Interview Still in Rock : The Parrots

******** English version Click here for french ******** There are bands with who you want to play tennis table after having ...


********
English version
********

There are bands with who you want to play tennis table after having interviewed them. The Parrots is one of them. Our interview took place about a week ago on the Point Ephémère's rooftop while the band was slowly preparing for its show - a ceremony that implies the word "Heineken". Alex Lucas (on bass) and Larry Balboa (on drums) chose a beautiful little corner on wooden boxes for our little discussion. It went fast, but we had time to talk about the basics. Thank you guys, and next time, let's play tennis together!

Alright guys, nice to meet you. Let's get started with the first question: how are you doing?

Très bien, merci !

How long have you been touring?

This tour has been in two parts : the first part lasted 25 days, and the other one is 12 days or something. We have about one week to stay at home, to rest a little and then come back!

How did you get in touch with your label?

The first time was in 2015 at SXSW, they came to a couple of concerts and were like “Yeah I like the band, but I’m not sure...” We talked for a year, and then we recorded the album, finally. And they said yes, after listening to the album.

How is the Spanish scene supportive, and why didn’t you chose a Spanish label?

We don’t have any Spanish label that offers anything. In Spain, the labels aren’t too big. The only big labels here are Universal, Warner… We don’t have anything independent, but huge, like Heavenly which is a good record label but independent enough. In Spain, it’s more difficult.


So it wasn’t a question of whether you should stay in Spain or go to another country

We wanted to go worldwide, we sing in English man! Well, we are trying…

Well you have some songs in Spanish…

Yeah, now we have!

Now about the Spanish scene, I guess you know the band Mourn, on Captured tracks, another one I love is a band called Mujeres

Yeah, you know them? They’re our friends!

And is there any cool venue where you can all hang out?

No, because Mujeres are from Barcelona, and we’re from Madrid.. Mourn are younger than us, I think they’re 16, 17 19 and 20 while we are 26-27, and Mujeres are 32, 33. But sure, we are like in the same garage scene or something in Spain. We are very close with another band from Madrid, Los Nastys, and Hinds, that’s the garage scene we have here in Madrid. But we love Mujeres, they’re really fun guys. 


It’s good to know! Now about your album… For me, it’s a really fun album...

Thank you!

... I mean that as a compliment, I’ve been asking bands, and some of them tell me that doing music is really serious and that rock’n’roll should be serious, and other ones tell me that it should be fun and about having a good time. What do you think of that?

I think it all depends on the people. Some are very serious about all the stuff they do, but we always do it happy, because if you don’t do the things happily, it’s pointless. In fact, we always try to get fun, but it’s true that when you’re recording music you have to be a little serious, but we always try to make the public feel like we’re having fun recording, and it’s true!

It’s a lot of work, obviously, it’s not like partying all the time

In the studio we’re sometimes smoking joints, drinking beers, but it’s not like… WOOOOH (acting crazy).

Plus, it's a lot of money to stay in the studio...

Oh yeah, 300 a day...

I’m sure, if you read papers about the album, they sometimes mentioned Ty Segall. How do you feel being compared to his music, are you tired hearing it all the time?

No, it’s not important for us that people say “this band reminds me of The Growlers, The Black Lips, or Ty Segall”. We have been listening to these bands a lot. It’s not an influence or else, but maybe we are in the same vibe. It’s not bothering us, it’s not a problem. We are only The Parrots! 


In the song "No Me Gustas, Te Quiero", I guess you’re talking about a girl? (They are laughing nervously) I can erase the question if you want! What’s the story behind the song?

The story is that one day, our singer Diego and me decided to do a secret concert, supporting Juan Wauters, a Uruguayan band.

Oh cool, he's great!...

 We like him a lot. Anyway, I think the lyrics talk about two different girls, because Diego sings a part, and I sing another part.

Oh well, at least it’s not the same girl we’re talking about... because how many bands broke up because of that… Also, for me, there is something kinda "slacker" in your music, like FIDLAR, Nobunny, those Californian bands. Do you feel related to that scene, even though you’re not from California?

We love these bands, but I think we are not in this vibe. We’re not into the skating and surfing things, but we love the people who do that. We live to drink cans and watch other who are skating..

Also, something that I am seeing more and more is that the garage scene is obsessed with the 60s, and some bands are only trying to do what The Who and The Kinks did. Do you see that as well, and is it something you thought about, not being too square and too obvious in your music?

I feel like this was another time, they sang about other things. The music kind of sounds similar, but I don’t think the bands are trying to do the same. Some people come to us saying “Why are you doing music like in the 60s, I don’t understand!” and I say “I don’t know, I don’t understand either!” 


Well, I feel like there is more 50s in your music, you remind me sometimes of Buddy Holly, are you familiar with him?

Yeah, it’s a music we listen to. More Elvis, but also Buddy Holly.

I also read that you love the Strokes? 

All of us, yes! When we met at the University, we wanted to be like The Strokes! The things have changed, we wanted to become the Strokes, but now we’re a garage music band, it’s different! When we started, for us it was a band representing the rock’n’roll music, good times!

I think our time in university will always be the best of our life. OK, two to go. How do you imagine your discography in 20 years? Do you feel like you’re going to stay in garage music, or maybe you’ll change in doing something completely different?

I don’t know… Maybe we’ll change. Actually I hope we’ll change, but we don’t really know the direction yet.

I take note. Now, a few months ago I interviewed Bret Easton Ellis, the author of American Psycho. He told me that in his opinion, "rock’n’roll is dead". Since then, I’ve been asking the same question to every band : what do you think of that statement ?

Rock’n’roll never dies. God save the Queen!

Thanks Paul for the transcript!


*********
French version
*********

Il y a des groupes avec lesquels on fera bien une partie de ping-pong (Point Ephémère oblige) après les avoir interviewés : The Parrots en est assurément. Cet interview a pris lieu il y a une semaine environ sur le rooftop du Point F alors que le groupe se préparait doucement à son concert du soir - un cérémonial qui se résume par le mot "Heineken". Alex de Lucas (à la basse) et Larry Balboa (à la batterie) nous ont choisi un magnifique petit recoin sur quelques cagettes en bois pour une discussion bien animée. C'est allé vite, mais force est de constater que l'on a eu le temps de parler de l'essentiel. Merci les gars, et la prochaine fois, on s'fait un tennis !

Hey guys, comment allez vous ?

Très bien, merci ! (en français)

Ça fait longtemps que vous êtes loin de chez vous, j'imagine?

Ouais, nous avons tourné pendant 25 jours auxquels nous y avons ajoutés 12. On aura une semaine à passer chez nous et puis on repartira sur la route.

Cool. Bon, j'men demandais par ailleurs comment vous étiez entrés en contact avec votre label ? 

La première fois date de 2015 à SXSW, ils sont venus à plusieurs de nos concerts et nous ont dit qu'ils aimaient bien le groupe, mais qu'ils hésitaient encore... On a parlé pendant un an, on a fini par enregistré notre album et ils nous ont donné leur accord après l'avoir écouté.

Ça me pousse à vous demander à quel point la scène espagnole vous a-t-elle soutenu ? Pourquoi ne pas avoir choisi un label espagnol ?

Nous n'avions tout simplement aucun label indépendant d'une taille suffisante. Les seuls labels importants sont Universal, Warner... Bref, aucun label ne ressemblait à Heavenly Records.


Je vois, la question ne s'est donc jamais posée de savoir si vous preniez un label espagnol ou non...

On voulait accéder à l'international, on chante en anglais mec (haha). Enfin, on essaie...

Bien que vous ayez quelques morceaux en espagnol...

Yeah, depuis peu.

Au sujet de la scène espagnole toujours, je suppose que vous connaissez les groupes Mourn (sur Captured Tracks) ainsi que Mujeres...

Ouais, tu les connais aussi ? Ce sont nos amis !

Et vous trainiez donc ensemble ?

Pas vraiment non parce que Mujeres est de Barcelone et que l'on est de Madrid... Et puis, Mourn sont plus jeunes que nous, ils ont 20 ans environ et nous en avons 26 / 27. Mujeres complète le tableau, je crois qu'ils ont 32 / 33 ans. On est donc issue de la même scène, mais c'est à peu près tout. À vrai dire, on est super potes avec Los Nastys et Hinds, c'est la scène garage que l'on fréquente à Madrid. Mais ouais, les Mujeres sont super fun.


Maintenant au sujet de votre LP... C'est un album très fun justement...

Oh merci!

... Je le dis comme un vrai compliment. Certains groupes me confient à quel point faire de la musique est quelque chose de sérieux tandis que d'autres me confient qu'il s'agit surtout pour eux de passer du bon temps. Qu'en pensez-vous ?

Hen, tout dépend des personnes, j'imagine. Certains sont effectivement super sérieux, nous, on préfère tout faire dans la bonne humeur, ça n'a aucun sens sinon. Cela n'empêche pas que l'on soit concentré lorsque l'on enregistre notre musique, mais je crois qu'on a toujours l'intention de faire ressortir le bon temps que l'on passe en studio.

Tout ça représente beaucoup de travail, assurément, faire entendre le fun implique de ne pas prendre le truc trop à la légère...

Ouais, ça ne nous empêche pas de fumer quelques joints et de boire des bières en studio, mais disons qu'on n'est pas complètement azimutés !

De plus, rester en studio coûte cher...

Oh ouais, 300 la journée...

Parlons un peu de votre album à présent. Si je ne sais pas si vous laissez la presse qui vous concerne, mais je suis sur que vous avez déjà entendu des comparaisons avec Ty Segall. Quel est votre ressenti à cet égard ? Vous en êtes fatigués ?

Non, ce n'est pas vraiment important tout ça. Les gens disent toujours "oh, ce groupe me rappelle les Growlers, ou les Black Lips, ou Ty Segall...". On a beaucoup écouté ces groupes mais je ne crois pas qu'ils nous influencent trop. Quoi qu'il en soit, ça ne nous ennuie pas, on est les Parrots et c'est très bien ainsi !


La chanson "No Me Gustas, Te Quiero" parle d'une fille... (ils rigolent nerveusement). Haha, je peux supprimer la question si vous le souhaitez... Plus sérieusement, ça parle de qui ?

Well, on avait décidé de donner un concert privé pour soutenir Juan Wauters...

Oh cool, il est génial...

Ouais, on l'adore. On a donc joué ce morceau qui parle de deux filles différentes parce que Diego chante une partie et que je chante sur l'autre, alors...

Au moins, vous ne parlez pas de la même fille, tellement de groupes se sont séparés à cause de ça... Votre musique a également quelque chose de... "slacker", comme Fidlar, Nobunny et ces groupes californiens. Vous sentez-vous proche de cette scène bien que vous ne soyez pas de Californie ?

On adore ces groupes mais je ne crois pas qu'on soit dans le même état d'esprit. On ne skate pas et on ne surfe pas non plus, bien qu'on adore les mecs du milieu. Nous, on préfère boire des cannettes en les regardant faire...

Au sujet des "scènes", j'ai l'impression que les groupes garage se rapprochent de plus en plus des années '60, qu'ils essaient de reproduire ce que faisaient les Who ou les Kinks. C'est peut être une obsession que j'ai, mais j'ai réellement ce sentiment qu'il y a quelque chose de trop carré dans la musique de beaucoup de formations...

C'était une autre époque où les groupes évoquaient d'autres sujets. Cela dit, beaucoup des groupes actuels ont une sonorité similaire, mais je ne crois pas qu'ils copient vraiment. A vrai dire, il arrive que l'on vienne nous demander pourquoi on joue un rock sixties, et on répond toujours : "je ne sais pas man".


Hm, j'ai quand même l'impression que votre musique est beaucoup fifties que sixties, vous me faites même penser à Buddy Holly par moment...

Ouais, c'est une musique qu'on écoute. Plus Elvis que Buddy, mais Buddy aussi. 

J'ai également lu que vous aimiez les Strokes ?

On adore ! On voulait être les Strokes lorsque l'on s'est rencontré à l'université. Les choses ont changé et maintenant on joue du garage, c'est différent, mais ouais, ce groupe représentait le rock'n'roll pour nous.

Ah, notre époque à l'université était la meilleure... OK, il me reste deux questions à vous poser. Comment imaginez-vous votre discographie dans 20 ans ? Comptez-vous rester dans le garage ou pensez-vous jouer un autre style de musique un jour ou l'autre ?

Je ne sais pas... on changera peut-être. J'espère que l'on changera, mais je ne sais pas vraiment vers quelle direction.

Je prends note. Bon, la petite dernière, celle avec laquelle je conclus désormais tous mes interviews. Bret Easton Ellis m'a confié que de son avis, le "rock'n'roll est mort". Une réponse ?

Le rock'n'roll ne peut pas mourir. Dieu protège la Reine.

You Might Also Like

0 commentaires