Still in Rock présente : Gap Dream (Indie Pop)

Gap Dream . Une guitare, une boîte à rythmes, un ordinateur et un synthé, le tout entassé dans une petite chambre non loin de Clevel...




Gap Dream. Une guitare, une boîte à rythmes, un ordinateur et un synthé, le tout entassé dans une petite chambre non loin de Cleveland. Il n'en fallait pas plus à Gabe Fulvimar pour créer une Indie Pop aussi travaillée qu'entraînante ! Il faut dire qu'il a quand même un peu d'expérience puisqu'il a notamment travaillé avec les Black Keys sur leur premier album et pour cause, Patrick Carney est l'un des ses plus vieux amis. 

C'est sous le nom de Gap Dream qu'il a choisi d'enregistrer ses titres. Son premier album, éponyme, sorti il y a bientôt un an renferme quelques merveilles qui méritent d'être entendues. Le titre "58th. St. Fingers" en fait partie. Un rythme entêtant, parfaitement servi par le reverb' qui vient légitimer le nom du groupe tant il s'apparente à un long et doux rêve planant. "Heart" et "My Other Man" méritent également votre attention, tout deux très bons morceaux.

Aujourd'hui Gap Dream nous revient avec quelques B-sides, "A Little Past Midnight" et "Generator", éditées par le label Suicide Squeeze. Si la musique y est toujours aussi vaporeuse et emprunte d'une indéfinissable qualité, Gabe Fulvimar devra néanmoins éviter à l'avenir le piège d'un rythme trop répétitif. En attendant d'écouter la suite, c'est avec plaisir que l'on se laisse emporter par la pop nuageuse de Gap Dream.




Lien afférent :

You Might Also Like

0 commentaires