Sweet Reaper : UFO, surf et bubblegum

Sweet Reaper , c'est (en autre) le groupe de Seth Pettersen qui a dessiné le best of août 2018 de Still in Rock ( lien )...


Sweet Reaper, c'est (en autre) le groupe de Seth Pettersen qui a dessiné le best of août 2018 de Still in Rock (lien). Si j'en suis arrivé à ses talents de dessinateur, c'est grâce à sur sa musique sur laquelle je suis tombé un long dimanche de septembre. Accompagné de ses deux potes (Danny et Sasha), Sweet Reaper délivre une très bonne garage pop qui donnerait l'envie d'aller surfer quelques holy waves du côté de Saturne. 

Formé en 2016, le groupe tire son origine dans les quelques chansons de Seth que l'on retrouve sur son Bandcamp perso. On peut y lire que "Sweet Reaper is a bedroom classic recorded by Seth Pettersen while stuck at home nursing a broken ankle. With 13 of his breeziest tunes to date, Seth Pettersen shines as a true master of the surf garage pop scene. Sweet Reaper is bound to reap your heart". L'album est finalement devenu un groupe, bref, le fait est qu'il fait dans le surf et qu'il mérite son pesant de cacahuètes martiennes. Cet LP contient en effet quelques hits dont le niveau est plutôt astronomique. Sweet Reaper est de ces groupes-là, capables de véritables coups de grisou.



"Reapers Back", le premier titre, est l'un des meilleurs de cet album. Simple et efficace, il fait de Sweet Reaper un Sweet Performer qui, en deux minutes à peine, vient de gagner notre écoute pour tout l'album. Et "Sidekick" de ne pas démériter non plus. L'aspect quasi power pop sur la voix de Seth Pettersen est tout à fait génial, voilà une nouvelle épopée garage pop à faire frémir les Jaccuzi Boys & co. "Isle of Life" complète le trio introductif sans la moindre gêne. L'album laisse souvent place au même rythme, ce qui a l'avantage de nous convaincre de la nécessité d'un mouvement constant.

"Tapey", le 4ème morceau, est la grande réussite de cet album. Un brin plus noir que les autres, elle magnifie les aspects de surf music du Sweet Reaper. Seuls les meilleurs surfent la nuit, Sweet Reaper en est incontestablement. "Black Widow" de continuer dans un garage surf moins surprenant, mais toujours Seth vient égayer les morceaux. Sweet Reaper est brut, ses structures sont directes et il s'évite l'embarras des groupes qui veulent aller de solos en solos. Il veut performer et nous convaincre avec ses mélodies, pas sa technique. Il veut nous donner ce qu'il sait qu'on aime, c'est, en ce sens, une démarche opposée à celle de ORB (article d'hier) qui veut surprendre chaque auditeur.

"Doomsday Clock" prend le relais, toujours avec cette idée de fin du monde et d'invasion. "Outta My Mind" est du même calibre, et "Spaceship" vient enfin donner sa dose d'UFO à ce très bon Sidekick. Une fois encore, c'est à mon sens lorsque Seth rapproche ses intentions de la power pop/bubblegum que Sweet Reaper est le meilleur. Le mot spaceshippppp est parfaitement étendu, on se rappelle alors le "Booored" de Magic Potion. Ce titre est huge. HUGE! "Same Old Thing" est plus rock'n'roll tandis que la conclusion est assurée par l'excellent "Jet Pilot". Le vaisseau va vite, Sweet Reaper est punk lorsqu'il veut.



Beaucoup de groupes de la scène garage se concentrent sur les martiens. C'est devenu le nouveau signe de ralliement. J'ai ainsi noté l'apparition d'une scène de pop martienne il y a 2 ans environ, et celle du punk martien (il y a tout juste 15 jours). Ces scènes ont en commun de traduire un sentiment martien, leur musique semble avoir été irradié aux vaisseaux. Il n'y a rien de cela avec Sweet Reaper qui en reprend simplement l'esthétique. Non pas que ce soit problématique, mais cela veut dire que le martien est une icône naissante de la scène plus qu'un style musical ou une influence sonore. Sweet Reaper est la plus belle des confirmations de ce fait là.


Son album est très bon. Lorsqu'il introduit de la bubblegum à son univers surf / garage / UFO, on frôle alors les sommets de ce que la scène garage a produit ces derniers temps. Il suffirait donc de peu pour que Sweet Reaper devienne le meilleur compagnon de vos soirées 2018/2019. Un gros label, une production mid-fi et la dose de bubble pourrait suffire à l'explosion. 


Tracklist : Sidekick (LP, 2018)
1. Reapers Back
2. Sidekick
3. Isle of Life
4. Tapey
5. Black Widow
6. Doomsday Clock
7. Outta My Mind
8. Spaceship
9. Same Old Thing
10. Jet Pilot

Liens :
Article sur Magic Potion
Article sur les groupes de Bubblegum 2010s 

You Might Also Like

0 commentaires