Interview Still in Rock : Chic-A-Go-Go

ENGLISH VERSION ( french below ) Let's make it simple: how many programs do you know that have featured: Beck, Built to Spill,...



ENGLISH VERSION

Let's make it simple: how many programs do you know that have featured: Beck, Built to Spill, Blue Cheer, Cheap Trick, Country Teasers, The Cramps, Deerhunter, The Dictators, Fugazi, Hunx and His Punx, King Krule, Iggy Pop, Magic Slim, Nobunny, Parquet Courts, The Pretty Things, ? and the Mysterians, Shannon and the Clams, Slint, The Slits, Sonic Youth, Iggy & amp; the Stooges and Ty Segall ... Huh, how many? 

Chic-A-Go-Go is a unique show for several reasons. First, it is undoubtedly one of those who featured the most amazing bands. I could continue the list, but there are more interesting things to say. Second, because it exists for 20 years now, and that is kind of a miracle to be able to maintain a program for so long. The third because Chic-A-Go-Go is right outside the media circle, outside the system. Chic-A-Go-Go is the punk show that I know. Its concept is punk, because it is dissent and daring, its realization is punk, because lo-fi and DIY, and its spirit is punk: Fugazi played in it, come on...


Recorded in CAN-TV studios, Chic-A-Go-Go is based on a simple idea: artists come and lip-sync one of their songs while being surrounded by children who dance on underground music. Two interviewers then ask questions in an inimitable style: Mia and Ratso (behind which hides Jake Austen) puppet of a small rat that never fails to express his love to the bands he interviews The all is nothing like you have ever seen, the video of Nobunny is a good proof of it. The show is now an absolute reference. The bands who appeared on it say it is an experience they'll never forget. As of today, more than 2,000 bands (and still counting) came to Chic-A-Go-Go.


So I had to interview the crew of the show, which they agreed to do. I learned a lot about the concept of the show, its beginnings, and some creepy stories. I'm mostly surprised to have learned that every band that asks for it can actually go and play there. The deal is too good to be true (even though it is): just send an email and you'll be featured where Ty Segall, Deerhunter, Shannon & amp; The Clams and Slint have recently played. I wonder what they're all waiting for: go to Chic-A-Go-Go!

I'm so surprised that Chic-A-Go-Go operates this way because the show always has been forward thinking. You would think that opening the submission would ruin to show, but actually no, only great independent bands do ask for it, while boring ones seem to be more interested in playing a session in a brand new studio. Who said that the law of supply and demand does not do things well? 



Chic-A-Go-Go is thus emerging as an excellent concept, in contrast with the large press groups (hello Vice Media) that only are the window of something (un)cool because too strategic so people would click on the website. Chic-A-Go-Go is as a good DIV bar  where locals gather to talk about the most exciting music. The rest is often a fancy bar, faking a revival with a 10.000 euros where people are looking each other to see if the neighbor also is listening to the latest Tame Impala, "yolo" as they said. 

Lastly, Chic-A-Go-Go is the perfect place for the underground culture. Morgan Freeman has also succumbed to the experience, as he watching the show in the movie The Big Bounce. The broadcast is available on Channel 19, every Tuesday 8:30pm and Wednesdays 3:30pm. Go get a slice of  bread with some Nutella: it's time to rock'n'roll!

I leave you for today with a list of some videos to watch: King KruleGuantanamo BaywatchSlintParquet CourtsBratmobileSic AlpsDeerhunterThee TsunamisLa LuzHentchmenTwin PeaksJT I.V.Rap Master Maurice and the great Jim Jarmusch.



*********
Interview with Jake
(producer and Ratso)


THE SHOW ITSELF

Hi. First of all, I'm very happy to have this discussion with you. You're the first TV show I ever interview, so, let's start! First things first, how did you end up with this fantastic concept: having dancing kids in a room, absurd interviews, and lip sync. I read that Kiddie-A-Go-Go inspired Chic-A-Go-Go, but what was the original idea you had?

I edit a zine about obscure music, and that led me to meet the Mulqueens who had produced a children’s dance show in the 1960s. Kiddie-A-Go-Go. I was so excited watching little kids dance with such abandon and joy that I wanted to capture that magic. I also wanted to do something that broke down barriers between types of music and generations and segregated scenes (Chicago is extremely segregated, but we were based in Hyde Park, one of the most heterogeneous neighborhoods). I watched Soul Train religiously growing up and always saw TV dance shows as a vital art form, as important to the musical biosphere as clubs or record stores or practice spaces.

When we first started we had a few ideas that did not gel (we wanted a giant puppet cop that beat up dancers with a foam nightstick if they stopped dancing, an homage to the brutality of the 1968 Chicago Democratic Convention), but pretty much the show was exactly the same then as it is 20 years later. In fact, the first episode was amazing and it took us many months to match that quality again.


As I just mentioned, one of the main characteristics of Chic-A-Go-Go is that band are doing lip sync. Why did you choose that, why not having the band performing their songs? 

It is way easier to film it. Bands don’t need to bring heavy gear, and you don’t need to spend an hour sound checking to get the sound right. Nt only do kids not have the attention span to wait, but they don’t care, they are just as happy to bounce around to l a lip synch. It should also be noted that bands love to lip synch because they never get to do it so they have fun and make cardboard instruments or do elaborate moves they couldn’t do if they were actually playing. When OKGO came on they choreographed an elaborate dance like they were a boy band, and later thy did that dance on a tour and that helped them get signed and then when they were about to get dropped by the label they did those insane choreography videos that made them a household name. 

Chic-A-Go-Go is not responsible for their success, but giving creative, playful people a reason to do something different and fun can often lead to great things. Also, lip synching is an art. Look at James Brown on Shindig in the 60s, dancing in a different way by being liberated from the live microphone. 


Do you ever remember having the studio audience a little bit uncertain of what was going on, because the music of the band was too experimental for instance? 

We once had an all-female art rock band that got drunk and was kind of mean to the little kids, scaring them on purpose, but other than that, the beauty of Chic-A-Go-Go is that we created a very safe environment where everyone dance freely without being self-conscious. That safe space creates a bond of trust that not only makes people want to groove to their favorite song, it also invites them to try to groove to weird stuff they don’t fully understand. 

We have played noise from Christian Marclay and weirdness from Jandek (the latter of which is a bonus feature on the Jandek documentary DVD) and no one missed a beat. One time we had Phil Cohran, who founded the experimental jazz collective the AACM, as a guest, and when we told him what recording we would be dancing to he declared that the time signature made that impossible, and he was mistaken! One time the CD payer broke and it just played a weird scratching noise and everyone tried to dance to it anyway. We should have kept that take. 


As we can see in your videos, it occurs that, sometimes, some artists don't come in your studio. In that case, do you actually play the band music so people can dance or is it just a generic video that you synchronise with the music? 

We almost always have the dancers dance to the artists’ real music in the studio, but a few times we have had to fake it. I was told by Soul Train producers that they did that sometimes, so I don’t feel so bad.




THE SCENE

You created the show 20 years ago, in 1996. I'm sure the musical "scene" changed quite a lot since then. What are the biggest evolutions you observed?

For an artist trying to sell millions of hard copies of a new album the digital landscape and state of the music industry is so distant a cousin to the 1996 world that it would legal to marry. But for the local, independent, experimental, whimsical groups that flock to Chic-A-Go-Go it never truly changes, because you do music to have fun and be expressive and be part of a creative community.


Was it easier to book a band back then?

It has never been hard to book bands. Once you say it is for kids and that a puppet will do the interview, who could say no? OK, I’ll answer my own question: artists who are afraid of puppets (mostly white rappers, we found. The Streets, Vanilla Ice and Lady Sovereign all had puppet-phobias) or people who don’t believe in puppets (the late great Lemmy whose advice for children that he gave on the show was, “Don’t talk to fucking puppets!”).


And by the way, who is the artistic director of the show? How do you choose the bands, do you read blogs, magazines, do you hang out on Bandcamp, festival, or it is just based on recommendations?

Bands come to us and ask to be on the show, and we don’t even listen to their music before we book them. We figure anyone who would want to come on a puppet kid dance show must be a fun band.




Do you have any relationship with some music labels, helping you to have artists? Chicago is the home of several awesome ones, as Drag City, so I figured...

We have great relationships with almost all of the labels in Chicago. The band in this city really love to collaborate, work together, share musicians, and that camaraderie extends to off-kilter musical institutions like Chic-A-Go-Go, so we feel friendly with Drag City, Thrill Jockey, Numero Group, Skin Graft, Monitor, Delmark, Bloodshot, Johann’s Face, Minty Fresh and dozens of others.


Many legendary bands played for you, to name a few, Iggy Pop, The Cramps, Beck, Cheap Trick, Fugazi, Magic Slim ? and the Mysterians, Sonic Youth, and more recently, Ty Segall, Deerhunter, and Nobunny. Here is an obvious question: which one was your favorite, for every one of you, and why?

One time we had the comedian/ R&B singer/ movie star Rudy Ray More (a/k/a/ Dolemite) on and he told jokes, lip-synched and told a toddler “One day your parents will tell you that you met DOLEMITE!” It was amazing. Bobby Con was one of the best we ever had. VH1 once voted that worst music video ever or something ridiculous like that. But it is like trying to choose your favorite between your children…we love them all.

Mia: my favorite CAGG guest ever was Allan Gillett. “Mr. Gillett was so dedicated to his karaoke and dance routine of classic sing a long songs that I remain inspired by his passion and genuine connection to music. He taught me that regardless of who you are & where you come from, music can truly be your universal connection to something bigger than you.”



As your name indicate, you're based in Chicago. Do you prefer to feature bands from the city or it is indifferent to you? 

Chicago has one of the richest musical histories of any city in the world and we love to feature the legendary jazz, blues, rock, r&b, house, punk, and other bands from our city. But we love traveling to other cities and meeting touring musicians in Chicago as well.


Did you ever feature French bands? 

I am sure we have interviewed a band from France, but I cannot think of one now, but we have played dozens of French dance/pop/ye-ye records over the years. We just played “Le Banana Split” by Lio last week. We also taped one episode in Paris, not with bands or dancing, but with the puppets fooling around in the city, introducing French pop songs for the Chicago dancers to enjoy. I recall there is one bit where Lil’ Ratso sees an adolescent near the Eiffel Tower and conjectures that it might be Jordy (“Dur Dur D’etre Bebe”) grown up. He also does an ”interview” with a wax figure of Serge Gainsbourg.



AROUND THE SHOW

You always kept that eighties aesthetic, which we all love. But did you one day think of changing it?

Did AC/DC ever change? Until they start doing electropop, we will keep doing what we do.


Will you, one day, release a DVD set with all of the episodes?

There are over 500 hours of episodes with over 10,000 songs that would need copyright clearances, so…of course!


Do you have any commercial strategy to get the show more and more famous? 

No.




You use the Chicago Access Network, which allows you not to have commercials. How important was it for you to be able to stay away from big corp?

The main thing is that instead of narrowcasting to a specific demographic we can make a show for everyone and play any kind of music and have guests from any era or genre and dancers of all ages. That would be harder with commercial considerations.


What are the craziest memories you all have being related to Chic-A-Go-Go, some "behind the camera" stories...?

I expect chaos, so nothing seems especially crazy, though one time at Lollapalooza while Lil’ Ratso was interviewing Patti Smith we had a bizarre experience where Perry Farrell cut the interview short in a weird sing-song voice, then had us forcibly ejected from the backstage of the children’s stage, even though Patti was loving it (she wouldn’t let us wrap up the interview). 

Mia: My craziest moment of the show was when we visited a wrestling/burlesque show called Luch VaVOOM. During which a little person masked Mexican wrestler attacked Ratso in the ring with full force and commitment and pinned the little rat down. I still crack up to my core remembering that. It was one of the best moments of my entire life.




FUTUR AND PAST OF THE SHOW

What are your favorite bands of all time? Is there any band you wish you had but never did?

Mia wishes we had David Bowie. I always wanted to have a local singer named Alvin Cash on the show; he created many great dances in the 60s, most notably “The Twine.” I saw him hanging out in the same blues club I went to and had his number and just kept not booking him because I was procrastinating and then he died, so I’ll always regret that. Elvis, Michael Jackson and Prince would all have been great on the show, and I think our chances of getting Prince on are exactly the same as getting the other two at this point.


What are your actual favorite bands? Which ones do you plan to feature in the coming weeks?

Miss Mia loves Bowie first and foremost. I like Sammy Davis, Jr., The Jackson Five, KISS, Fela, James Brown, Sylvester and AC/DC.


How many favorite bands Ratso has?

Every band is his favorite.


More seriously, do you know precisely how many bands are featured in Chic-A-Go-Go?

We have probably had over 2000 artists on the show at this point. We are going to start a Wiki this year, maybe call it Chic-A-Pedia so that bands can offer details about their appearances.


Is Chic-A-Go-Go forever?

We love things that last, so we have no plans of stopping.


Chic-A-Go-Go is also about having fun. For me, it encapsulated what I like what rock'n'roll, the idea that it isn't something serious, that rock'n'roll is a joke. Do you agree with that?

Everyone should have fun every day and rock and roll all night.


OK, time for the last question. I interviewed Bret Easton Ellis few weeks ago, and he told me that, in his opinion, "rock is dead," I quote, "you have to go to country music to find people who are writing pop or rock songs". What would you like to answer him?

Categories are for zealots and chumps! If you can rock and dance and get frisky and get inspired by Country or Klezmer or Madrigals or bird songs, that is your rock'n'roll.





***********
FRENCH VERSION
(english above)


Faisons simple : combien connaissez-vous d'émissions qui ont eu dans leurs rangs : Beck, Built to Spill, Blue Cheer, Cheap Trick, Country Teasers, The Cramps, Deerhunter, The Dictators, Fugazi, Hunx and His Punx, King Krule, Iggy Pop, Magic Slim, Nobunny, Parquet Courts, The Pretty Things, ? and the Mysterians, Shannon and the Clams, Slint, The Slits, Sonic Youth, Iggy & the Stooges et Ty Segall... Hein, combien ? 

Chic-A-Go-Go est une émission unique au monde pour plusieurs raisons. La première, elle est, sans conteste, l'une de celles qui comptent le plus de grands noms. Je pourrai continuer la liste, mais il y a plus intéressant à dire. La deuxième, parce qu'elle existe depuis 20 ans, et qu'il relève aujourd'hui de l'exploit médiatique de maintenair un programme aussi longremps. La troisième, parce que Chic-A-Go-Go est précisément en dehors des médias, en dehors du système. Chic-A-Go-Go c'est l'émission la plus punk que je connaisse. Son concept est punk, parce que dissident et osé, sa réalisation est punk, parce que lo-fi et DIY, son esprit est punk : ils ont collaborés avec les Fugazi, come on...


Enregistrée à CAN-TV studios, Chic-A-Go-Go repose sur un concept relativement simple : un artiste vient et il réalise un play-back sur l'un de ses morceaux, le tout entouré d'enfants qui se déhancent au rythme d'une musique underground. Pour couronner le tout, deux interviewers mettent l'ambiance dans un style inimitable : j'ai nommé Mia et Ratso (derrière qui Jake Austen se cache), puppet d'un petit rat qui ne manque jamais d'exprimer son amour aux groupes qu'il questionne. Le tout ne ressemble à rien que vous n'ayez jamais vu, j'en veux pour preuve la vidéo de Nobunny. 

Le show est aujourd'hui une référence absolue. Apparaître dans l'émission est une expérience que les groupes disent ne jamais oublier. Aujourd'hui, Chic-A-Go-Go a plus de 2000 groupes à son compteur, et il tourne toujours. Si peu de ces vidéos sont disponibles, on ne perd pas espoir de les avoir un jour toutes sous la main. 



Il fallait donc que j'interview les créateurs de cette émission, ce qu'ils ont accepté de faire. On y apprend beaucoup sur le concept de l'émission, ses premiers pas ainsi que quelques anectodes creepy. Je surtout surpris d'apprendre que l'émission accepte la parution de tous les groupes qui en font la demande. Le deal serait donc le suivant : pour apparaître dans la même émission que Ty Segall, Deerhunter, Shannon & The Clams et les Slint, envoyez un email et vous voilà au pays de Chic-A-Go-Go. Mais qu'attendent donc les groupes qui se trouvent dans la région ?

Si je suis à ce point étonné de ce mode de fonctionnement c'est que Chic-A-Go-Go a toujours été une émission avant-gardiste, à la page sur ce qui fait les belles heures de la scène underground. Participer à cette émission serait donc la fierté de nombreux groupes indépendants alors que les autres s'abstiendraient d'envoyer leur CV, probablement plus intéressés par une session dans un studio tout beau tout neuf. Qui a dit que la loi de l'offre et de la demande ne faisait pas bien les choses ? 


Chic-A-Go-Go s'impose ainsi comme un concept à part, à l'opposé des grands groupes de presse (hello Vice Media) qui ne seraient jamais que la vitrine d'un cool milimétré. Chic-A-Go-Go, c'est comme un bon bieux bar DIY où les locaux se retrouvent pour parler de la musique la plus intéressante. Le reste, c'est souvent un bar refait à neuf, façon revival avec un jukebox à 10.000 euros, où les gens se regardent pour savoir si le voisin écoute lui aussi le dernier Tame Impala, "yolo" qu'ils dissent.

Finalement, Chic-A-Go-Go se fait une place de choix dans la culture underground. Morgan Freeman a lui aussi succombé à l'experience, on le voit regarder un épisode dans le film The Big Bounce. L'émission est disponible sur la chaîne 19 de la région de Chicago, tous les mardis à 20h30 et tous mercredis à 15h30. Cette fois-ci, sortez non pas votre whisky mais votre tartine de nutella : rock'n'roll !

Je vous laisse pour aujourd'hui avec une liste de vidéos à regarder : King KruleGuantanamo BaywatchSlintParquet CourtsBratmobileSic AlpsDeerhunterThee TsunamisLa LuzHentchmenTwin PeaksJT I.V.Rap Master Maurice et le grand Jim Jarmusch.



*********
Interview avec Jake
(producteur et Ratso)


Salut. Tout d’abord, je voudrais dire que je suis très heureux d’avoir cette discussion avec toi. C’est la toute première émission qui est interviewée ici, alors sans plus attendre, allons-y ! Commençons par le commencement, comment en es-tu arrivé à ce fantastique concept: des jeunes qui dansent dans une pièce, des interviews absurdes et des playbacks. J’ai lu que Kiddie-A-Go-Go a inspiré Chic-A-Go-Go, mais quelle était ton idée à l’origine ?

J’édite un magazine sur des genres musicaux obscurs et cela m'a conduit à rencontrer les Mulqueens qui avaient produit une émission de danse avec des jeunes dans les années 60. Kiddie-A-Go-Go. J’étais tellement excité de regarder ces jeunes danser avec un tel abandon de soi et une telle joie que j’ai souhaité capturer cette magie. Je voulais aussi réaliser quelque chose qui casse les barrières entre les genres musicaux, les différentes générations et les scènes coupées des autres (la scène de Chicago est très renfermée, mais nous étions à Hyde Park, l’un des quartiers les plus hétérogènes). En grandissant, je regardais Soul Train religieusement et j’ai toujours perçu les émissions de danse à la TV comme un art essentiel, aussi important à l’environnement musical que les clubs, les magasins de vinyles ou les lieux de répétition.

Lorsque l’on a débuté, nous avions quelques idées qui ne se sont pas concrétisées (nous souhaitions une marionnette de policier géante qui attaquerait les danseurs avec une matraque en mousse s’ils arrêtaient de danser, une sorte d’hommage à la brutalité de la convention démocratique de Chicago de 1968), mais l’emission était quasiment identique à ce qu’elle 20 ans plus tard. À vrai dire, le premier épisode était incroyable et il nous a fallu quelques mois pour arriver à atteindre cette qualité à nouveau.


L’une des principales caractéristiques de Chic-A-Go-Go réside dans les playbacks réalisés par les groupes. Pourquoi faire ce choix, au lieu de laisser les groupes jouer leurs titres en live ?

C’était plus simple à filmer. Les groupes n’ont pas à apporter tout leur équipement et tu ne perds pas une heure à faire les réglages pour le son. Non seulement les jeunes n’ont pas l’attention nécessaire pour entendre, mais en plus ils s’en moquent, ils sont juste contents de danser sur du playback. Il faut aussi souligner que les groupes adorent faire cela, parce qu’ils n’ont jamais l’opportunité de le faire. Du coup, ils prennent cela avec beaucoup d’humour et construisent parfois des instruments en carton et se permettent des fantaisies qu’ils ne pourraient pas faire s’ils jouaient vraiment. Lorsque OK GO est venu, ils ont mis en place une chorégraphie élaborée, à la façon d’un boys band, plus tard, ils ont refait cette chorégraphie en tournée et cela les a apparemment aidé à être signé sur un label, et plus tard lorsque le label s’apprêtait à les évincer, ils ont réalisé une vidéo avec des chorégraphies totalement folles, ce qui à leur permis de rester. Chic-A-Go-Go n’est pas responsable de leur succès, mais laisser l’opportunité à des groupes créatifs et amusants de faire quelque chose de différent peut souvent mener à de belles surprises. De plus, le playback est un art. Regarde James Brown dans Shinding dans les années 60, il dansait différemment en étant libéré du micro.

As-tu des souvenirs dans lesquels les spectateurs te semblaient un peu surpris par ce qu’il se passait, à cause notamment des groupes qui auraient pu être un peu trop expérimentaux par exemple ?

Il nous est arrivé de recevoir un groupe de filles qui faisait de l’art-rock. Les filles étaient saoules et un peu méchantes avec les enfants en les effrayant notamment. Mais mis à part cela, la beauté de Chic-A-Go-Go est d’avoir créée un environnement très rassurant où tout le monde pouvait danser librement sans être embarrassé. Ce sentiment de sécurité crée un lien de confiance qui pousse les gens à danser sur leurs titres favoris mais également à essayer de danser sur d’autres musiques, plus étranges, qu’ils ne comprennent pas forcément. Nous avons passé du Christian Marclay et du Jandek et personne n’en a manqué une seule seconde. Une fois, nous avons reçu Phil Cohran, le fondateur du collectif de jazz expérimental the AACM et il nous a dit que le rythme du titre que nous souhaitions passer était trop élevé pour danser. Il avait tort ! Un autre fois encore, le lecteur CD ne fonctionnait plus et faisait des bruits étranges, mais les gens essayait de danser quand même. Nous aurions dû garder cette prise.

Comme l’on s’en rend compte en regardant les vidéos, parfois, les artistes ne viennent pas dans vos studios. Lorsque cela arrive, jouez-vous quand même la musique du groupe pour que les gens dansent dessus ou utilisez-vous simplement des vidéos pré-existentes sur lesquelles vous synchronisez la musique ?

Nous faisons quasiment tout le temps danser les gens sur la musique des artistes enregistrée dans nos studios. Mais parfois, il arrive que nous soyons obligés de tricher un petit peu. Les producteurs de Soul Train m’ont avoué qu’ils le faisaient parfois, donc je ne me sens pas trop mal de faire ça.


LA SCÈNE

Tu as créé l’émission il y a 20 ans, en 1996. Je suis certain que la scène musicale a beaucoup changé depuis. Quelles sont les principales évolutions que tu as remarquées ?

Pour un artiste, qui essaie de vendre des millions de copies d’un nouvel album, dans le paysage digital et dans l’état de l’industrie musicale actuelle la réalité est très éloignée de 1996. En revanche, pour tous ces groupes indépendants, expérimentaux et locaux qui forgent Chic-A-Go-Go, les choses n’ont pas beaucoup changé. Ils font de la musique pour s’amuser, s’exprimer et pour faire partie d’une communauté créative.


Etait-ce plus simple de faire venir des groupes à l’époque ?

Cela n’a jamais vraiment été difficile. Une fois que tu leur as dit que c’était pour des enfants et que l’interview serait réalisée par une marionnette, qui pourrait dire non ? Ok, je vais répondre à ma propre question: les artistes qui ont la phobie des marionnettes (principalement les rappeurs blancs. The Streets, Vanilla Ice et Lady Sovereign ont tous la phobie des marionnettes) ou les gens qui ne croient pas aux marionnettes (le regretté Lemmy dont le conseil qu’il a donné aux enfants était le suivant: « Ne parlez pas à des putains de marionnettes! »).


A ce sujet, qui est le directeur artistique du programme ? Comment choisissez-vous les groupes, lisez-vous des blogs, des magazines, trainez-vous sur Bandcamp ou est-ce simplement du bouche-à-oreille ? 

Nous n'écoutons même pas les groupes qui nous demandant à être dans l'émission. On se dit qu'un groupe qui veut jouer au milieu d'enfants qui dansent est forcément un groupe fun.




Entretenez-vous des relations avec les labels de Chicago ? Il y a un sacré paquet dans le coin, je pense notamment à Drag City, alors je me disais...

On a de très bonnes relations avec la plupart des labels de Chicago. Les labels de la ville aiment collaborer, partager les musiciens et passez du bien temps entre eux, cela vaut pour ity, Thrill Jockey, Numero Group, Skin Graft, Monitor, Delmark, Bloodshot, Johann’s Face, Minty Fresh ainsi qu'une douzaine d'autres.


Nombre de groupes légendaires ont déjà joué pour Chic-A-Go-Go, je citerai Iggy Pop, les Cramps, Trick, Fugazi, Magic Slim ? and the Mysterians, Sonic Youth et plus récemment Ty Segall, Deerhunter et Nobunny. Question facile : lequel est votre préféré, et pourquoi ?

Une fois, nous avons eu un acteur / chanteur de R&B / star du cinéma qui s'appelle Rudy Ray More (aka Dolemite), très blageur, il s'est retourné vers un enfant et lui a dit : "un jour tes parents te diront que tu as rencontré Dolemit". C'était incroyable. Bobby Con est aussi l'un des plus géniaux que nous ayons eu. VH1 a aussi été nommé pire vidéo ou quelque chose ridicule du genre. En réalité, c'est comme choisir son enfant préféré, c'est très difficile, on les aime tous.

Mia : Mon invité préféré a été Allan Gillett. Il était si impliqué dans son karaoké et dans sa dance que j'ai toujours gardé en tête sa passion pour la musique. C'est lui qui m'a appris que peu importe l'endroit d'où tu viens, la musique peut créer une connexion universelle.




Comme votre nom l'indique, vous êtes situés à Chicago. Préférez-vous faire jouer des groupes de la ville ou est-ce indifférent ? 

Chicago a l'une des plus riches histoires musicales au monde, alors on aime avoir des groupes de jazz, de blues, de rock, de r&b, de house et de punk... Et puis, on aime aussi voyager à travers le pays et rencontrer d'autres groupes, alors...


A propos de voyages justement, avez-vous déjà eu des groupes français ?

Je suis certain que oui bien que je ne puisse m'en remémorer un sur l'instant. On a passé la musique de douzaines de groupes de pop ye-ye, dont "Banana Split" de Lio la semaine dernière. On a également enregistré un épisode à Paris, pas avec des groupes, mais avec des marionnettes. Je me souviens de Ratso qui rencontre un adolescent près de la Tour Effeil qui n'est autre que Jordy ("Dur Dur D'Etre Bébé"). Et puis, il fait aussi un interview avec la statue de cire de Gainsbourg.



AUTOUR DU PROGRAMME


Vous avez toujours conservé une certaine esthétique eighties, que je trouve assez géniale. Avez vous un jour pensé à la changer ?

Est-ce AC/DC a changé ? On continuera jusqu'au jour où l'on voudra faire de l'electro pop.


Comptez-vous sortir un DVD avec tous les épisodes ? 

Il y a plus de 500 heures de show pour 1000 chansons qui ne nécessitent aucune autorisation de rediffusion, alors... bien entendu !


Avez-vous une stratégie commerciale particulière pour faire connaitre le programme ? 

Non.




Vous utilisez le Chicago Access Network, ce qui vous permet d'être exonéré de publicités. A quel point est-ce important pour vous de vous tenir éloigné des grosses sociétés ? 

Ce qui change surtout est le fait de ne pas avoir à faire un programme trop spécifique, on peut choisir la musique que l'on veut et s'adresser à toutes les tranches d'âge. Ce serait plus difficile si l'on devait prendre en compte des considérations commerciales.


Quel est votre souvenir le plus fou qui soit lié à Chic-A-Go-Go ? 

Je m'attends toujours au chaos, alors, rien de spécialement fou. Je me souviens d'une fois à Lollapalooza quand Lil' Ratso interviewait Patti Smith et que Perry Farrell nous a viré de force. Patti passait pourtant un bon moment...

Mia : Le moment le plus fou a été pour moi lorsque nous avons rendu visite à cette émission qui s'appelle Luch VaVOOM. Une petite personne déguisée en lutteur mexicain s'est jeté sur Ratso et l'a attaqué, un des meilleurs moments de ma vie.



FUTUR ET PRESENT DU PROGRAMME

Quels sont vos groupes préférés de l'histoire ? Et quels groupes regrettez-vous ne jamais avoir eu ? 

Mia aurait voulu avoir David Bowie. Pour ma part j'aurai adoré avoir Alvin Cash. Il a créé de nombreux titres incroyables pour danser dans les sixties, notamment "The Twine". Je l'ai rencontré dans un club et j'ai pris son numéro, mais on n'a jamais pu le programmer et puis il est mort. Elvis, Michael Jackson et Prince aurait été géniaux également, mais je crois que nos chances d'avoir Prince sont les mêmes que celle d'avoir les deux autres à ce stade...


Et quels sont les groupes actuels que vous aimez ?

Miss Mis aime Bowie avant tout. J'aime Sammy Davis, Jr., The Jackson Five, KISS, Fela, James Brown, Sylvester and AC/DC.


Combien de groupes préférés Ratso a-t-il ?

Tous les groupes sont ses préférés.


Plus sérieusement, savez-vous précisément combien de groupes sont venus à Chic-A-Go-Go ?

Probablement plus de 2000 artistes.  On a lancé un Wiki cette année, que l'on appellera surement Chic-A-Pedia, pour que les groupes puissent rencontrer les détails de leurs apparitions dans l'émission.


Est-ce que Chic-A-Go-Go c'est pour la vie ? 

On aime les choses qui durent.


Chic-A-Go-Go traduit l'état d'esprit d'avoir le plus de fun possible. Il encapsule ce que j'aime dans le rock'n'roll, l'idée que rien n'est sérieux, que tout est une vaste blague. Que pensez-vous de ça ? 

Tout le monde devrait s'amuser la journée et se consacrer au rock'n'roll le soir.


OK, il est l'heure de la dernière question, toujours celle que je pose désormais. J'ai récemment interviewé Bret Easton Ellis qui m'a confié que le "rock était mort" selon lui, je cite, "il faut écouter de la country pour trouver des artistes qui écrivent des chansons de pop et de rock". Qu'avez-vous à lui répondre ? 

Les catégories, ça ne sert à rien ! Si tu peux danser et être inspiré par de la Country, Klezmer, Madrigals ou des chants d'oiseaux, alors, c'est ça ton rock'n'roll.


You Might Also Like

0 commentaires