Sonic Youth Week: Interview de Thurston Moore

© Vera Marmelo ******* ENGLISH version Click here for the french one ******* It was on a Sunday evening, I just came back f...

© Vera Marmelo

*******
ENGLISH version
Click here for the french one
*******

It was on a Sunday evening, I just came back from Prague with no sleep when I got the news: Thurston Moore's assistant sent me the address where to meet him for a glass of wine. Somewhat plans would change and I found myself to his recording studio. Eva Prinz welcomed me with open arms and so was it, I was speaking with the couple about art, music, books... Later, Thurston invited me to come with him to the mixing board where he had work to do. What a night! To meet someone who count so much in a - artistic - life is a privilege and I would like to insist on Thurston Moore's kindness. A big thank you to Eva as well for making me feel so comfortable. The rest is below.

*********

Thibault: Hi Thuston. Thanks for having me, it's a great pleasure to have this talk with you. OK, let's start, straight to the point. I feel like there are very few artists who have released amazing LPs after 10 years in the same band. You did with Sonic Youth. Do you like your latest LPs with the band as much as the first ones?

Thurston : For recordings, it is such a spiritual thing. A communication among a chosen family. These collaborations are for me more about those moments in the studio. The magic practiced there. It is such an honor to work with a real bass player as accomplished and psychic as Deb Googe. She and Steve Shelley are sublime together. Steve has always been and will always be one of my closest friends.

London-based guitarist James (Shredwards) Sedwards was introduced to by Eva. It was her idea that we should play together. He is a young master of the instrument. This band stimulates me to no end. They are respectful, sincere, genuine, polite individuals who are specifically interested in performing. They don't care about photoshoots, or fame, or any of that innocuous nothingness that comes with this scene.

Thibault: So is Sonic Youth now over for good?

Thurston: Sonic Youth will always exist. There are so many recordings and videos. Turn on your stereo, SY is there.

Thibault: I will, haha. So, when is your next solo LP coming out? What is it about? Do you have, label, artwork, or even a name for it?

Thurston: "RocknRoll Consciousness" will be released in the spring 2017. It was recorded in the early spring at (Producer) Paul Epworth's exquisite London studio The Church. I want it released the same time of year it was recorded because of that feeling....that sweet moment when the flowers are on the cusp of blossoming. We would walk through this very leafy area of London where the studio is near the Gospel Oak neighborhood and watch the color of trees change each day. It felt like we were part of a painting that evolved with first thin paint strokes and then thicker and more sumptuous green brushes. You can hear it in the music. I remember a line in the lyrics describing a "petaling ground."

The fact that this album was recorded during this time in my life when I feel I have found true love and a kind of love that is based on a long friendship and grew out of that. People don't know it, but Eva and I worked together for many years before we became involved. It has been described in the press controversially, but in actual fact, it was this very gentle and thoughtful evolution that blossomed out of one of the most intellectual, supportive and sweetest relationships in my life.

Thibault: So, love has changed you and the way you create art. What about fame?

Thurston: I hope that any recognition hasn't changed me. I feel I always tried to keep things real with my family, neighbors and friends. For the first time in my life I have an assistant which is great and incredibly helpful for touring, but also strange for me because I am so DIY.

© Vera Marmelo

Thibault: Speaking about DIY, you're a very skilled guitar player. What do you think about punk music in which, sometimes, music players are less technical. I guess my question is about your relationship with technic and skills in term of art...?

Thurston: People think I'm not so interested in being technical, but it isn't exactly true. My father played classical piano and I feel it was an incredible privilege to be raised in such a household. Maybe others in SY claim they are "not a musician," but I am and take my role in music seriously. Improvisation is also important to me. I do also compose and love to. I would like to do more composition for film and theater. I enjoy working with the London Sinfonietta and would like to do more with string sections. Listening to Eva practice the cello and play her little mandolin in bed is one of the most erotic things in my life.


Thibault: About the experimental aspect of your music, I read that you don't take drug because you need a balance between your personal life - supposedly healthy - and the music you create - a little bit less conventional. This is Hermann Hesse philosophy as well, in Steppenwolf. All of that is quite far from the cliché of a rockstar... And this is outside common standards...

Thurston: Drugs seem like a good idea....maybe when I'm older. I like the idea of opium. Eva makes the most delicious absinthe lemonade in the summer. It's a secret recipe. It feels like heaven.

Eva Prinz: Aww, that's sweet T, thank you. We can make a batch next time we're in Paris for your gig with Stephen O'Malley. September is still lemonade weather!

Thibault: Hm, now I'm thirsty. OK, being loving these secret drinks, you're aksi big on jazz. Who's your favorite jazz composer and how does it influence your music, do you take the improvisation part of it, or the length, the spirit...?

Eva Prinz & Thurston: I guess our T-shirt line of my jazz guys would be... Trane lives, Sonny Sherrock for President, Sun Ra, Live et Planet Earth!

Thibault: Maybe jazz also brought you to new paths... You played with out of tune guitars and I read that it is because you wanted to feel free from musical convention. Is being outside social/musical conventions something important for you?

Thurston: Perhaps when I was a younger man I made choices that seemed "other," but now especially as I travel I have grown out of that maybe...

Last February when I really need a vacation and to be away from everything, Eva took me on a little vacation to Northern Africa and we traveled around with a little bag and my guitar and I found myself playing with street musicians. It was one of the most the magical experiences in my life. I wasn't on tour. I had nowhere to be except in love. There, especially with my non-existent Arabic I sort of found that I wanted to figure out what we all have in common - what connects us, rather than what keeps us outside.

"Musics" (Ecstatic Peace Library)

Thibault: You're also teaching poetry. Do you feel any close to Kerouac and the all beat thing? I feel like there is a similar approach between your music and their writings, once you find a rhythm, you really explore it in its entirety...

Thurston: Maybe not in its entirety... Exploration is very key to any art form.

Thibault: Do you schedule on which are form you are supposed to work for certain periods or do choose depending on every-day mood?

Thurston: Usually work is scheduled in advance and I will have to focus any given day on the assignment. It could be a piece of writing for Sight & Sound magazine followed by Rehearsal on Monday and then catch the Eurostar to Paris to meet friends for exhibition on Tuesday....

Thibault: You're also a writer, a poet... Are there certain topics that you keep for a certain art form, let's say, talking about friendship for your music and not your poetry, or do you create on every topics independently of the final art form?

Thurston: Yes, I feel like the poetry scene has been the sweetest to me in my life. We really love that the Poet is still an important role in France. Eva always goes berserk with her camera when she sees the Raymond Queneau metro station or the Boris Vian this-or-that. I publish poetry under a moniker "Flowers & Cream"

Eva & I publish all kinds of things so long as we feel they're coming from a sincere place. Presently we are working on a book that is a complete facsimile of this very obscure publication from the 1970s. It's called Musics (link).


Thibault: You're working on several books, can you tell us more about the one on the topic of free improvisation?

Thurston: Eva became obsessed with this all-girl band from London in 1970s and was asking me about them and asking our friend (the pianist) Steve Beresford about them, and he said he had his old issues of 'Musics' with articles by them and photographs of them. She demanded to see these issues. We merit with Steve and he brought all the 23 issues because he worked on every issue and still had them. They were so incredible Eva called the other editors and asked if Ecstatic Peace Library (our publishing imprint) could bring out a facsimile edition of the whole print run and luckily everyone agreed.

Thibault: Also, The Death Archives has just been released. Did you ever feel that Black Metal could be such an influence? Also, why you think that you get fascinated by this band?

Thurston: Jørn "Necrobutcher" Stubberud bassist of Mayhem released his illustrated memoir in Norway and Eva and I acquired the English rights to it and released it in the UK on 6.6.16

It's an excellent book that dispels a great deal of hearsay on his band Mayhem. That band is exceptional. They invented the scene. I'm not a fan of all Black Metal, but Mayhem are quite an exceptional band.

Stereo Sanctity: Lyrics & Poems" (Ecstatic Peace Library / Rough Trade)

Thibault: Nirvana and Sonic Youth are among the only "underground" bands to have become that famous. How do you explain that? 

Thurston: Hmmmm, I don't think I can.

Thibault: Some are saying that "music scenes" don't exist anymore because of Internet. What do you think of that assertion? Also, do you feel like Sonic Youth was part of a scene?

Thurston: I don't believe the music I love is something that exists on the web

Thibault: Alright, one more and we're done! Are you thinking about your place in music history? Is that something you're proud of or not really a think for you?

Thurston: No

Thibault : That is said! Alright, thanks for your time and see you in September probably!



**********
Version française
**********

C'était un dimanche soir, je rentrais de Prague épuisé de ne pas avoir dormi et j'apprenais la nouvelle : l'attaché de presse de Thurston Moore venait de m'envoyer l'adresse où je devais le retrouver autour d'un verre de vin. Les plans allaient quelque peu changer et je me retrouvais à son studio d'enregistrement. Eva Prinz m'accueillait les bras grands ouverts et voilà que j'étais en compagnie du couple à parler d'art, de musique, de livres... Thurston me conviait même à venir avec lui à la table de mixage où il avait encore du travail à effectuer. Quelle soirée ! 

Rencontrer quelqu'un qui compte autant dans une vie (artistique) est très particulier et je voudrai ici insister sur la gentillesse de Thurston Moore, toujours disponible, toujours avenant. Un grand merci également à Eva pour m'avoir fait sentir à mon aise. Le reste se trouve ci-après.


Thibault : Hello Thurston, merci de me recevoir, ça me fait vraiment plaisir d'avoir cette discussion. OK, c'est parti. J'ai l'impression qu'il y a très peu d'artistes qui ont sorti des albums incroyablement bons après 10 ans d'existence (voir cet article). Tu l'as fait avec Sonic Youth, mais qu'en penses-tu personnellement, aimes-tu tes derniers albums solos autant que les premiers de SY ? 

Thurston : La musique est quelque chose de très spirituel, c'est une sorte de communication au sein d'une même famille. Tous ces échanges représentent bien plus pour moi que du temps passer en studio. Aujourd'hui, j'ai la chance de travailler avec une très bonne bassiste, Ded Googe. Elle et Steve Shelley forment un duo merveilleux. Steve a toujours était l'un de mes amis les plus proches, ce qui rajoute de la magie au processus. Je travaille également avec James "Shredwards" Sedwards que Eva m'a présenté. Elle a eu l'idée que l'on joue ensemble et je l'en remercie, il est excellent. Ce groupe me stimule à chaque instant, ce sont des gens sincères et ingénieux... d'excellentes personnes. Ils se moquent des shooting photo, de la célébrité et de tout ce néant qui entoure cette scène.

Thibault : À t'écouter, j'ai l'impression que Sonic Youth est terminé pour de bon ? 

Thurston : Sonic Youth existera toujours. Il y a tant d'enregistrements et de vidéos. Allumes ta radio, SY est là.

Thibault : Ce n'est pas faux. Bon, et sinon, pour quand est prévu ton prochain album solo ? De quoi parlera-t-il ? As-tu déjà un label, une pochette, un nom... ?

Thurston : Il s'appellera RocknRoll Consciousness et sortira au printemps 2017. Il a été enregistré au printemps dernier dans le studio de Paul Epworth qui est notre producteur. J'avais envie de le sortir à la même période de l'année qu'il a été enregistré, ce doux moment où les fleurs bourgeonnent enfin. Nous avions pris l'habitude de nous balader dans ce quartier de Londres autour du Gospel Oak, on avait l'impression d'avoir intégré une peinture qui évoluait avec de premiers coups de pinceau assez fins qui tendaient à être de plus en plus épais avec un vert somptueux. Je crois que ça s'entend dans la musique de l'album ainsi que dans les paroles qui évoquent un "chemin florissant".

Le fait est que cet album a été enregistré durant cette période particulière où j'ai trouvé le grand amour, le genre d'amour qui est fondé sur une réelle amitié qui a évolué. Les gens ne le savent pas, mais Eva et moi travaillons ensemble depuis des années. Notre relation a suscité beaucoup de controverse dans la presse, mais en réalité, il ne s'agit jamais que d'une relation bienveillante qui s'est changée en quelque chose de très intellectuel et de très doux, une des plus belles relations de toute ma vie.

Thibault : Je comprends que l'amour a définitivement changé ta façon de composer ta musique. Qu'en est-il de la célébrité, a-t-elle également changé la façon dont tu exprimes ton art ?

Thurston : J'espère qu'être reconnu pour mon travail ne m'a pas changé. J'ai toujours essayé de garder un lien très réel avec ma famille, mes amis et mes voisins. J'ai une assistante pour la première fois de ma vie ce qui m'aide beaucoup, mais c'est un peu bizarre pour moi qui est toujours été DIY.

© Vera Marmelo

Thibault : Au sujet du DIY justement, tu es un très bon joueur de guitare et je voulais te demander ton avis général sur le punk qui laisse parfois place à des joueurs moins technique. Ma question est la suivante : quelle est ton avis sur la relation entre l'art et la technique ? 

Thurston : Les gens ont tendance à dire que je ne suis pas super intéressé dans le fait d'être technique, mais ce n'est pas exactement vrai. Mon père jouait de la musique classique au piano et ça a été un véritable privilège pour moi d'être élevé dans cet environnement. Peut être que les autres membres de Sonic Youth ne se disent pas "musicien", mais je revendique ce rôle que je prends au sérieux. L'improvisation compte également beaucoup pour moi. Et puis, je compose beaucoup, ce que j'adore faire. J'aimerai d'ailleurs composer d'avantage pour le cinéma ou le théâtre, j'ai adoré travailler avec le London Sinfonietta et je me replongerai volontiers dedans tant j'adore les instruments à cordes. Ah, et puis... écouter Eva jouer de son violoncelle et de sa petite mandoline lorsque je suis au lit est l'une de mes expériences les plus érotiques de ma vie.

Thibault : Parlons justement de l'aspect expérimental de ta musique si tu le veux bien. J'ai lu que tu ne prenais pas de drogue(s) parce que tu avais besoin d'une balance entre ta vie personnelle - supposément saine - et l'art que tu créais - un peu moins sain, avouons-le nous. C'est la philosophie que défend Hermann Hesse dans le Loup des steppes. Tout ça est bien loin du cliché de la rockstar...

Thurston : Pourquoi pas prendre des drogues... quand je serai plus vieux. J'aime bien l'idée de l'opium. Et puis, Eva fait d'excellentes limonades à l'absinthe durant l'été. C'est une recette secrète, paradisiaque.

Eva Prinz : Aww, c'est mignon T, merci. J'en ferrai quand nous serons de nouveau à Paris pour ton concert avec Stephen O'Malley. Septembre est toujours la saison des limonades !

Thibault : Ça donne soif tout ça, haha. Outre les cocktails secrets, j'ai également lu que tu étais également un grand amateur de jazz. Qui est ton compositeur préféré et dans quelle mesure influence-t-il ta musique ? Est-ce sur l'envie de faire de l'impro, sur la structure ou la longueur des morceaux, sur l'esprit... ? 

Thurston et Eva : Hm... Trane lives, Sonny Sherrock for President, Sun Ra, Live et Planet Earth!

Thibault : Peut être que le jazz t'a également amené à d'autres chemins. Tu as souvent joué avec des guitares pas accordées parce que, j'ai lu, tu voulais sortir du cadre conventionnel. Est-ce qu'être en dehors du cadre est quelque chose de particulièrement important pour toi ?

Thurston : J'ai surement fait le choix de m'écarter des conventions lorsque j'étais jeune, mais je dois dire qu'en vieillissant, je ne considère plus vraiment tout ça.

J'avais vraiment besoin de vacances en février dernier et Eva m'a emmené dans un pays d'Afrique du Nord où je suis parti avec ma guitare. Je me suis retrouvé à jouer avec des musiciens de rue, c'était une expérience absolumentmagique. Je n'étais pas en tournée et je n'avais aucun endroit où aller si ce n'est dans l'amour. J'ai réellement ressenti un besoin de me connecter à ces gens-là, de trouver nos dénominateurs communs.



Thibault : Tu enseignes par ailleurs la poésie. Te sens-tu particulièrement proche de Kerouac et de la Beat Generation ? J'ai l'impression qu'il y a une similarité dans vos approches... Une fois que vous trouvez un rythme, vous l'explorez jusqu'au plus profond...

Thurston : Proche oui, mais pas entièrement. L'exploration est la clé de toute forme artistique.

Thibault : Comment choisis-tu la forme d'art à laquelle tu travailles ? Est-ce par période ou plus une sensation que tu as le matin en te levant ? 

Thurston : Je fais un calendrier auquel j'essaie de me tenir. À chaque jour sa tâche, ce peut être un écrit pour le magazine Sight & Sound, une répèt' le lundi et ensuite prendre l'Eurostar pour me rendre au vernissage d'un ami à Paris le lendemain...

Thibault: Tu es également écrivain, poète et j'en passe... Y a-t-il certains sujets que tu réserves pour une forme artistique particulière... comme tu pourrais réserver le sujet de l'amitié pour la musique par exemple ? 

Thurston : J'ai l'impression que le monde de la poésie a été celui qui m'a le mieux traité au fil des années. J'aime beaucoup l'idée que le Poète ait toujours une place en France. Eva ne peut s'empêcher de prendre mille photos lorsque l'on s'arrête à la station Raymond Queneau ou Boris Vian.

J'ai publié un recueil de poèmes sous le nom de "Flowers & Cream". À vrai dire, Eva et moi publions beaucoup de poésie. On travaille actuellement sur un ouvrage qui compilera beaucoup de la poésie un peu obscure des années 70', ça s'appelle Musics (lien).



Thibault : Je crois savoir que tu travailles sur plusieurs livres, peux-tu nous en dire plus sur celui qui traitera de l'improvisation ?

Thurston : Eva s'est entichée pour ce all-girl band de Londres des années 70', elle m'a questionné à ce sujet et a également demandé des informations à Steve Beresford (le pianiste du groupe) qui lui a dit qu'il avait ces vieux numéros de "Musics" où des articles avaient été écrit à son sujet. Il a amené les 23 numéros et nous avons commencé à travailler dessus. Ils étaient tellement géniaux qu'Eva a demandé à l'éditeur original si l'on pouvait en publier le contenu via Ecstatic Peace Library, notre maison d'édition. Tout le monde a dit oui et il sortira bientôt. 

Thibault : Aussi, The Death Archives vient tout juste de paraître. Te sens-tu particulièrement proche de la scène Black Metal ? Comment es-tu tombé en admiration devant ce groupe ? 

Thurston : Le bassiste de Mayhem, Jørn "Necrobutcher" Stubberud, a publié ses mémoires et nous avons acquis le droit de les publier en anglais ce qui a été fait le 6 juin 2016, 6.6.16.

C'est à mon avis un très bon livre qui clarifie beaucoup de ouï-dire sur ce groupe qui est par ailleurs exceptionnel. Il a inventé une scène, je ne suis pas vraiment fan de Black Metal, mais il n'en demeure pas moins que Mayhem est un très bon groupe.


Thibault: Nirvana et Sonic Youth sont les deux seuls groupes "underground" à avoir atteint le grand public (voir cet article). Comment l'expliques-tu ?

Thurston : Hmmmm, je ne crois pas pouvoir...

Thibault : Certains disent que les "scènes" n'existent plus à cause d'Internet. C'est un sujet qui me fascine particulièrement. Qu'en penses-tu ? Aussi, as-tu le sentiment que Sonic Youth faisait partie d'une scène ? 

Thurston : Je ne crois pas que la musique que j'aime soit trop sur le web, alors...

Thibault : Allé, une dernière pour conclure. Penses-tu à ta place au sein de l'histoire de la musique ? Est-ce quelque chose dont tu es fier ?

Thurston : Non.

Thibault : C'est dit ! Merci pour tout, au plaisir de te revoir en septembre.

You Might Also Like

0 commentaires