Silkies . L'histoire commence en mai dernier, lorsque je reçois un premier email des Silkies. A cette période, ils n'ont encor...

Brown Brogues . Cela faisait bien longtemps que nous attendions que l'Angleterre nous envoie un groupe génial en pleine face...

(Alternative covers: here ,  here   and the original one ) Après une première mixtape  "From 1985 to 1995", je...

This interview is the first we made with a japanese band. We had a lot of questions, on their influences and Japan Psych Rock histor...

The Sufis . Les "outsiders pop" de Nashville sont de retour après un premier opus self-titled paru l'an dernier. Le nou...

Total Slacker . Souviens toi l'été dernier, Total Slacker donnait un interview à Still in Rock et y évoquait son deuxième opus,...

Mold Boy était le coup de coeur Still in Rock du mois de juillet dernier. Le groupe vient de faire paraître 8 nouveaux titres. C...

Television Personalities est un groupe de Pop Punk de la fin des années '70, formé en Angleterre et mené par l'excellent Dan T...


Le premier opus de TV Personalities est And Don't the Kids Just Love It, paru sur Fire Records en 1981. On y trouve une véritable obsession pour la culture des années '60. On y trouve aussi de très nombreux hits. L'introduction de l'album se fait sur l'un des meilleurs titres de l'histoire du groupe : "This Angry Silence". L'accent cockney de Dan Treacy est transcendé, ce titre symbolise une grande partie de ce qu'est TV Personalities. "The Glittering Prizes" contient également un son reconnaissable dès les premières secondes. Le cinquième morceau, "Silly Girl", symbolise entièrement quel était l'esprit de Dan Treacy à cette époque. Étonnamment, le titre qui suit, "Diary of a Young Man", fait dans un genre complètement différent. On jurerait ne pas avoir affaire au même artiste. "Geoffrey Ingram", titre sur physicien britannique, réactive la machine pop. Vient ensuite le très comique "I Know Where Syd Barrett Lives", un titre qui ne manquera pas de faire sourire les amateurs du Baby Lemonade. On passe ensuite par de très brèves "Parties In Chelsea" et une "Grande Illusion" qui fait apparaître des aspirations psychédéliques qui se révéleront deux albums plus tard. Le dernier très grand morceau de l'opus se nomme "A Picture of Dorian Gray". 


Je voudrai insister une nouvelle fois sur l'importance de Television Personalities dans la musique britannique. Outre les rumeurs incessantes sur l'implication de Dan Treacy dans les Arctic Monkeys, le groupe aura participé à la création d'un mouvement Pop Punk sans précédent au Royaume de Queen Elizabeth, aux côtés de Swell MapsWire, Felt et les géniaux Gang of Four (mais nous y reviendrons). Television Personalities est un peu le grand oublié de cette époque. Il en est pourtant l'un des tout meilleurs représentants.


Lien afférent :

Album Review : Nobunny Secret Songs Nobunny . Revoilà notre lapin préféré. Le nouvel album de Nobunny, le quatrième et premier ...




Nobunny. Revoilà notre lapin préféré. Le nouvel album de Nobunny, le quatrième et premier depuis First Blood sorti en 2010, se nomme Secret Songs. Et c'est du 100% pur jus de lapin. Secret Songs, paru via Goner Records le 15 octobre dernier, est l'occasion pour Nobunny de rappeler que le groupe à deux visages distincts : le lapin charmeur qui sait faire les yeux doux, et le gremlins destructeur. Ce groupe emmène avec lui toute une scène Punk Pop dont il est le guru, comprenez là Hunx and His PunxShannon and the Clams et quelques autres. 

La dose de crade habituel est bien présente. Il ne fait aucun doute que Nobunny a enregistré cet opus dans son plus petit accoutrement, un slip peu élastique et beaucoup de poils transpirants sur le torse. Beurk ? Que nenni. Laissons à Justin Champlin, le nom humain de Nobunny, le plaisir de faire frémir nos ami(e)s américaines comme il l'entend. Les quatorze titres qui composent cet opus nous donnent trop de plaisir pour que l'on vienne compter le nombre de points noirs et autres pustules. 

Cet opus est le plus nerveux jamais produit par le groupe. Étrangement, l'opus est également moins noir que le Nobunny des années précédentes. Moins de The Spits dans l'air, moins d'Hunches, mais plus de Bubblegum Pop, plus Rock 'n Roll Adventure Kids. En réalité, la force principale de Secret Songs est sa puissance mélodique. Derrière chaque morceau se cache un refrain entraînant, un air qui génère une étrange addiction une fois plusieurs écoutes passées. Quels sont les titres qui produisent le plus dopamine ? Réponse dans la critique track-by-track

  • Bye Bye Roxie : Bye Bye Roxie, bonjour Nobunny. Premier morceau et déjà de fortes émotions. Ce morceau est un très bon titre introductif, il y a peu à redire, le ragoût se prépare à petit feu...
  • True Vulture : L'un des tous meilleurs de l'opus. Tout le Nobunny que l'on aime se trouve ici résumé, un rythme simpliste qui transcende la guitare. Gizmo arrive tranquillement chez lui, qu'il est beau, qu'il est mignon, mais Dieu qu'il sent déjà mauvais...
  • Pretty Girls : Un titre qui ne saurait surprendre les adorateurs de Maximumrocknroll EPPhoebe Cates est assurément partout, Nobunny fait disjoncter le compteur.
  • Trouble In Mind : Ce titre n'est pas un bel hommage au label de Chicago mais un titre pop super entrainant. Wreckless Eric se décrivait comme le Donovan of Trash. "Trouble In Mind" parvient à saisir toute la profondeur de ce trois mots.
  • It's Pathetic : Peut-être l'histoire d'un plat trop saucé, "It's Pathetic" parvient à un résultat similaire à celui de "True Vulture". Il n'en fallait pas plus pour que Justin Champlin transcende son univers. "It's Pathetic" est une perle Punk Pop tout en puissance. Gizmo vient de trépasser, que la fête commence !
  • Lizard Liars : Ce titre intègre la grande tradition des titres Bubblegum Punk. Prenez toute la famille Peltzer, une belle maison à détruire, et lancez la lecture du titre : carnage assuré. Il paraîtrait même que Frankenstein soit de la partie. 
  • Rotten Sweet Tooth : Plus Power Pop que les autres, "Rotten Sweet Tooth" se rapproche de l'univers de Wyatt Blair, Warm Soda et autre Sauna. A la différence que warm, humide ou pas,  Nobunny vient armé de sa veste en cuir. 
  • Do the Stooge : Tout est dans le titre. La parodie d'Iggy Pop est absolument délicieuse. Faisons ensemble Le testament du docteur Mabuse, Nobunny assure la distribution générale de légumes. Il paraîtrait même qu'il reste assez de dents à Iggy pour y gouter.
  • My Blank Space : Oh, r'voilà Gizmo. "My Blank Space" réactive la machine à sautiller, on croirait parfois entendre du Jay Reatard.
  • Little Bo Bitch : Un peu de Bubblegum pour un titre que Nobunny interprétera en live muni de son plus beau caleçon léopard. Cette image vous renvoie-t-elle à celle d'Hunx and His Punk ? Pour y répondre, place à une vidéo tout à fait... splendide.
  • Red Light Love : Arrêtons-nous là deux secondes. Les lapins ne sont-ils pas censés voir la vie en rouge ? Et les lapins ne sont-ils pas censés être connu pour... Bref, Nobunny a encore frappé.
  • The Birthday Girl : Vous cherchiez un titre à pouvoir envoyer pour souhaiter un pouilleux anniversaire sans avoir à vous soucier réellement de la personne ? Le voilà. Ah Nobunny, merci pour ça.
  • Buried In a Bong : Un titre qui plaira aux membres de Sneaky Pinks. Moins de 30 secondes pour en enterrement qui aura fait honneur au cérémonial de Dead & Buried. Ah moins que l'on parle là encore du dernier souffle de Gizmo ?
  • Lovin Lovin You : On finit sur une touche Hasil Adkins, on fini par la bande de gremlins au complet qui chantent et dansent sur le générique de fin. Un beau morceau pour conclure l'album tout en gaîté.

Secret Songs est le genre d'opus qui donne du baume au coeur. On revisite ensemble l'anatomie d'un lapin, la sagesse des gremlins et la musique de nombreux groupes de Punk et Pop. Nobunny vient de réussir son pari : faire paraître un opus dont la constance aura raison de notre bienséance. Secret Songs est l'une des meilleures créations punk de l'année. 


Note : 8 / 10 (barème)


(mp3) Nobunny - Lizard Liars
(mp3) Nobunny - True Vulture


Liens afférents :
Article de présentation de Nobunny
Article sur Shannon And The Clams

Sauna  est un groupe originaire de Denver. Certes. Mais commençons par le plus important. Sauna est fan de Seinfeld , leur Tumblr en a...

The Tone . Début juin, nous vous présentions The Eeries , un groupe originaire de Philadelphie et auteur de quelques titres Garage Pow...

Parquet Courts . C'est marrant comme j'ai toujours regretté de ne jamais avoir publié d'articles sur ce groupe. Après...

The 13th Floor Elevators est un groupe formé à Austin (Texas) dans le milieu des années 1960. The 13th Floor Elevators, c'est le p...

Last june, I wrote in my article about Hackamore Brick ( link ) that "this band could have been one of the best known in music his...

The New Shitbirds . Il existe, dans les rues d’Irving (Texas) une enseigne miteuse éclairée à la faible lueur d'un réverbèr...

Night Beats . Sortez votre plus beau cuir et prenez l'air de Marlon Brando dans The Wild One ,  nous partons en virée dans le...

Fuzz . Il n'aura pas fallu attendre longtemps avant de réentendre parler d'eux. Après un Album Review  daté de quelques jou...

Blue Cheer est un groupe formé à San Francisco à la fin des années '60. Blue Cheer est un groupe qui a produit onze albums stu...

King Gizzard & the Lizard Wizard est un groupe originaire de Melbourne. Alors que le premier opus ( 12 Bar Bruise ) est paru en...

Kikagaku Moyo . C'est avec une immense joie que Still in Rock introduit aujourd'hui son premier groupe japonais. Kikagaku Moy...

Unknown Mortal Orchestra . Le 6 mars dernier, Still in Rock introduisait Unknown Mortal Orchestra, un artiste de la trempe de Connan M...