Anachronique : Rainbow Ffolly (Psych Pop)

Rainbow Ffolly est un formidable groupe anglais de la fin des années '60. Ce nom ne vous dit surement pas grand-chose, mais il f...




Rainbow Ffolly est un formidable groupe anglais de la fin des années '60. Ce nom ne vous dit surement pas grand-chose, mais il faut dire que les Rainbow Ffolly n'ont jamais fait paraître qu'un seul et unique album, Sallies Fforth (1968).

Les deux frères Dunsterville, piliers des Rainbow Ffolly, ont débuté sous un autre nom, les Force Four. Ils y jouaient dans un style similaire à celui des Everly Brothers. Et puis, ils formeront vite les Rainbow Ffolly, dans une mouvance plus psychédélique. Finalement, leur premier (et dernier) album sortira via Parlophone, un des labels des Beatles. A cette époque, les Rainbow Ffolly ont sauté sur l'occasion d'être édité sur ce célèbre label (filiale d'EMI) juste après qu'ils aient enregistré une poignée de démos qu'ils accepteront de faire paraître telles quelles sur ce premier album. Les membres du groupe déploreront de n'avoir pu donner le shiny nécessaire à ces morceaux. En réalité, c'est ce qui fait de Sallies Fforth un opus si intéressant. Psychédélique, sans conteste, il est également très brut. On a ainsi l'impression de pouvoir accéder à la fabrique des meilleurs albums psychédéliques de tous les temps.

Cette musique surréaliste de l'album fait penser à de nombreux très grands noms : le S.F. Sorrow des Pretty Things pour commencer. Le Magical Tour des Beatles ensuite. Le The Bee Gees Sing and Play 14 Barry Gibb Songs enfin, en compagnie de certains de Simon & Garfunkel. Pour autant, Sallies Fforth a son identité propre, et ces morceaux établissent leur propre vérité du psychédélisme. Très ludiques, ils laissent majoritairement place à la mélodie que leur statut de simple démo sublime. 

"She's Alright", titre introductif, nous accueille au château de Versailles (je cite) avant de laisser place à une Pop très British Invasion. Et puis vient déjà un grand moment avec "I'm So Happy", assurément dans le top 3 dans meilleurs titres de l'album. Super catchy, ce morceau ferait pâlir les meilleurs singles de Beatles. Le combo avec "Montgolfier" est fascinant. Ce morceau est a l'antipode du premier. Rainbow Ffolly trouve ici la parfaite combinaison entre Folk et Pop psychédélique. Quant au quatrième titre, "Drive My Car", il s'agit de l'unique single jamais sorti par le groupe (à ce jour le seul indisponible sur YouTube, étrange...). Rainbow Ffolly s'en sert de prétexte pour faire état de tout son humour, et il faut dire que le tout est plutôt très efficace. 

Et puis, on ne rigole plus avec "Goodbye". Le stade du chef d'œuvre est ici atteint avec un morceau qui résumé parfaitement ce qu'était les Raibow Ffolly : un groupe capable de mélodies splendides qui n'ont pas été polies par de nombreux arrangements studios. "Goodbye" est un titre sincère et émouvant qui rappelle même les classiques fifties américains, à la Comic Rays. Le jeu des différents effets posés sur les voix est super bien pensé, bref, ce titre est un indispensable des années '60. Vient ensuite "Sun Sing" qui fait fortement penser aux Beatles. S'ensuit "Sun and Sand", un titre qui pose un beau contraste entre la belle mise en abime de la voix et l'orchestration semi-psychédélique assez minimaliste. Immédiatement après, Rainbown Ffolly nous délivre un autre titre d'exception, "Labour Exchange". Avec des airs du seul et unique Pink Floyd valable, j'ai bien sur nommé The Piper at the Gates of Dawn, Rainbow Ffolly concentre là tout son génie dans la guitare qui, très mélodique, nous obsède absolument. "No" nous emmène doucement vers la sortie avec un pop qui tire vers le début des années '60. Et puis, l'album se conclut sur un "Come On Go" somme tout assez classique. 

Sallies Fforth est un album super complet qui mérite sa place sur votre étagère de vinyles psychédéliques. Il n'a rien à rougir des meilleurs opus du genre. Rainbown Ffolly était un groupe fait pour marquer l'histoire et qui est finalement passé aux oubliettes en raison d'un curieux concours de circonstances. Pour autant, l'éclat de sa musique demeure, à l'image de sa pochette. Coloré et puissant. 




Liens afférents :

You Might Also Like

1 commentaires