Interview Still in Rock : DIIV

DIIV Interview with Zachary Cole Smith & Colin Caulfield We waited for a long ti...





DIIV

Interview with Zachary Cole Smith & Colin Caulfield



We waited for a long time, but it was worth it. On February 5th, more than 3 years after its first album, DIIV will release its second LP, Is The Is Are, via Captured Tracks. Cole Smith got us a 17 tracks double album. Even more exciting, Is The Is Are is darker and deeper than Oshin. This album reflects the past complicated few years of its creator marked by drugs excess, hope and a strong willingness to produce something that will last. It is often said that a real artist create because it is for them a vital necessity, that he has no alternative and he can be recognized for that. By Cole Smith own confession, this album was a life or death situation.

Last tuesday, we met Cole Smith and Colin Caulfield at the Walrus in Paris. Between coffees and vinyls we talked about their new album, the importance of feeling the vibe into their music, of what makes a real artist but also of his work with Hedi Slimane and the "Blank generation". Finally, they took the chance to answer to Breat Easton Ellis’s "rock’n’roll is dead" quote.

*****

L’attente fut longue, mais elle en valait la peine. Le 5 février prochain, plus de 3 ans après la sortie de son premier album, DIIV fera paraitre son second LP Is The Is Are (Captured Tracks). Cole Smith nous gratifie ainsi d’un double album de 17 titres. Plus réjouissant encore, Is The Is Are s’inscrit dans un registre plus sombre et plus profond que Oshin. Cet album est le reflet des dernières années complexes de son créateur, marquées par les excès de drogues, l’espoir et surtout la volonté de produire une œuvre qui restera. On dit souvent que l’artiste, le vrai, éprouve un besoin quasi vital de créer, qu’il n’a pas d’autre alternative et que c’est à cela qu’on le reconnaît. De l’aveu de Cole Smith, cet album était une question de vie ou de mort.

Mardi dernier nous avons eu l’occasion de rencontrer Cole Smith et Colin Caulfield au café disquaire Le Walrus. Entre deux cafés et au milieu des vinyles, nous avons discuté de leur nouvel album, de l’importance de capturer une ambiance, de ce qui fait un vrai artiste, en passant par sa collaboration avec Hedi Slimane et la "blank generation". Enfin, ils n’ont pas manqué de répondre au désormais célèbre, "rock’n’roll is dead" de Bret Easton Ellis.


*******

ENGLISH VERSION


Is The Is Are & some reflexions on music

Morgan: There are some really dark songs on this album. I’m thinking about "Mire (Grant’s Song)", which is one of the very best songs of this year. Could you tell us why did you chose to go into more noisy music than for (Oshin)? 'Cause usually, artists are doing the opposite and go from dark to light with a much popier music...

Cole: I think this record is like a direct response to all that happened to me, and basically me trying to turn all that into something positive, creative or something that can help people potentially. It was a really dark period in some ways and a really amazing period in other ways so I wanted to reflect all that in this record and it ended up being a much diverse record than the first one. The first record was meant to be one piece, around the concept of water, just like a wave that crashes over you. This album is more directly engaging with a raw, naked humanity to it. I wanted to show all sides of what I experienced in the past couple years from beginning to end. 

On the record, there are happy moments, sad moments, really dark moments and I think the dark music really capture a part of what I was going through. About that Grant’s song in particular I wanted to experienced something new, going into a different direction that people may have expected. We have always been compared to Nirvana so I felt like it will only make sense to go in a direction that was more like grunge and punk and dark influence and a little heavier too.


Morgan: Maybe this has also something to do with Sonic Youth being a huge influence on your music?

Cole: Yeah. I feel like the Sonic Youth influence extends to the entire sound of the whole record. I mean every song has this guitar feedback. You can almost feel the room that the album is recorded in and that was what I really got out of listening to Bad Moon Rising from Sonic Youth. I was trying to capture like a room sound and sound like a band in a room.


Morgan: Speaking of sounds. Nowadays psychedelic music is often too clean, it’s well produced and the melodies are nice but there is nothing more. Your album contrasts with it by adding this great noisy sound. Do you think we entered a period where music is too clean?

I did really want with this album to go more clean that we ever had before. I wanted the vocals to be more legible and wanted the drums to have more of a punchy sound. It’s not necessarily clean, but I did want it to be more legible and less baked in reverb because I think a lots of people weren’t able to see past that in the first record, they weren’t able to see the song underneath it. For this record, it was really important for me to make every sound have it’s own place. But I didn’t want to sound like super produced I wanted to have a vibe and lot of time artists will sacrifice a vibe to make the music crystal clear…


Morgan: Tame Impala for instance…

Cole: I think the last Tame Impala record is a really good example. It should be psychedelic music, but it so clear that it has no vibe. For me, it’s important to capture like a vibe of a room or an amp. A vibe it’s such a difficult thing to make happened on the record. This record got mixed a bunch of time with some big name producers on a trial basis and every time I worked with them the songs would sound great, but it has no vibe. You’re gonna have to sacrifice some clarity somewhere to get this vibe. The first record had a lot of vibes but maybe didn’t have that clarity, so you need to find the right balance. But at the end, the vibe remains the most important thing.




Morgan: The next question is about the "Blank Generation", those artists that agents can model into something sellable. Obviously, you’re not part of it but what do you think about it and don’t you think that today the music scene is a bit too stereotyped?

Colin: I have noticed a trend of that. I think most of the genders of music now are commercially viable because of the internet. There are a ton of bands that become popular even though prior to ten years ago they never would have made it. So I think major labels are kind of freak out and they are putting money on faces bands like you are talking about to emulate like an underground band.

Cole: Sometimes a label would rather go with a knock off of an artist rather than the original artist because sometimes they find the original artist to problematic. Artists are complexed, sometimes damaged people, that’s what allows them to be artists. So it’s probably easier to go with a clone than it is to deal with everything that involves working with damaged people.


Morgan: And sometimes the only solution is to self-produce your album…

Cole: I think music being in the hands of the people and being able to self-publish your music is in a lot of ways great. However, lot of stuff rise to the surface before it’s fully baked and it will take off only because of the way they look and less because of the music they are producing. I have seen a lot of bands that are not even close to ready but since everyone wants to discover the new flavour of the week sometimes they will think it’s ready before it is.


Morgan: I believe this is why it is really difficult to last in the music scene when a new band is coming every day.

Cole: Exactly! This is why I felt it was really important for us to make something great for our second record. So often you hear a buzz band like we were on our first record and there is such a likelihood that it will vanish. With this record, I wanted to make a strong case for us being like an important presence in music.


Morgan: Speaking of that, you said in an interview to NME that to you this was the "perfect album". Although I really embrace the idea that an artist should always try to produce his best, artists sadly often settle with only a good album. Does having said that put a lot of pressure on you?

Cole: I started writing this album super seriously. I knew it was my only chance to reach salvation after everything that happened with me so I took it almost as if it was a life or death situation. I knew it was one of the most important thing, I’ll ever do. It was the opportunity to pull me out of a very destructive period of my life. I put a lot of faith and pressure in this record and it pulled me out of this dark cycle that I was trapped on. 

I took such a long time and I put so much of myself into it that I do think it turned out perfectly considering what my expectations were and I couldn’t be prouder of it. It was a really intense process and very scary but giving the circumstances behind this record I wouldn’t put out anything that I didn’t think was perfect.




Morgan: Lots of songs got huge instrumental parts, which is really great. I’m under the impression that you’re considering the vocal part only as if it was an other instrument and not as a distinct element from the whole song. Is that how you worked?

Cole: That was how I worked for the first record, for sure. But for this record, the vocals were definitely a focus. They were really important to me so I wanted to highlight them in a way that I didn’t on the first record. On Oshin it was about anything being democratic, drums being just as important as the bass and the guitar and vocals. On this one, the vocals are way higher. On the first album, the vocals were just a texture and you weren’t supposed to pay much attention about it, but this record is really about highlighting the vocal.


Morgan: Speaking of the album, the artwork is stunning, who created it?

Cole: I commissioned three artists, including Joji Nakamura and Frederick Deming to make the artwork, but I never really found a piece that one of them did that I felt really worked as a cover image. So basically, I took pieces by all three artists and combined them into one big piece.



The Brooklyn Music Scene

Morgan: Pretty much every artist that released their first album on Captured Tracks are releasing their second with them as well. What is your experience with Mike Sniper’s label?

Cole: He is amazing, Captured Tracks is like a family…


Morgan: It is interesting you said the word "family". A few weeks ago, we interviewed Burger Records and they said that this family feeling was really important to them. Is that the same spirit with Captured Tracks?

Cole: I don’t really love the music over there. It’s kind of garagy and I’m not saying it’s less interesting but it’s a way younger scene. All those burger bands are young kids and there is something juvenile about it, I mean in a good way. On Captured Tracks we are much more adults and the music is, therefore, more mature.

Colin: Captured Tracks music is a little bit more mysterious too and it’s a quality.

Cole: There is a very cool family vibe between all the bands. Mike is an amazing dude, everybody is so cool and we’re all very good friends.




Morgan: You know the Brooklyn scene from the inside. What do you think about its evolution? Ain't you afraid that the gentrification that is happening there will make the artists go away? Venues such as Glasslands and Death By Audio are closed now, so it makes you wonder…

Cole: Yes. We have been talking about how much it's changing. We were so lucky when we first started out that we were able to have this community. We were playing shows around New-York and there was guaranty there will be people there. Even though the bands weren’t similar, they didn’t sound alike, the kids who go to shows were the same and that really existed for a while. But it doesn’t really exist anymore. You know a lot of the venues we played at are closed now, 285 Kent, Glasslands, Death By Audio are all gone.


Morgan: Are new venues opening in Brooklyn?

Cole: In the old days it was DIY club and they were made to be temporary, with no liquor licence and there were just here until the next thing happens. All the people who did those venues are older now and sick of getting shut down all the time so they are trying to get all the permits and everything. It gives it a completely different flavour. 

You know they are trying to get permanent but it also means that they have to pay taxes and all and now they have to charge a lot of money for the shows. There are still people hanging out but I think it went down with the ship when venues as 285 kent and Death by Audio closed. New-York has changed a lot and the Brooklyn scene that once existed does no longer exist anymore or, at least, it’s just a shadow of what it was.


Morgan: I assume you will support your album all around the world. Do you know when you’re coming back to France?

Cole: We just booked a show in London on March 18th and it will probably be the start of our European tour.


A few quick questions

Morgan: Cole, you worked with Hedi Slimane. Can you tell us more about this experience as a model and how it was to work with him?

Cole: I think he’s brilliant. He works really hard, everytime I do a show with him we would be doing fittings until 4 am and he’ll show up the next morning at 6 am, he doesn’t sleep for like a week. The connection between rock’n’roll and high fashion had gonne away over time and he really completely revived it. He took over Saint-Laurent and instead of conforming to the brand, he bring his experience as a rock’n’roll photographer. It was an amazing approach and it worked. I enjoy what he does and I would love to work with him again.


Morgan: What other contemporary bands are you listening to?

Cole: There is this band called Sunflower Bean that we just toured with. They are great and they played Paris last week. And lot of our fellow Captured Tracks band that I really admire: Beach Fossils, Wild Nothing and Chris Cohen. But I don’t really follow new music that much.


Morgan: How do you imagine your discography in 20 years from now? Do you think about it?

Cole: I do think about it! We were talking about how I wanted for this album to stand out in our discography. When we will have five albums I want this one to be special and that’s why it is a double LP.


Morgan: What is the most important question that nobody ever asked you? And you can answer it.

Cole: Sometimes I like when we are asked what this song means or technical questions about how did you get this sound.


Morgan: But isn’t that top secret information?

Cole: No. Actually, I wanted to make this record to be an open book and as transparent as possible.


Morgan: Ok. It’s time for the last question now. We interviewed Bret Easton Ellis a few weeks ago and he told us that, in his opinion, "rock’n’roll is dead". What would you like to answer him?

Cole: Well, some of Bret Easton Ellis work is great, I mean American Psycho is really a great book but he recently wrote a movie called The Canyons with Lindsay Lohan…

Colin: I think that overgeneralized statements like that just show ignorance and a lack of effort to try to find music. There are not many rock bands now that I feel really passionately about but there is plenty of bands that, if you dig a little, are making good songs.

Cole: People have been saying rock is dead, punk is dead since the 70’s. After Sex Pistols broke up, people were like "punk is dead" and they have never expected Nirvana to happen. But my response to Bret Easton Ellis saying "rock is dead", is after I saw the Canyons film with Linsday Lohan, Bret Easton Ellis is dead!


Morgan: And that will be the final word! Thank you for taking the time to answer my questions. See you in 2016 for your European tour.

Cole: Thank you Morgan.

Colin: Thanks, see you.





*********
FRENCH VERSION


Interview avec Zachary Cole Smith & Colin Caulfield


Is The Is Are et quelques réflexions sur la musique

Morgan : Certaines chansons de l’album sont très sombres. Je pense notamment à "Mire (Grant’s Song)", qui est l’un des meilleurs titres de l’année. Pourquoi avez-vous choisi d’aller vers un style plus noisy que sur le premier album (Oshin), alors qu’habituellement les artistes font le chemin inverse en allant d’un registre sombre vers quelque chose de plus pop ?

Cole : Cet album est en quelque sorte une réponse directe à tout ce qu’il m’est arrivé et correspond à la manière dont j’ai essayé de tourner tout cela en quelque chose de positif, de créatif, ou qui puisse potentiellement aider des personnes. C’était une période très sombre par certains aspects et une période géniale par d’autres, j’ai voulu que cela se reflète dans l’album et au final cela donne un album beaucoup plus diversifié que le premier. Oshin était conçu comme une seule pièce, autour du concept de l’eau, un peu comme une vague qui viendrait s’écraser sur vous. 

Ce nouvel album est plus engageant, avec une sorte d’humanité mise à nue. Je voulais montrer toutes les facettes de ce que j’ai vécu durant ces dernières années. Sur l’album on trouve des moments joyeux, tristes ou sombres et il me semble que cette musique plus sombre retranscrit parfaitement une partie des épreuves que j’ai traversé. Pour le titre "Grant’s song" tout particulièrement, j’ai voulu expérimenter quelque chose de nouveau, aller dans une direction différente de celle à laquelle les gens pouvaient s’attendre. On a toujours été comparé à Nirvana, du coup cela faisait sens de se tourner vers une musique plus grunge et punk avec des influences plus sombres.


Morgan : Cela est peut-être aussi lié à l’influence de Sonic Youth sur votre musique ?

Cole : Oui. J’ai l’impression que l’influence de Sonic Youth s’étend tout au long de l’album. Sur chaque morceau, la guitare a cet effet larsen. Il est presque possible de ressentir la pièce dans laquelle l’album a été enregistré et c’est vraiment l’influence que j’ai tiré de l’écoute de Bad Moon Rising de Sonic Youth. J’essayais de capturer le son d’une pièce et de faire en sorte que l’album résonne comme un groupe dans une pièce.


Morgan : En parlant de sonorités. Je trouve qu’aujourd’hui la musique psychédélique est souvent trop propre, c’est bien produit et les mélodies sont agréables, mais il n’y a rien de plus. Votre album prend le contrepied de cela en ajoutant ces sonorités noisy. Pensez-vous que nous soyons entrés dans une période où la musique est trop produite, trop en contrôle ?

Cole : Je tenais à ce que cet album ait un son plus propre que ce que nous avions fait auparavant. Je voulais que les voix soient plus lisibles et également que la batterie soit plus percutante. Le résultat n’est pas nécessairement un son tout à fait clair, mais je voulais qu’il soit moins construit dans la reverb. 

Je pense que beaucoup de gens se sont arrêtés au fait qu’il y avait de la reverb sur notre premier album et n’ont pas été capables de voir les chansons derrière cela. Pour cet album, je tenais vraiment à ce que chaque sonorité ait sa place. Mais je ne voulais pas non plus d’un son surproduit, il fallait conserver une certaine ambiance et souvent des artistes vont sacrifier cette ambiance pour avoir une musique parfaitement produite…


Morgan : Comme Tame Impala par exemple…

Cole : Le dernier album de Tame Impala en est le parfait exemple. C’est supposé être de la musique psychédélique, mais c’est tellement produit qu’il n’y a plus cette ambiance. Pour moi, c’était important de capturer l’ambiance d’une pièce ou d’un ampli. Créer une ambiance est quelque chose de très difficile à faire sur un album. Cet album a été mixé plusieurs fois par des producteurs renommés pour faire des essais et à chaque fois que je travaillais avec eux, les titres sonnaient très bien, mais ils étaient dépourvus d’ambiance. 

À un moment, tu es obligé de sacrifier un peu de clarté pour obtenir une ambiance. Le premier album avait ce genre d’ambiance, mais n’était peut-être pas assez produit. Il faut trouver un juste milieu, mais au final l’ambiance demeure la chose la plus importante.




Morgan : La question suivante est à propos de la "Blank Generation", ces artistes vides que les agents peuvent modeler en quelque chose de vendeur. Vous n’en faites évidemment pas partie, mais quelle est votre opinion sur ça et ne pensez-vous pas que la musique actuelle soit un peu trop stéréotypée ?

Colin : J’ai remarqué cette tendance. Je pense qu’aujourd’hui la plupart des genres musicaux sont viables commercialement grâce à internet. Il y a de nombreux groupes qui sont devenus populaires, alors que dix ans plus tôt ils n’auraient jamais percé. Du coup, je pense que les labels ont peur et investissent dans des groupes de façade dont tu parles pour essayer d’imiter un groupe underground.

Cole : Parfois un label va préférer travailler avec la copie d’un artiste plutôt qu’avec l’artiste original, parce qu’il trouve l’artiste trop problématique. Les artistes sont des personnes complexes, parfois abimées et c’est ce qui leur permet d’être artistes. C’est donc probablement plus simple pour eux de travailler avec un clone qu’avec un vrai artiste et tout ce que cela implique.


Morgan : Parfois la solution est alors d’autoproduire son album…

Cole : Je trouve que le fait de pouvoir produire soi-même sa musique est de bien des façons une très bonne chose. Cependant, beaucoup de groupes arrivent sur le devant de la scène avant d’être totalement prêts et ils vont avoir du succès seulement à cause de leur look plus que pour la musique qu’ils produisent. J’ai vu de nombreux groupes qui étaient très loin d’être prêts, mais vu que tout le monde veut découvrir la dernière nouveauté de la semaine ils vont se croire prêts avant de l’être réellement.


Morgan : Je crois aussi que c’est pour cette raison qu’il est difficile de s’imposer dans la durée, quand un nouveau groupe émerge tous les jours.

Cole : Exactement ! C’est pourquoi j’ai senti que c’était très important pour nous de produire quelque chose d’excellent pour notre second album. On entend tellement parler des groupes à la mode, comme nous l’étions pour le premier album, mais il y a ensuite une grande probabilité pour que tout cela s’évapore. Avec cet album, je voulais frapper un grand coup pour que l’on s’affirme sur la scène musicale.


Morgan : En parlant de ça. Dans une interview donnée à NME, tu as affirmé que c’était "l’album parfait". Bien que j’adhère totalement à l’idée selon laquelle un artiste devrait toujours essayer de réaliser l’album parfait, généralement les artistes se contentent d’un bon album. Avoir affirmé cela vous met-il une pression particulière sur les épaules ?

Cole : J’ai débuté l’écriture de cet album très consciencieusement. Je savais que c’était mon unique opportunité d’atteindre mon salut après tout ce qui m’était arrivé. J’ai pris cela comme une question de vie ou de mort. J’ai su que c’était l’une des choses les plus importantes que j’aurais à faire dans ma vie. C’était l’opportunité pour moi de sortir d’une période très destructrice de ma vie. 

J’ai mis beaucoup de foi dans cet album et cela m’a permis de sortir de la spirale négative dans laquelle j’étais enfermé. Cela m’a pris tellement de temps et je me suis tellement investi dans cet album que je pense qu’il en est ressorti quelque chose de parfait et je ne pourrais pas en être plus fier. Ça a vraiment été un processus intense et effrayant, mais compte tenu des circonstances entourant cet album, je n’aurais pas pu sortir quelque chose que je ne considérais pas comme étant parfait.



Morgan : De nombreux titres ont de longs passages instrumentaux, ce qui est absolument génial. J’ai l’impression que tu envisages la voix comme un instrument parmi d’autres et non comme un élément distinct de l’ensemble. Est-ce comme cela que tu as travaillé ?

Cole : C’est assurément comme cela que j’ai travaillé sur le premier album. Mais pour celui-ci, les voix étaient vraiment une priorité. Elles étaient importantes pour moi et j’ai voulu les mettre plus en avant que sur le premier album. Pour Oshin tout était très démocratique, la batterie était aussi importante que la basse, que la guitare ou le chant. Sur celui-ci, le chant est plus mis en avant.


Morgan : En parlant de l’album, l’artwork est vraiment superbe, qui l’a réalisé ?

Cole : J’ai demandé à trois artistes, dont Joji Nakamura et Frederick Deming de travailler dessus, mais je n’ai pas vraiment trouvé quelque chose qui fonctionnait pour une pochette d’album dans ce qu’ils m’ont proposé. Du coup, j’ai pris des éléments réalisés par les trois et je les ai combiné en une seule image.


La scène de Brooklyn

Morgan : La plupart des artistes qui sortent leur premier album sur Captured Tracks y restent pour le second. Quelle est votre expérience au sein du label de Mike Sniper ?

Cole : Il est formidable, Captured Tracks est comme une famille…


Morgan : C’est intéressant que tu parles de "famille". Il y a quelques semaines nous avons interviewé Burger Records et ils nous disaient que l’esprit de famille était très important pour eux. Est-ce le même état d’esprit avec Captured Tracks ?

Cole : Je ne suis pas très fan de leur musique. C’est un peu garage et je ne dis pas que c’est moins intéressant, mais c’est une scène beaucoup plus jeune. Il y a quelque chose de très juvénile chez ces groupes Burger, je dis ça de manière positive. Mais sur Captured Tracks, nous sommes beaucoup plus adultes et la musique est ainsi plus mature.

Colin : La musique de Captured Tracks est un peu plus mystérieuse aussi et c’est une de ses qualités.

Cole : Pour en revenir à Captured Tracks, il y a une vraie ambiance familiale entre tous les groupes. Mike est un type génial et on est tous très proches.




Morgan : Vous connaissez la scène de Brooklyn de l’intérieur. Que pensez-vous de son évolution ? N’avez-vous pas peur que la gentrification qui s’y produit ne fasse partir les artistes ? Des lieux tels que Glasslands et Death By Audio sont fermés aujourd’hui, donc on peut se poser la question…

Cole : Oui, on parlait de ça il y a quelques jours justement. On a eu beaucoup de chance quand on a débuté d’avoir cette communauté en plein essor. On jouait des concerts dans New-York et on était certain qu’il y aurait du monde. Même si les groupes ne produisaient pas tous la même musique, c’étaient toujours les mêmes jeunes qui venaient aux concerts et ça a perduré pendant un moment. Mais cela n’existe plus vraiment aujourd’hui. La plupart des salles où on jouait ont fermé maintenant, 285 Kent, Glasslands et Death By Audio n’existent plus.


Morgan : De nouvelles salles ouvrent-elles à Brooklyn ?

Cole : À l’époque il s’agissait de salles dans l’esprit Do It Yourself, elles n’étaient pas prévues pour durer, n’avaient pas de licence pour l’alcool et finalement elles étaient justes supposées être éphémères. Toutes les personnes qui ont créé ces salles ont vieilli et sont fatigués d’être dans l’éphémère. Alors ils ont essayé d’obtenir des permis et des licences. Mais cela change la saveur de ces lieux. 

En essayant de devenir une salle permanente, il faut payer des taxes et cela veut dire que les prix des concerts augmentent, tout change. Il y a toujours quelques personnes qui s’accrochent, mais pour moi tout a coulé avec le navire quand des salles comme 285 Kent et Death By Audio ont fermé. New-York a beaucoup changé et la scène de Brooklyn qui a existé à une époque n’existe plus aujourd’hui ou du moins ce n’est plus que l’ombre d’elle même.


Morgan : J’imagine que vous allez faire une tournée mondiale pour votre album. Savez-vous quand vous reviendrez en France ?

Cole : On vient tout juste d’arrêter une date à Londres, le 18 mars 2016. Ce sera certainement le début de notre tournée européenne.



Quelques questions rapides

Morgan : Cole, tu as travaillé avec Hedi Slimane. Peux-tu nous en dire plus sur cette expérience en tant que modèle ? Comment c’était de travailler avec lui ?

Cole : Je le trouve brillant. Il travaille très dur, pour chaque défilé on faisait des essayages jusqu’à 4 heures du matin et le lendemain il arrivait à 6 heures, il n’avait quasiment pas dormi d’une semaine. La connexion entre le rock’n’roll et la haute couture s’était estompée depuis longtemps et il l’a réanimé. Quand il a repris Saint-Laurent, au lieu de se conformer à la marque, il a apporté son expérience de photographe de rock. C’était une approche formidable et ça a fonctionné. J’apprécie son travail et j’aimerais beaucoup travailler à nouveau avec lui.


Morgan : Quels sont les autres groupes contemporains que vous écoutez ?

Cole : Il y a Sunflower Bean avec qui on vient de tourner. Ils sont géniaux et ont joué a Paris la semaine dernière. Et il y a beaucoup de groupes de Captured Tracks que l’on admire : Beach Fossils, Wild Nothing et Chris Cohen notamment. Mais je n’écoute pas beaucoup de nouvelles musiques.


Morgan : Comment vois-tu ta discographie d’ici 20 ans ? Est-ce que tu y penses ?

Cole : Bien sûr, j’y pense ! Je parlais justement de la manière dont j’ai voulu que cet album ressorte dans notre discographie. Quand nous aurons 5 albums, je veux que celui-ci soit spécial et c’est notamment pour cela que c’est un double LP.


Morgan : Quelle est la question la plus importante que personne ne vous a jamais posée ? Je vous laisse y répondre.

Cole : Parfois j’aime bien quand on nous pose des questions sur la signification d’une chanson ou une question technique sur la manière dont on arrive à produire notre son.


Morgan : Ce n’est pas une information secrète ?

Cole : Non. Je voulais que cet album soit comme un livre ouvert, aussi transparent que possible.


Le mot de la fin

Morgan : Ok. C’est l’heure de la dernière question. Nous avons interviewé Bret Easton Ellis il y a quelques semaines et il nous a affirmé "rock’n’roll is dead". Qu’aimeriez-vous lui répondre ?

Cole : Une partie du travail de Bret Easton Ellis est géniale, American Psycho est vraiment un super livre, mais récemment il a écrit un film qui s’appelle The Canyons avec Lindsay Lohan…

Colin : Les affirmations générales comme cela dénotent surtout une certaine ignorance et un manque d’effort pour trouver de la musique. Je veux dire, il n’y a aucun groupe pour lequel je sois vraiment passionné en ce moment, mais si tu creuses un peu, il y a plein de groupes qui font de bonnes chansons.

Cole : Les gens disent que le rock est mort, que le punk est mort depuis les années 70. À la séparation des Sex Pistols les gens disaient que le punk était mort et personne ne s’attendait à voir débarquer Nirvana. Donc ma réponse à Bret Easton Ellis disant "rock’n’roll is dead", est qu’après avoir vu le film The Canyons avec Linsday Lohan, "Bret Easton Ellis is dead" !


Morgan : Ce sera donc le mot de la fin ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Rendez-vous en 2016 pour la tournée européenne…

Cole : Merci à toi

Colin : Merci, à bientôt

You Might Also Like

1 commentaires