Anachronique : The Lovin' Spoonful (Pop Folk)

Les amis, je vous voudrai aujourd'hui insister sur la sempiternelle joie du groupe  The Lovin' Spoonful , groupe New Yorkai...




Les amis, je vous voudrai aujourd'hui insister sur la sempiternelle joie du groupe The Lovin' Spoonful, groupe New Yorkais formé en 1964 dont l'existence aura été parsemée d'immenses succès. Difficile de dire lequel des titres de The Lovin' Spoonful aura eu le plus de popularité tant il aura chassé la première place des charts avec une agilité déconcertante. A l'image de sa musique, The Lovin' Spoonful est une formation sur laquelle la bonne étoile n'a jamais cessé de briller, donnant à écouter des dizaines de titres tous plus enjoués et réjouissants les uns que les autres.

L'un de ses plus grands hits est incontestablement "Summer In The City",  le genre de classique que l'on reconnaît dès les premières secondes, de ceux qui donne lieu à des scènes d'hystéries où les brushings s'essoufflent en l'espace de quelques secondes. Il en va de même pour "Daydream" (ici), reprit plus de fois qu'on ne peut les compter.

The Lovin' Spoonful ne s'arrête pas à ça. Comment ne pas faire l'apologie du génie pop qu'encapsule "Do You Believe In Magic", un indispensable à toutes bonnes mixtape. Envie d'une ballade ? "Coconut Grove" (ici) donne de quoi penser. "Did You Ever Have To Make Up Your Mind" (ici) est l'un des titres les plus innocents qu'il nous soit donné d'entendre. Et ça continue. Envie d'un nouveau son-réveil ?  "Six O'Clock" (ici) remplira le rôle mieux que tout autre. Envie d'écouter ce qui aurait pu être un titre des Velvet ? "Rain On The Roof" (ici). La version new-yorkaise des Beach Boys ? "You Didn't Have To Be So Nice". La parfaite chanson d'amour ? "Younger Girl" (ici). Auteur de bandes-son pour Woody Allen (ici) et Coppola (ici), The Lovin Spoonful a le genre de discographie qui fait tourner la tête. Se l'approprier nécessite plus de temps qu'il n'y paraît. Très facile d'accès, il faut y voir l'un des groupes les plus capables de dénicher constamment d'éternelles mélodies (un grand merci au génie de John Sebastian et ses jean-jackets). The Lovin' Spoonful et nous, une histoire d'amour pour la vie. 




Liens afférents :


You Might Also Like

1 commentaires