Mon Vaguess, je l'aime comme ça.

Vaguess   fait  partie des groupes sur lesquels j'ai le plus écrit ces dernières années. Pourquoi donc ? Parce que Vinny Diesel a la...


Vaguess fait partie des groupes sur lesquels j'ai le plus écrit ces dernières années. Pourquoi donc ? Parce que Vinny Diesel a la bonne idée de faire paraître un excellent album tous les 6 mois. Je ne peux donc que m'exécuter, ce que je fais avec plaisir.

Si Vaguess prévient parfois (j'ai ainsi eu l'honneur de sortir certains de ses albums en avant-première), ce n'est pas toujours le cas. Sans rien dire à personne, il a ainsi fait paraître When I Was Young & Useless le 31 janvier dernier, via Refry Records. À une époque où tous les groupes n'en finissent pas d'imaginer des sous-genres au garage, Vinny se concentre sur ce qu'il a de plus évident dans le garage, la raison de ce pour quoi cette scène est à ce point vivante. Le photographe de cette pochette le confie d'ailleurs sur Facebook : cet album "brings me back to the first VAGUESS show I ever went to." That's right, Vaguess ne dévie pas de sa première trajectoire, et pour cause, c'est la bonne.


L'album est ainsi introduit par "Inside Out"... un HIT. Ah, il n'en a pas l'air pourtant, hein ?! Ah, ce n'est pas un magazine papier qui en parlerait... et pour cause, la production est à peine mid-fi (clairement faite maison), Vaguess nous rentre-de eighties dedans comme une broche dans un cochon au lait, il est brut et gentil. Lorsque le refrain prend enfin, je me rappelle ce pourquoi j'ai créé Still in Rock : pour partager ces quelques secondes de musique qui rendent la vie plus puissante.

"Safe At Home", c'est un titre dans la lignée de Jay Reatard and co. "If i Love You", plus acoustique, a quant à lui quelque chose de eighties qui lui va bien. Mais toujours, Vinny Diesel applique sa formule magique : il ne s'encombre pas de ce qu'il faudrait pour que ses morceaux soient des hits radio. C'est également la formule de Robert Pollard (Guided by Voices), et plus les albums vont, plus je vois des ressemblances entre ces deux artistes. Les titres leur viennent à l'esprit, ils les mettent en musique et les laissent tels quels.

Sur les morceaux qui suivent, Vaguess continue à délivrer son cool nonchalant et naturel (peut-il être autre chose que naturel ?). "Be Free", "Turtle Hill" et "Someone To Miss" viennent donc agiter 5 minutes de notre vie. Le dernier a quelque chose de post-skate.


Qu'attendiez-vous sous cette photo ? Que je dise à quel point Vinny a finalement choisi de délivrer de la merde électronique sur la face B de son album ? Quedal. Il demeure excellent, et contant. Ecoutez "Summer Haunt" et "New Car" pour vous en convaincre. Vinny est au-dessus. 


Au final, When I Was Young & Useless est une autre démonstration de l'injustice abritée dans ce vaste monde qui est le nôtre. Certains essaient d'être cool et délivrent des albums forcés. D'autres s'en foutent et donnent naissance à des LPs fondamentaux. Vous aurez bien évidemment compris de quel côté de la force je place Vaguess, depuis 5 albums au moins. Sur cet LP, Vaguess est un brin moins punk rock qu'à son habitude. Il est plus romantique et toujours aussi raw. Mon Vaguess, je l'aime comme ça.


TracklistWhen I Was Young & Useless (LP, Refry Records, 2019)
1. Inside Out
2. Safe At Home
3. If i Love You
4. Be Free
5. Turtle Hill
6. Someone To Miss
7. Ain't Hard To Find
8. Chasing The Sun
9. Lost Highway
10. Summer Haunt
11. Without A Country
12. New Car


You Might Also Like

0 commentaires