Bad Sports, Good Punk

Bad Sports , c'est un groupe texan que l'on connait bien dans les milieux punk. Et slacker. Le 26 octobre dernier, il a fait par...


Bad Sports, c'est un groupe texan que l'on connait bien dans les milieux punk. Et slacker. Le 26 octobre dernier, il a fait paraître son 5ème album via Dirtnap Records. Son label le décrit comme un "stripped-down classic-leaning punk band with deep power-pop vs. proto-punk feelings". Il y a de ça, effectivement, même si la power pop (que je mets à l'honneur cette semaine sur Still in Rock) est finalement peu présente. Le proto-punk aussi, parce que la production de cet album est très dense, et qu'ainsi, les Bad Sports se détachent d'un punk minimaliste. Je ne suis donc pas sur, tout compte fait, d'être bien d'accord avec la description donnée par Dirtnap.

Et il y a un autre point avec lequel je tiens à me distancer. Le label dit de cet album que "it’s just not the kind of record to pogo in a pit and shotgun a beer to". Well well well, je ne suis pas certain que les lives de cet album se fassent sans pogo, mais ok... Bref, je ne suis pas là pour faire une critique littérale de la description Dirtnap, mais plutôt pour parler punk. Voyons donc ce que contient cet album intitulé Constant Stimulation.



"Giving In", le petit premier, est une belle promesse : Bad Sports n'a pas laissé tomber son garage punk, ou du moins, pas tout le temps. Vient ensuite "Don't Deserve Love", du punk qui ne bronche pas, le genre de titre bien produit qui fait son effet, mais que l'on oublie rapidement. "All Revved Up To Kill" est d'un autre calibre, parce que voilà un véritable morceau de slacker. Et "Comes Close" d'enchainer sans discriminer : le punk viendra écraser tout le monde.

Si je ne devais en garder qu'un seul, ce serait "Gains And Losses", sans hésitation aucune. Non seulement le rythme de ce morceau est imparable, mais en plus, Bad Sports y ajout la guitare de Weezer avec le cool d'un Johnny Thunders époque New York Dolls. Et "Ode To Power" d'avoir la lourde tâche d'enchainer. It fails.


"Constant Stimulation" semble abandonner les envies punk du groupe au profit d'un titre plus sixties. Problème : on dirait du revival sixties à la française. "Easy Truth" revient aux Etats-Unis pour le meilleur, posant alors une question : et si Bad Sports était finalement plus garage rock qu'ils ne le disent ? Bon, ce n'est pas "Everything We Wanted" qui y apporte une réponse (ce titre est incompréhensible) mais "Cardboard Suits" pourrait bien avoir quelque chose à nous dire à ce sujet. Bad Sports joue au post-punk, un peu brumeux et mécanique. Je le préfère bien vivant et transpirant, ce qu'il est une dernière fois sur "Distant Life". Quel final !



Au final, Constant Stimulation n'est pas parfait tant le groupe ouvre de nombreuses pistes qui semblent peu prometteuses, mais force est de constater que lorsque le groupe se concentre sur son garage punk original, il est alors très difficile à battre. Et une fois encore, "Gains And Losses" est un excellent exemple de ce que Bad Sports peut de mieux. Il faudra donc compter plusieurs morceaux de cet album parmi l'élite de 2018. Bad Sports est désormais un classique, c'est ainsi que se forgent les statuts de "cultes".

(mp3) Bad Sports - Distant Life

Tracklist: Constant Stimulation (LP, Dirtnap Records, 2018)
1. Giving In
2. Don't Deserve Love
3. All Revved Up To Kill
4. Comes Close
5. Gains And Losses
6. Ode To Power
7. Constant Stimulation
8. Easy Truth
9. Everything We Wanted
10. Cardboard Suits
11. Distant Life


Liens :
Article sur
Article sur XXX 

You Might Also Like

0 commentaires