Wax Cactus : budgie smuggler !

Wax Cactus , c'est le projet de Ryan Feltwell, un artiste originaire de Bendigo (dois-je oser préciser le pays ? Yes, Australie.....


Wax Cactus, c'est le projet de Ryan Feltwell, un artiste originaire de Bendigo (dois-je oser préciser le pays ? Yes, Australie...). Le 21 octobre dernier, il a fait paraître son premier EP, Less Is More. Et c'est vrai que Less y est parfois More. Les mélodies sont suffisamment dépouillées pour laisser place aux quelques accords pop qui le méritent, mais la production laisse souvent à désirer, ce qui réduit l'intensité de ce minimalisme revendiqué. C'est comme s'il devenait de circonstance plutôt qu'il était un véritable choix. Il n'en demeure pas moins que Wax Cactus est un beau projet qui mérite un petit coup de pouce, que vous soyez amoureux de la scène australienne - comment ne pas l'être - ou pas


L'EP est ainsi introduit sur "Loose Tooth", un morceau de surf pop qui fait très bien le travail. La mélodie est joliment trouvée, on se croirait dans les Landes à trainer avec les sosies de Brice de Nice, persuadés d'être aussi cool que Wavves les Californiens. "Lotus", plus grungy, souffre de sa production trop lo-fi-son-de-webcam. La guitare est suffisamment crunchy pour que l'on puisse se contenter d'une production mid-fi, mais il perd ici en frénésie.

Dans sa description, Wax Cactus dit être "a cactus made of wax, pretty self explanatory". On retrouve ce côté très évident dans "Islands & Cities", un morceau dont on comprend rapidement que la structure ne nous surprendra pas. On s'y complait, non pas que le songwriting soit d'un niveau exceptionnel, mais ce titre a au moins le mérite de nous rappeler pourquoi on écoute du garage. Keep It Simple, voilà quel aurait pu être le nom de cet EP.

"Frequency & Static" attaque la seconde moitié avec ce même problème de production, mais cette fois-ci, le côté nineties vient rehausser le tout. Wax Cactus se rattache ainsi à la scène slacker avec ses Don't Care lancés comme des backflips. On s'imagine ce morceau après remasteurisation. Ce sera bien ! 

"Nicotine" est le plus gros potentiel de tout l'EP, une fois encore, rien ne doit être changé si ce n'est la prod' qui est en deçà. Ce titre respire le punk, il est délivré avec nonchalance, il ne pourra longtemps passer inaperçu lorsqu'un nouveau mastering sera dans les tubes. "Malibu" fini d'achever le paradoxe surf/nineties de cet EP. Peu d'albums de la décennie visée se sont essayés au surf, Wax Cactus pourrait le faire.



Au final, Less Is More révèle toute la philosophie de Wax Cactus, et peut être aussi ses limites actuelles. Le slackeurisme ne doit pas se confondre avec le moindre effort. Les slackers travaillent durs à produire un son je-m'en-foutiste, c'est toute la contradiction du genre que Wax Cactus semble avoir rejeté. Les créations de Ryan Feltwell sont pourtant plus qu'honorables, elles pourront le porter loin, il semble avoir pour lui cette capacité à créer les deux ou trois hits qui lui permettront de se frotter aux meilleures salles D.I.Y. du pays. Je lance donc un appel à Wax Cactus, s'il m'est permis de le faire : reviens-nous avec une nouvelle production pour ces quelques morceaux, ajoutes-y une poignée de titres et fais paraître un excellent premier LP dont le monde parlera.

(mp3) Wax Cactus - Loose Tooth

Tracklist : Less Is More (EP, 2017)
1. Loose Tooth
2. Lotus
3. Islands & Cities
4. Frequency & Static
5. Nicotine
6. Malibu

Liens :
Article sur Blond Blood
Article sur Goodbye Honolulu

You Might Also Like

0 commentaires