Gimme Top 5: The most exciting things of 2019

The concept of this section is very simple: every Wednesday (or so), Still in Rock proposes to list a few "top 5": ...


The concept of this section is very simple: every Wednesday (or so), Still in Rock proposes to list a few "top 5": the best songs of an artist, the best albums of a label, the best albums of a musical genre and so on... One day, we'll even make the top five of these top five, I promise. The exercise is necessarily subjective but it compensates with one of its qualities: to titillate all those who think that lists are useless. Whether you like it or not, the amount of information available on the Internet is endless, so let's try to put some order into it. Enjoy!

Le concept de cette rubrique est des plus simples : tous les mercredis (ou presque), Still in Rock se propose de lister quelques "top 5" : celui des meilleurs morceaux d'un artiste, celui des meilleurs albums d'un label, celui des meilleurs albums d'un genre musical et j'en passe... Un jour, on fera même le top 5 des tops 5, promis. L'exercice est nécessairement subjectif, mais il compense par l'une de ses qualités : titiller tous ceux qui pensent que les listes ne servent à rien. Qu'on le veuille ou non, la quantité d'information disponible sur Internet est sans fin. Tâchons d'y mettre un peu d'ordre, chacun à notre échelle. Bonne lecture my friends !


Gimme Top 5:
The most exciting things of 2019


*****

5. Ben comme d'hab, dummy

Si je veux ici lister ce qui est particulièrement excitant cette année, je commence la liste avec ce qu'il y a de plus évident : les dizaines de découvertes qu'on ne soupçonne pas, ceux qui comme Dumb, Sheer Mag & co parviennent à se hisser tout en haut des classements de fin d'année alors qu'ils étaient inconnus en janvier de la même année. Je dédie mes dimanches à chercher ces petites vermines, ça m'excite, je devais donc le dire.


4. La faillite de la presse

Avec un peu de chance, la presse écrite continuera à se casser la gueule. En quoi est-ce une bonne nouvelle ? Elle ne sert quasiment plus à rien, mais elle coûte beaucoup en faisant croire que la scène est couverte, que chacun aura sa chance. En réalité, il y a quelque chose de casser dans les pages des Inrocks, Vice, Pitchfork, Rock & Folk, Magic, Rolling Stones Mag & co... comme un truc qui cloche. Un groupe n'est pas suivi sur FB ? Il est trop nouveau, et surtout, il n'a le soutien d'aucun attaché presse, d'aucun label ? Qu'il aille se faire mettre. Voilà ce qui se passe véritablement. Cela fait qu'on ne parle plus des articles de la presse, parce qu'ils sont dédiés à répéter toujours les mêmes choses. Ils n'influent plus sur rien, ils se contentent de rapporter. Ils sont mous et voraces. La critique est morte. Jamais je n'ai eu l'impression de vivre à ce point dans la Blank Generation. La presse en est la première responsable, elle doit donc mourir pour que l'on puisse danser sur son cadavre. 


3. Le "post-skate"


Le post-skate va continuer d'affluer sur la scène internationale. Je n'ai toujours pas écrit mon article dédié au genre, mais ça ne saurait tarder, promis. Pour en écouter, voyez Dumb, The Shifters et Rips.


2. King Gizzard: ils seront de retour, enfin, peut-être


Sans King Gizzard, le rock psyché est mort. Dead, caput. Non pas que plus rien ne sorte, mais ça ne fait plus causer personne : le rock psyché est devenu hors sujet dans la société de 2019. Alors, la venue de King Gizzard est particulièrement attendue. En 2017, il a fait paraître 5 albums. En 2018 : 0. Et en 2019 ? Je n'en ai pas la moindre idée, mais je mets presque ma main à couper qu'il ne pourra résister à l'envie de revenir sur le devant de la scène. 


1. Les tops de la décennie

Ils vont être partout. Toute la presse va s'en donner à coeur joie, publiant des tops de tops, ça va être une profusion de classements à craquer le cerveau de tous les plus nerveux. Il n'y a plus le choix en 2019 : c'est trop ou rien. Plus sérieusement, jamais autant d'information n'aura été publiée que durant la décennie des années 2010s. Pour cette raison, il est plus que jamais nécessaire de classer ce qui est derrière nous. Le mois de décembre tout en entier de Still in Rock sera consacré à ces classements de la décennie. Ça va être la fête à la grenouille.


You Might Also Like

0 commentaires