Freez : l'Italie se met au slacker !

Freez est un groupe italien - c'est rare par ici - qui vient de sortir son premier EP, j'ai nommé Routine .  " Bad W...


Freez est un groupe italien - c'est rare par ici - qui vient de sortir son premier EP, j'ai nommé Routine

"Bad Weed", le titre introductif, est à l'image de ce qu'il y a de plus slacker en 2017, le groupe semble même avoir la flemme de trop accélérer le tempo. La production de ce titre ne laisse planer aucun doute sur la volonté DIY de cette formation. "My Throat Burns", qui introduit un peu de jangle pop, est un brin meilleur. Freez ne délivre pas le titre le plus original de l'année, mais il fait bien ce qu'il entreprend de faire : du garage pour aller faire du skate - ou pour rester dans son canapé. Et "Do Nothing Club" vient finalement illustrer ce que l'identité de cet EP : ne surtout rien faire si ce n'est tourner l'intensité des pédales et jammer une après-midi durant. 



"Pink City" se veut plus surf que les précédents. On imagine le titre tourner en boucle sur une vidéo de surf tournée en VHS. Freez a beaucoup écouté Ty Segall et ça s'entend. A la bonheur, l'Italie ne semblait avoir été que peu contaminée, et plus on est de zombie-surfeurs, plus on rit. "Witch" conclut cet EP sur une drôle de note qui est un brin plus amateur-ish. On voit bien l'utilité de ce morceau qui faire bouger un peu le devant de la scène lorsque joué en live, mais il manque quelque chose qui en ferait un bon titre d'EP.


Au final, Routine est un bon EP mais dont je doute qu'il marque l'année 2017. On est indulgent avec Freez parce qu'ils sont italien - et que j'écris cet article depuis l'Italie, mais je crois que quitte à avoir choisi de faire dans le garage pop à tendance surf, quitte à revendiquer l'influence de Ty Segall, autant jouer à fond la carte de Reverse Shark Attack. Et c'est précisément ce que cet EP ne fait pas. On en revient une fois encore à l'expérimentalisme. Admettons que Freez soit obligé de délivrer un titre de 10 minutes, qu'il s'impose cette règle, qu'en ressortirait-il ? Ce devrait être le pédigrée des bons groupes de garage : un titre de plus de 10 minutes dans sa discographie. Cette durée excessive aurait forcé Freez à aller chercher quelque chose de plus. La qualité de ce premier EP indique que Freez en est capable. Alors, rendez-vous en fin d'année pour en entendre plus ?

(mp3) Freez - My Throat Burns
(mp3) Freez - Pink City

Tracklist:
1. Bad Weed
2. My Throat Burns
3. Do Nothing Club
4. Pink City
5. Witch

Liens :
Article sur Acapulco Lips
Article sur le groupe Death Canyons

You Might Also Like

0 commentaires