1. Story About Anything
2. Different Song
3. Picture In the Paper
4. The Telephone (Revisited)
5. Here Comes Nothing

Liens :

Article sur son album Do It Again
Article sur Pictures, Movies & Apartments



You Might Also Like

0 commentaires