Album Review : The Growlers - Hung at Heart (Pop Psyché)

Album Review : The Growlers Hung at Heart ------ FRENCH VERSION ( english one below ) Voilà une autre surprise de ...






Album Review : The Growlers

Hung at Heart




------ FRENCH VERSION (english one below)


Voilà une autre surprise de 2013. Alors qu'on ne les attendait certainement pas, The Growlers débarque avec un nouvel opus étonnant. The Growlers c'est un groupe californien (un de plus) formé en 2006. Composé de cinq membres et mené par Brooks Nielsen (au chant) et Matt Taylor (à la guitare), il devra désormais être présenté comme l'un des nouveaux ambassadeurs du psychédélisme. Ce n'est pas faute d'avoir fait déjà paraître deux opus, Are You in or Out et Hot Tropics, respectivement en 2009 et 2010, mais leur dernière mouture est assurément celle de leur consécration. La symbiose y est évidente. C'est sans aucun doute le résultat d'années d'expérimentations qui a permis à The Growlers d'obtenir un tel résultat, si complexe, si beau.

Hung at Heart est paru le 22 janvier dernier sur le label Everloving Records. Le groupe le décrit comme un "psychedelic circus of surf, sex, and hobo trance, boom boom twang that makes for a hell of a high!". Tout juste. En toute coordination avec le "Warning to the hipster savants" présent sur leur BandCamp, cet Album Review ne pouvait qu'être écrit sur le thème de la magie noire. Il faut dire que tous les éléments d'une puissante potion magique sont là. À n'utiliser que ceux présents sur la pochette, il y a déjà de quoi faire.

Sans aucun doute, cet opus de surf music pourrait être celui d'un vieux groupes des années 60 tel que The Spats. Assurément sixties et surf-psyché, The Growlers joue à tenir en équilibre sur sa planche, avec succès. Attention au mal de mer, les diverses mélodies tanguent énormément. Véritable magicien, The Growlers nous présente un opus de 15 titres, parfois inconsistant, mais toujours psychédélique. L'une des grandes forces de l'opus est l'attrait de chacune de ses mélodies. Alors, que nous réserve en détail cette excellente surprise de 2013 ? Réponse dans la critique détaillée :




  • Someday : Le nouveau titre indispensable à toute soirée sixties. Déhanchements assurés pour ces quelques accords hawaïens qui forment une excellente introduction.
  • Naked Kids : L'un des meilleurs titres de l'opus. Révélateur de ce que The Growlers produit de plus éclatant, on est ici confronté à une musique surfy qui n'est pas sans faire apparaître quelques nuages sur le ciel californien de The Growlers.
  • Salt on a Slug : Valse infernale, "Salt on a Slug" est un titre où l'on entre en plein dans la machine infernale de Charlie Chaplin. Incontestablement l'un des meilleurs titres de l'opus, probablement avec "Burden of The Captain".
  • One Million Lovers : Une nouvelle démonstration de l'incroyable facilité de The Growlers à dénicher d'excellentes mélodies. Ce titre s'apparente à une ritournelle faussement joviale, on y descelle aisément une amertume dont il est difficile de se détacher.
  • No Need for Eyes : Puissant et nonchalant, "No Need for Eyes" est absolument renversant. The Growlers dévoile un côté plus obscur encore, très psychédélique, et de fait, très réussi. Difficile d'émettre la moindre critique jusqu'alors, Hung at Heart est sans aucun reproche so far. Ensorcelant.
  • Living in a Memory : Trop consensuel. "Living in a Memory" est plutôt agréable, plutôt bien fait, mais finalement pas dispensable, sans trop de raisons.
  • Pet Shop Eyes : Le petit riff qui résonne dès le début du morceau est un des plus entêtants de l'opus. "Pet Shop Eyes" est un titre très complet, la petite interlude plus rapide en atteste parfaitement. Complètement loufoque, The Growlers exprime tout son savoir-faire en matière de préparation de magie noire, des ingrédients étranges (le titre du morceau) à l'ébullition finale.
  • In Between : Ballade lo-fi au clair des lanternes de la pochette. The growlers ressort sa ritournelle pour un nouveau titre très efficace avec une mélodie qui ne paie pas de mine mais pourtant très significative.
  • Burden of the Captain : Absolument parfait. Excellentissime, tout y est. The Growlers est ici au sommet de son art. Le lo-fi de la guitare sert à merveille une mélodie la plus sympathique qui soit. Le passage instrumental est une véritable merveille qui donne à la reprise un engouement peu commun. Balançons nos têtes, toujours et encore.
  • Row : Plus western, plus brumeux, la guitare semble être celle d'un vieux cowboy. Difficile de se sortir le mot de la tête, The Growlers sait assurément comment exercer sa magie noire, à notre plus parfait détriment.
  • Its No Use : La voix de Brooks Nielsen n'est cette fois-ci pas accompagnée de son habituelle mélodie. Alors, non.
  • Use Me for Your Eggs : Nettement moins efficace, "Use Me for Your Eggs" fini néanmoins par nous avoir à l'assure. Rien d'irritant à dénoncer.
  • Derka Blues : Aucune réelle consistance pour ce titre qui pourrait néanmoins servir de single à de nombreux autres groupes du genre. The Growlers vaut mieux que ça.
  • Beach Rats : Une version moins rock, moins pop, moins bonne. "Beach Rats" est l'illustration de ce que The Growlers peut produire de moins bon. Sans psychédélisme, plus rien ne fonctionne et l'on regarde The Growlers s'agiter devant une grande marmite d'un oeil bien plus étrange.
  • The Fruit is for Everyone : Cette interlude n'appelle pas véritablement de commentaires. C'est là ou il le fallait, en guise de paisible conclusion de cet album.

Sans conteste, Hung at Heart est un opus extrêmement complet. Il est coutume de constater que beaucoup des bons opus sont cantonnés à un seul style, sans trop de variations, exploitant pleinement leurs atouts. Hung at Heart n'est pas de ce genre-là. L'écoute répétée de nombreux titres les transforment en véritable hit (it). Pour n'en citer que deux, "Salt on a Slug" et "Burden of the Captain" feront assurément partie des meilleurs de l'année, déjà. 

Fort de cette réalité, The Growlers a voulu trop en faire. L'album est ainsi composé de deux parties très distinctes : la première, jusqu'à l'excellent "Row", très psychée, brumeuse et ensorcelée. La seconde, beaucoup moins expressive et efficace. Plusieurs morceaux auraient en fait dû être supprimés de la maquette. Mais ce n'est que le simple revers de la médaille. Est-ce bien grave ? Certainement pas. Prétendons que les titres suivant "Row" n'existent pas, comme par magie, et tout sera parfait. C'est ainsi que The Growlers a définitivement fait sa place sur la scène Indie. 


Note : 8,1 / 10 (barème)


Lien afférent : 



-------- ENGLISH VERSION

Here’s yet another surprise of 2013. While we certainly didn’t expect it, The Growlers have delivered their first truly stunning album. The Growlers are (another) California band, formed in 2006. Composed of five members and headed by Brooks Nielsen (vocals) and Matt Taylor (guitar), the band has now proven itself to be one of the new ambassadors of psychedelia. It’s not because they’ve already released two albums – Are you in or Out and Hot Tropics, in 2009 and 2010 respectively – but because this latest album is an act of consecration. The symbiosis here is evident. Without a doubt it’s the product of years of experimenting that has allowed The Growlers to achieve such a complex and beautiful result.

Hung at Heart was released on Everloving Records on January 22. The band describes it as “a psychedelic circus of surf, sex, and hobo trance, boom boom twang that makes for a hell of a high!” Which is just right. To go along with the “Warning to the hipster savants” label on their BandCamp, this Album Review can only be written with black magic theme. All the elements of a magic potion are here. Using only those on the cover, there’s already plenty to do.

This surf music album might as well be the work of an old band from the 60s, like The Spats. Assuredly sixties surf-psych, The Growlers masterfully maintain their balance on their board. Watch out for seasickness as the diversity of songs tosses and sways like a wave. Natural magicians, The Growlers deliver us a 15-song album, at times inconsistent, but psychedelic throughout.

Without a doubt, Hung at Heart is complete to the bone. It’s not uncommon to see good albums confined to a single style, without much variation and exploiting a single key. That’s not Hung at Heart. Repeat listening to numerous titles reveals that they are veritable hits. To call attention to just two, “Salt on a Slug” and “Burden of the Captain” are definitely some of 2013's best yet.

Despite this, The Growlers may have tried to do too much. The album is made up of two distinct parts: the first, ending with the excellent “Row”, very psych, noisy, and bewitching; and the second, much less expressive and effective. Imagine that the songs following “Row” could disappear, as if by magic, and everything would be perfect. In any event, with this release The Growlers have definitively carved out their place in the Indie scene.


Rating: 8.1 / 10 (scale)


Link:
Bandcamp with full streaming


You Might Also Like

3 commentaires