Hier, j'ai fait un cauchemar : l'Espace B fermait ses portes

Aurevoir, Espace B Hier, j'ai fait un drôle de cauchemar : l'Espace B fer...




Aurevoir, Espace B


Hier, j'ai fait un drôle de cauchemar : l'Espace B fermait ses portes. Voici le récit de cette nuit agitée, triste moment de la vie d'un rockeur parisien. Dans ce rêve, j'écrivrais une lettre :

Beaucoup a déjà été dit/écrit sur la fermeture de l'Espace B. Seulement, lorsqu'un lieu à ce point iconique est forcé de fermer ses portes, lorsque le rock'n'roll subit un nouveau coup dur, il m'est difficile de ne pas vouloir rajouter ma pierre à l'édifice, peut être en vain.

Je vis la fermeture de l'Espace B comme un échec, de la même manière que j'avais vécu celles de 285 Kent ou celle de Death by Audio, deux salles de Brooklyn. Mais le problème était différent. La fermeture de ces salles new-yorkaise répondait d'une logique de gentrification : un groupe de presse avait soudoyé les propriétaires des lieux (en gros, lire cet article) pour qu'ils leur cèdent l'espace. La fermeture de l'Espace B résulte également d'un problème de bail, mais, à ma connaissance, demeure étrangère à cette volonté d'installer de riches investisseurs dans les lieux.

Oui, mais seulement, en territoire parisien, les projets cool ne sont jamais soutenus dans le temps. Propriétaires, investisseurs, landlords... autant d'intermédiaires qui manquent de suite dans les idées. Forcer une équipe géniale à prendre le large est désastreux, c'est pourtant le sort de celle de l'Espace B. Ça craint !





Paris vient ainsi de perdre son fleuron en matière de rock'n'roll. L'Espace B, c'était un des seuls DIY de Paris à conserver cette atmosphère cool et humaine, un espace où le m'as-tu-vu n'était pas le bienvenu, un lieu où l'on pouvait commander des frites à notre ami rasta, en buvant la bière d'un serveur kabyle avant d'aller se rendre dans la deuxième pièce du fond. Et puis, avec la fermeture de l'Espace B s'éteint le lieu où j'aurai vu joué nombre de mes amis, les groupes d'Howlin Banana Records, mais aussi Naomi Punk et récemment encore Alex Calder.




Alors, restera désormais la Mécanique Ondulatoire. Bien sur, le Point Ephémère (...), l'International et l'Olympic Café seront encore là. Il restera tous ces endroits que nous avons listés sur notre City Map de Paris. Oui, mais force est de constater que l'excellence de la programmation de l'Espace B était inégalée. 

Alors, on pourrait certes espérer que l'esprit d'une telle salle puisse muter vers une autre. Mais qui pourrait dire quels sont les éléments qui permettent de créer une telle synergie ? Qui pourrait affirmer détenir la formule secrète de ce que je qualifierai de "vrai cool", ce mélange de différents milieux sociaux, ce mélange, aussi, de différentes formes artistiques (peinture, photographie, musique...), cette programmation avant-gardiste et pourtant pertinente. Le D.I.Y. parisien, que l'Espace B portait dans son ADN, vient de perdre son plus fidèle représentant. Certaines villes sont mortes de la sorte, petit à petit, sans crier gare, lorsque les artistes ont dû s'exporter parce que la communauté, les salles de concert, les lieux de création... étaient devenus trop inaccessibles.

Coluche disait un truc du style : "j'suis arrivé dans ce restaurant et là, je vois indiqué 'salle au fond'. Ben, j'ai fini mon plat et j'ai regardé, mais c'était propre". Je crains que cette fois-ci, salle vienne de perdre son double L.

Hein, quoi, je me réveille : j'ai rêvé, l'Espace B ne fermera pas (article Télérama). Enfin, c'est ce qu'ils disent. L'équipe que je connaissais et que j'aimais prend le large, elle s'en va au Point Ephémère, à l'ancien OPA... Heureusement, la fête d'hier (lien) fut belle, un des grands moments de la culture indépendante parisienne. Alors oui, l'Espace B que nous connaissions ferme ses portes et je crains finalement que le cauchemar devienne réalité. C'est un nouvel Espace B qui rouvrira en janvier, j'espère que l'on y perdra pas tout... wait and see, sceptique.




Merci à toute l'équipe.
Une partie de l'esprit parisien que j'aimais tant s'en va avec vous.

You Might Also Like

0 commentaires