FAKE NEWS #14: Pavement se reforme au Point Éphémère !

In a post-truth/post-music critic world, I am so proud, oh yeah, so, so proud to present a new Still in Rock column entitled "...


In a post-truth/post-music critic world, I am so proud, oh yeah, so, so proud to present a new Still in Rock column entitled "Fake News". Every once in a while, mostly on Fridayzzz, I'll publish a paper developing an alternative fact/theory in which I am the only one to believe. Only buzz matters so let's flush what they call "truth" down the toilet. And by the way, Jay Reatard is not dead and Donald Trump listens to his music. Did you know that?

******
 

Music Leaks : Pavement se reforme au Point Éphémère, ce vendredi !

Grande nouvelle les amis ! Le plus grand groupe de l’histoire se reformera ce vendredi à Point Éphémère, pour ce qui sera son premier concert depuis 2010. Initialement annoncé pour le Primavera Sound Festival de Barcelone en 2020, ce retour tant attendu aura finalement lieu dans notre petite oasis musicale, au bord du canal. Explications. 

Si l’information peut paraitre surprenante, on la doit aux nouvelles révélations conjointes du New York Times et du New Yorker, à paraître vendredi, dans le cadre des « Music Leaks ». Après Wikileaks, les Panama papers ou encore les Football leaks, c’est au tour de l’industrie musicale de passer au crible des révélations de lanceurs d’alerte. StillinRock a eu accès à une partie des 42537 documents qui seront publiés en fin de semaine par l’ensemble de la presse internationale. 


Confidentialité oblige, nous ne pouvons pas divulguer, dès aujourd’hui, le contenu précis de ces documents. À une exception près ! En parcourant l’ensemble des contrats passés entre les artistes et les labels, les demandes exubérantes de certains groupes pour monter sur scène ou encore de nombreuses révélations fracassantes pour l’image de certains d’entre eux – ie. l’un des crew de gangsta rap les plus en vogue du moment organiserait, en toute discrétion, des compétitions de « Hobby-Horsing » (à voir ici,  âmes sensibles s’abstenir) – notre attention s’est portée sur des messages Facebook privés liés à un compte, celui de Chris Lombardi, fondateur du label iconique Matador Records (le label de Pavement !) 

Parmi ces messages, l’un d’entre eux attire immédiatement notre attention puisque son destinataire n’est autre que le programmateur du Point Éphémère/champion de ping-pong/not-so-good-à-Mario Kart, dont nous conserverons l’identité (presque) secrète. Extraits choisis :


La conversation s’arrête donc sur une inconnue. Le retour de Pavement aura-t-il bien lieu à Paris ? Après le groupe Téléphone en septembre 2015, le Point Éphémère va-t-il être le théâtre d’une nouvelle reformation ? StillinRock a poussé l’enquête un peu plus loin… 

Les plus attentifs d’entre vous auront certainement remarqué une curieuse coïncidence dans le calendrier musical de cette semaine. Si Stephen Malkmus est bien annoncé en solo au Point Éphémère ce vendredi, un certain « Spiral Stairs » est programmé le lendemain à l’Espace B. Spiral Stairs ? Le projet de Scott Kannberg, le guitariste de Pavement ! Coïncidence ? Je n’y crois pas. 


Pas encore convaincu ? Bob Nastanovich, autre membre de Pavement, a posté ce matin un tweet pour le moins énigmatique, dans lequel il fait part de son excitation à l’idée de venir voir jouer le PSG (Nb : Il s’agit de football). Mais StillinRock ne s’est pas laissé berner. Premier indice, personne de sain d’esprit ne peut être excité par l’ambiance du Parc des Princes. Second indice, la réservation au Four Seasons – George V à son nom s’étend jusqu’au samedi 21 septembre, soit le lendemain du concert de Malkmus. Il s’agit donc bien d’un subterfuge pour masquer la vraie raison de sa venue en France : la reformation de Pavement, au Point Éphémère ! 



Au terme de cette investigation journalistique de qualité, Still in Rock nourrit de grands espoirs d’obtenir le Prix Pulitzer l’an prochain. Prix qui pourrait nous permettre d’obtenir un contrat d’édition pour publier, enfin – après de longues années d’écriture dans la clandestinité la plus totale – une biographie élogieuse, en trois tomes de 634 pages, sur l’artiste phare de ce siècle décédé bien trop tôt : David Guetta

En attendant cette consécration ultime, on espère vous retrouver nombreux, une bière en main, face à Malkmus et consorts ce vendredi pour la reformation de Pavement au Point Éphémère ! Fake newz or not, this is your call. 

You Might Also Like

0 commentaires