Album Review : Castle Face and Friends - The Velvet Underground & Nico (Rock Psyché)

Album Review : Castle Face and Friends "  The Velvet Underground & Nico   " Sobrement intitulé...







Album Review : Castle Face and Friends

The Velvet Underground & Nico "



Sobrement intitulé The Velvet Underground & Nico by Castle Face and Friends, cet opus est un hommage à l'immense album des Velvet paru en 1967. L'intégralité des titres est ici réinterprété, par autant d'artistes. Castle Face, j'ai déjà eu l'occasion de le dire (ici), c'est la troupe de John Dwyer, le leader de Thee Oh Sees et donc gérant du label. Alors, lorsqu'il décide de s'attaquer au géant The Velvet Underground & Nico, le résultat ne peut (1) qu'intriguer et (2) être convaincant. 

Je ne referai pas le pitch habituel sur le caractère innovant qu'avait cet album à sa sortie tandis que les différentes reprises, dont de nouvelles apparaîtront pendant de longues années encore, ne présentent pas le centième de la même force. Il ne s'agit bien évidemment pas d'écrire un Album Review sur la qualité intrinsèque des morceaux de l'opus original, mais plutôt sur le travail effectué par les différents artistes.

Le résultat est un album qui s'assimile très largement à des dessins d'enfants. Les gribouillages psychés sont largement de la partie, usant par la même de multiples couleurs et variations, quitte à obtenir parfois un résultat quasi-ingrat, façon "European Son". Bien évidemment, nous avons également la classique maison minimaliste, "Sunday Morning". Je peine toutefois à trouver une analogie politiquement correcte pour le titre "Heroin". Je note à ce titre que le Record Club de Beck avait déjà opéré une reprise de The Velvet Underground & Nico, et que le morceau précité était transcendé (ici). S'il est intéressant de voir ce qu'il en advient sur cet opus, je suis toutefois impatient du jour où un groupe se frottera au très grand White Light/White Heat et son titre "Sister Ray" de plus de 17 minutes (ici).

Parler des Velvet Underground, un acte toujours très bien vu en société, tourne souvent à la discussion de comptoir, sur la pochette d'album ou celui qui arrivera à citer le plus de titres. Alors, tachons au moins de produire cet Album Review accompagné d'un bon whisky, Lou Reed mérite bien ça. À présent, place à la critique détaillée :

  • Sunday Morning (Kelley Stoltz) : Difficile d'obtenir le même rendu que celui des Velvet. La voix lancinante de Kelley Stoltz ne parvient pas à traduire le détachement de Nico, chanteuse allemande des Velvet. On flirte avec un ennui qui, s'il était voulu et imagé dans la version originale, est ici plutôt embêtant. En somme, le titre n'est pas mauvais, mais simplement parce que sauvé par la qualité de son écriture.
  • I'm Waiting for the Man  (Warm Soda) : La touche Warm Soda appliquée au Velvet, voilà de quoi produire un cocktail explosif. Le résultat est à la hauteur de nos espérances, formant une version qui revisite largement le rythme initial. Plus innocente que la version originale, voilà bien trois minutes que l'on reproduit à l'envie.
  • Femme Fatale (Ty Segall) : Les guitares fuzz de toute part, Ty Segall est aux manettes. Il faut néanmoins le dire, ce titre ne laisse pas un souvenir impérissable. Sûrement serait-il bien meilleur si on découvrait par la même le génie de Ty. Ce n'est pas le cas. Ah ... lorsqu'on s'habitue à l'excellence, on ne saurait goûter à autre chose.
  • Venus In Furs (Blasted Canyons feat. Jeremy Cox) : Voilà bien une version difficile à saisir. Si on ne semble a priori pas tant éloigné de la version originale, le travail studio est en réalité immense. Blasted Canyons réalise là une belle réinterprétation, donnant à entendre un Velvet encore plus déstructuré.
  • Run Run Run (White Fence) : White Fence est réputé pour produire un rock garage dynamité, explosif. Alors, lorsqu'il s'attaque à "Run Run Run", on s'attend nécessairement à une course folle contre la mélodie. Que nenni. La production est ultra lo-fi au point qu'elle inhibe toute puissance sonore, entubant le son de façon bien trop stricte. Dommage, vraiment.
  • All Tomorrow's Parties (The Fresh & Onlys) : La voix de Tim Cohen n'est certainement pas la plus expressive de toute. Un résultat bien pâle s'en suit, cette version de "All Tomorrow's Parties" n'apporte rien à l'original, si ce n'est un rythme dont les contours semblent plus finement définis. 
  • Heroin (Burnt Ones) : Il faut le dire, "Heroin" est le titre le plus à même de transcender l'artiste qui l'interprète.  Burnt Ones réalise très bien le travail, délivrant une version où l'Heroin semble jouer d'effets contraires, à la fois inhibante et pro-psyché. Burnt Ones agonise en musique pour notre plus grand plaisir. Bien évidemment, le final est la pièce maîtrise du morceau.
  • There She Goes Again (The Mallard) : The Mallard, je l'ai déjà dit, est l'une des nouvelles formations à suivre de prêt. Cette version ne me fait pas mentir, on y retrouve l'entrain originel des Velvet auquel s'ajoute le psyché et la féminité de Greer McGettrick. 
  • I'll Be Your Mirror (Here Comes the Here Comes) : Une smooth version de ce magnifique titre. Le génie de ce morceau est d'arriver à compiler voix enfantine et lo-fi, un combo très, très rarement utilisé. 
  • The Black Angel's Death Song  (K. Dylan) : Aussi inquiétante que la version originale, K. Dylan trouve le juste ton. Ce titre est forgé dans l'acier le plus noir, la où les dieux s'adonnent à des danses macabres. K. Dylan délivre définitivement l'une des meilleures versions de l'opus.
  • European Son (Thee Oh Sees) : C'est fort logiquement Thee Oh Sees qui vient conclure cet opus. N'interprétant pas le titre le plus facile - y en avait-il seulement certains "faciles" ? - John délivre une version plus psyché encore que l'originale. Si Thee Oh Sees n'en est plus à faire ses preuves, le groupe démontre une nouvelle sa capacité à transcender la musique à laquelle il touche.

Ecrire un tel Album Review est un exercice difficile en ce qu'il faut faire la part des choses entre qualité du titre original et de la version proposée. Étrangement, cet opus est divisé en deux parts à peu près égales : la première est agréable sans réellement séduire, la seconde est dantesque, un véritable hommage aux Velvet.

Au final, on se trouve en présence d'un opus très intéressant, contenant bon nombre de belles créations. Si certains morceaux peinent à séduire, c'est tout simplement que reprendre les Velvet est un exercice ô combien périlleux. Il est normal que le résultat ne soit pas toujours à la hauteur de nos espérances, mais lorsqu'il l'est, c'est l'un des plus grands opus jamais conçus qui continue à vivre.


(mp3) Warm Soda - I'm Waiting for the Man (Velvet Underground cover)
(mp3) K. Dylan - The Black Angel's Death Song (Velvet Underground cover)


Note : 7,4 / 10 (barème)


Liens afférents :
Album Review du dernier Woods 

Album Review du dernier White Fence

You Might Also Like

0 commentaires