Ms. America : le pompom de Shady Lane

Ms. America , c'est un nouveau venu sur la scène slacker, from l'autre côté de la Hudson River (ça s'appelle le New Jers...


Ms. America, c'est un nouveau venu sur la scène slacker, from l'autre côté de la Hudson River (ça s'appelle le New Jersey...). Après un premier EP paru en 2014, j'ai nommé Be My Friends, il vient faire de cette fin d'année 2017 une ode au punk rock cheesy, dumb, dorky, bref, à ce plaisir non-coupable des amateurs de Beer Helmet. To Oblivion And Beyond, son premier LP, magnifie la culture américaine telle que les européens trop simple-d'esprits la voit : trash et idiote, à la simple recherche d'un amusement permanent. Alors, jouons les clichés avec Ms. America qui s'en amuse largement.




Avec Ms. America, on est plongé en plein dans une partie de football américain. "Sillious" présente les équipes, il allume les spotlights ainsi que la voix de Carl Battista. La bande de slacker est prête dans les tribunes, ça va aller vite, ça va cogner fort, ça va être sensuel. "Goofball" enchaine logiquement dans un style encore renforcé et l'on comprend alors que la signature vocale du groupe est sa marque distinctive. Le coup de sifflet est jeté dans les airs, le punk de Ms. America atteste d'une volonté d'aller se frotter au plus grands des années 2010'. Et "Movin' Around" de clore le trio introductif sur un cheesy quasi-romantique.

Parce que cet article est publié un vendredi, il faudra faire bon usage de "Natures Miracle" ce weekend. Ms. America ne laisse planer aucun doute sur son amour de la scène à la Fidlar. Cet album est fun, on est là, confronté à 1000% de divertissement, en plein dans ce que décrit David Foster Wallace à l'occasion de son Infinie Comédie : il faut consumer des "cartouches de divertissement". La cartouche est encore plus chargée avec "Taigs", le côté Bass Drum of Death bien énervé - à moins que ce ne soit du The Knack - fait le taf à merveille. "Ode to Dracula", enfin, donne à cette face A ce qu'elle méritait : un gros son un peu trashy - les arrangements sont bons - qui complexifie un peu la partie. Les New Jersey Dracula mènent 12 à 10 face à New York Exorcists.  


"Sportsworld" reprend le thème général et j'en profite pour glisser ma petite digression sur Pavement. On me demande souvent la raison de ce pour quoi je le décris comme étant le meilleur groupe au monde. Si les raisons sont multiples, une mérite ici d'être considérée : Pavement est le premier groupe à avoir réconcilier les bro' de l'équipe de sport de l'université avec le cool des musiciens un peu hippies et/ou drogués. C'est d'ailleurs ce que le film Everybody Wants Some !! retranscrit parfaitement, on est alors en 1980', l'alliance n'est pas faite - Pavement apparaît seulement en 1990's - et le choc des cultures bas son plein. Quoi qu'il en soit, vous l'aurez donc compris, Ms. America eut été impossible sans Pavement.

"Misfit" est un hommage au groupe précité, c'est mean et ramassé. "Either Way" reprend les chemins de la pop, en plein dans la Grande Culture américaine : les néons éclairent le terrain, les pop corn volent à foison et les cheerleaders font des merveilles. "Phaser Into You" recentre alors l'action sur le jeu qui commence à laisser quelques séquelles. Pourtant, si To Oblivion And Beyond n'est pas l'album le plus varié de l'année, on peine à se lasser de ce style qui est le D.N.A. de Still in Rock. "Summertime Downer" nous rappelle ensuite que l'on assiste au dernier match de la saison. "Mamasita" est la dernière touche cheesy, la crème du cheesecake, le pompom de Shady Lane.


Au final, To Oblivion And Beyond est un très bon album de slacker que l'on peut inscrire aux côtés de Audacity & co. Les mélodies sont parfois seventies, l'exécution est assurément 2010s et l'esprit est Made in the U.S.A. Avec ces douze morceaux, Ms. America se hisse là où il voulait être, et nous, on se dit que l'on aimerait bien être réincarné en quarterback. Vive le slacker, vive les Etats-Unis et vive Ms. America !

(mp3) Ms. America - Movin' Around
(mp3) Ms. America - Taigs

TracklistTo Oblivion And Beyond (LP, 2017)
1. Sillious
2. Goofball
3. Movin' Around
4. Natures Miracle
5. Taigs
6. Ode to Dracula
7. Sportsworld
8. Misfit
9. Either Way
10. Phaser Into You
11. Summertime Downer
12. Mamasita

Liens :
Article sur le dernier Audacity
Lien vers tous les articles de slacker

You Might Also Like

0 commentaires