Dossier : Animal Collective, musique expérimentale.

Animal Collective . Chers amis, je consacrerai cet article à vous retracer la carrière d'Animal Collective, groupe originaire de Balt...




Animal Collective. Chers amis, je consacrerai cet article à vous retracer la carrière d'Animal Collective, groupe originaire de Baltimore. Pour en établir un rapide portrait, Avey Tare (David Portner) et Panda Bear (Noah Lennox) se rencontrent à l'école primaire, rejoints ensuite, lors de leur déménagement à New-York, par Geologist (Brian Weitz) et Deakin (Josh Dibb). Que ce soit immédiatement dit, Animal Collective doit être un des piliers de votre discographie, pour ne ressembler en rien à ce que les autres formations peuvent produire. S'ils emportent largement l'adhésion du monde artistique, il faut dire qu'eux, pape de la musique expérimentale, ont su faire évoluer leur musique à travers différents albums souvent de grande qualité. De la folk en passant par le rock, le post-pop et des sons plus noisy aux allures psychédéliques, leur style est difficilement descriptible, ce qui fait définitivement la force d'une formation révolutionnaire.

Je m'attacherai à vous présenter aujourd'hui les quelques titres qui, pour les albums de ma sélection, ont retenu mon attention. Si plus de 100 morceaux constituent la discographie d'Animal Collective, il est nécessaire d'y opérer un tri. Loin de prétendre à l'exhaustivité, il sera donc fait une présentation tout à fait subjective des quelques titres qui m'émeuvent. L'une des spécificités d'Animal Collective est d'être capable d'expérimenter tant de sons nouveaux que la magie n'opère parfois pas. Rares sont ainsi les albums où chaque titre obtient ma bénédiction, mais qu'importe, l'ensemble des albums sortis jusqu'à présent forme un tout majestueux. C'est cette sélection que je vous présente qui occupe, depuis de longs mois, plusieurs heures de mes semaines.

La musique d'Animal Collective est une musique certes d'initiés, mais qui ne laissera pas en reste tout auditeur qui persévérera plus de 20 minutes. Les titres sont généralement de longue durée et évoluent sur plusieurs tableaux, il est nécessaire d'y prêter 100 % de son attention et s'entendre à voyager très loin. Cette musique est riche et peut être fournie comme jamais, une aubaine. Animal Collective sortira un nouvel album en 2012, en attendant, attachez vos ceintures, c'est parti pour la carrière review :

  • Spirit They're Gone, Spirit They've Vanished (2000) : première émanation musicale des deux membres initiaux, cet album ne sortira pas sous le nom d'Animal Collective. Alliant à merveille post-pop et musique expérimentale, il est l'un des opus les plus convaincants du groupe. Souvent délicate, la musique semble y avoir été déposée avec précaution. "April and the Phantom" et les quelques secondes de crash introductif décoifferont pourtant les plus conservateurs, c'est "Penn Dreadfuls" sur fond d'un piano très Keith Jarrett qui fera le travail de réconciliation avec un auditeur pris au dépourvu. Le travail studio est déjà incommensurable, la marque de grands à venir.

  • Sung Tongs (2004) : À la sortie de "Sung Tongs", Animal Collective est alors la formation que l'on connait. C'est sur des bases plus folk que le groupe nous délivre un opus en dent de scie dont le meilleur est illustré par le titre "Who Could Win a Rabbit".

  • Strawberry (2007) : "Strawberry" est l'album où Animal Collective va définitivement acquérir la notoriété qu'est la sienne aujourd'hui. Dotés d'une énergie vertigineuse, les titres s'enchainent avec une facilité déconcertante. Sorti quelques mois après l'album "Person Pitch" de Panda Bear, on y retrouve un huitième opus d'Animal Collective révélateur d'une musique expérimentale ô combien communicative. C'est à ce jour le meilleur album du groupe.

  • Fall Be Kind EP (2009) : Ce formidable EP d'Animal Collective, introduit par un splendide "Let me begin. Feels good 'cause it's early", est l'opus qui va, plus que tout autre, colliger l'initiative démesurée d'un groupe expérimental et le style vocal d'un Panda Bear majestueux. Tous les titres qui s'y trouvent sont excellents, "I Think I Can" demeure un chef d'oeuvre inégalé.

  • Merriweather Post Pavilion (2009) : Animal Collective avait frappé fort en 2009 avec la sortie d'un "Merriweather Post Pavilion" ravageur. Si "My Girls" et "No More Runnin" apparaissent en tête de liste, les autres titres n'en demeurent pas moins d'extraordinaires moyens d'explorer un peu plus encore les limites de l'imagination - j'en veux pour preuve le titre "In The Flowers". Au-delà des frontières du possible musical, Animal Collective prouve que la musique expérimentale est capable de très très grands moments, encore fallait-il en douter.


La carrière d'Animal Collective en son état actuel confond l'entendement. Plus le temps passe et plus les opus s'améliorent, fait suffisamment rare pour être noté. Écouter Animal Collective est un exercice qui peut, il est vrai, s'avérer difficile, et pourtant tellement jouissif. Ces gars-là sont, au même titre qu'un James Blake dont je vous ai bien plus parlé, de ceux qui ont su faire évoluer les mentalités, participant aux avancées musicales les plus folles. 2012 nous réserve la surprise d'un nouvel opus qui, je n'en doute pas, s'il avait été entre les mains de Patrice Bateman, ce héros d'American Psycho, lui aurait fait dire : "C'est un disque à déguster, encore et encore".




Liens afférents :

You Might Also Like

3 commentaires