Album Review : King Gizzard & The Lizard Wizard - Quarters! (Psych Pop)

King Gizzard & The Lizard Wizard . On se souvient que le groupe avait fait paraître un excellent album à la fin de l'année ...




King Gizzard & The Lizard Wizard. On se souvient que le groupe avait fait paraître un excellent album à la fin de l'année 2014. Still in Rock avait alors émis l'hypothèse que, peut être, ce serait pour lui le début d'un renouveau. Il semblerait finalement que ce soit bien le cas.

Le groupe vient tout juste de faire paraître son nouvel album, j'ai nommé Quarters!L'écoute de cet LP nécessite de prendre son temps. Les quatre titres s'étalent longuement, nous faisant entrer dans une nébuleuse psychédélique où les vagues viennent s'écraser sur la plage de sable fin, sans discontinu, avec cette même dynamique inlassable. Quarters! nous confronte de nombreuses fois à cette mécanique de l'infini. Parfois, il manque du punch que I'm In Your Mind Fuzz avait si bien caractérisé. En réalité, la dynamique de ces deux opus est différente, et une fois cela intégré, on parvient à trouver en Quarters! une grande source de bonheur psychédélique. Certains préféreront ainsi cet album à celui de novembre dernier, et si ce n'est pas mon cas, une chose est certaine, King Gizzard est bel et bien le nouveau Roi de la scène.

Sur le format, pour commencer, l'idée est excellente. L'album fait honneur à son appellation : il est divisé en quatre parties d'une durée égale de 10 minutes et 10 secondes. Vous aurez également noté que la pochette est elle-même divisée en quatre. C'est jusqu'au-boutiste, c'est bien fait.

Sur le style, imitant parfois la musique psychédélique des années '70, tendance The End Of The Game d'Adam Green, King Gizzard & The Lizard Wizard vient là où personne ne va plus. Le goût de Krautrock noirâtre que I'm In Your Mind Fuzz nous avait laissé en bouche était certain succulent, mais celui-ci est plus sucré.  

  • "The River". Ce morceau est le plus varié de tous. Dans l'exacte lignée de "Her & I (Slow Jam II)", le dernier titre de leur dernier album, ce titre est également très groovy (la quatrième minute nous prend par la main et nous conduit tout droit sous un cocotier). C'est brillant. Et puis, comment ne pas relever que ce premier titre est également divisé en quatre parties quasi-égales ?! King Gizzard se joue de nous, et servir de cobaye a rarement été aussi bon. Voilà bien LE meilleur titre de pop psychédélique de l'année, so far.
  • "Infinite Rise" : Ce titre - à tendances exotiques - est le second hit de cet album. Plus coloré encore que le premier, il semble parfois se rapprocher de leur album Oddments. Seulement, le son du group a maturé depuis début 2014, et "Infinite Rise" est bien plus abouti que ses titres d'antan. Il n'eut surement pas mérité cette durée de 10 minutes, mais que voulez-vous, c'est psychédélique hein. Au final, s'il est difficile de faire plus simple dans la conception, "Infinite Rise" est un statement : oui, il est possible de faire des titres psychés qui soient ensoleillés et tout aussi puissant que ceux plus ténébreux. 
  • "God Is In The Rhythm" : "God Is In The Rhythm" annonce la couleur avec sa seule appellation : ce morceau là est conçu pour les cœurs tendres et amoureux. King Gizzard & The Lizard Wizard ne s'était pas encore essayé au genre, c'est réussi. Le groupe joue encore sur les aspects de surf music que "Infinite Rise" avait initié. Un peu comme le font certains Shannon & The Clams, on s'imagine un crabe marcher lentement sur une plage tout assagie. Point d'indélicatesse dans ce morceau, "God Is In The Rhythm" est aussi une belle ballade, en atteste l'interlude précoce à 1min50. Je me souviens de ce vieil interview de Kevin Parkner où il décrivait Lonerism, qui n'était pas encore sorti, comme un album où Britney Spears aurait mangé trop de chewing-gum. C'est très exactement cet effet que nous procure "God Is In The Rhythm". La troisième minute capte notre attention avec le début des hostilités instrumentales. Elles resurgissent à la sixième pour finalement se relever sur la dernière phase. King Gizzard délivre alors une belle plage instrumental où cette surf music semble se marier à merveille avec la vahiné d'une guitare wah-wah.
  • "Lonely Steel Sheet Flyer" : Force est de constater que "Lonely Steel Sheet Flyer" n'ajoute pas grand chose à l'histoire de Quarters!. Le titre est bon sans transcender, du calibre de ce que le groupe faisait en 2012. Le final, toutefois, fait dans un patchwork psyché, c'est bien senti. On est toujours là à attendre sur cette même plage, seulement, les nuages noirs se forment au loin et on sait déjà que la pluie battante ne tardera pas. Elle laissera finalement place aux maracas des premiers rayons qui transpercent le ciel de Turner.

Au final, l'ensemble de ces 4 morceaux constituera lun des nouveaux temps forts de 2015. Un reproche toutefois, les titres de Quarters! auraient pu être plus variés, moins linéaires. Le format 10 minutes est intéressant, mais encore fallait-il qu'il soit toujours justifié. On a, quelques rares fois, l'impression que ce n'est pas vraiment le cas. Hormis cela, le reste est un sans-faute absolu.

Plus que jamais, King Gizzard & The Lizard Wizard affirme sa capacité à créer dans tous les sous-genres de la musique psychédélique. La réputation de King Gizzard se construit petit à petit, et avec celle de Tame Impala qui va s'écrouler (après trois singles calamiteux, le groupe vient d'affirmer que son 3ème opus sera "club friendly", honte à eux), une seule question demeure : combien de temps avant que King Gizzard & The Lizard Wizard ne soit reconnu comme il doit (et devra) l'être ?


(mp3) King Gizzard & The Lizard Wizard - The River


Liens afférents :
Bandcamp
Article sur I'm In Your Mind Fuzz

You Might Also Like

1 commentaires