Album Review : Divine Fits - A Thing Called Divine Fits (Indie Rock)

Album Review : Divine Fits " A Thing Called Divine Fits " Divine Fits , l'inattendu. Ce groupe est celui de Britt Dani...





Album Review : Divine Fits

" A Thing Called Divine Fits "



Divine Fits, l'inattendu. Ce groupe est celui de Britt Daniel connu pour être le très charismatique leader de Spoon. Il est aussi celui de Dan Boeckner, membre de Wolf Parade et ancien membre de Handsome Furs. Enfin, il est celui de Sam Brown, membre de l'inconnu New Bomb Turks. Si ces trois artistes sont issus de villes et d'univers musicaux différents - parlons d'un Los Angeles-Montreal band -, le territoire 'indie' est définitivement leur point commun.

Divine Fits a écrit la grande majorité de ces titres en étant réuni, sans trop de préparation en amont. Le résultat ? Des titres superbement déstructurés où la libre imagination des membres du groupe produit de très belles pièces. Loin des 'super-groupes' où chaque membre, empli de son égo, ne cherche qu'à apporter sa marque, Divine Fits forme un tout terriblement cohérent.

Incontestablement, Divine Fits représente le meilleur de ces trois artistes. Le rock lo-fi de Wolf Parade et celui bien plus électronique de Handsome Furs, alliant des titres très attachés aux années 70, se marie merveilleusement à la puissance pop-rock de Spoon. La clé de cet album demeure la voix de Britt Daniel et lorsque se dernier mène la danse, le fonds de psyché lo-fi que produisait Wolf Parade vient sublimer le tout. Les titres sonnent alors telle la grande époque des frères Gallagher, version saturée. Lorsque Dan Boeckner tient la barre, plus de banalité reprend le dessus. Voici les titres qu'il ne faut absolument pas manquer, place à la critique détaillée :



  • My Love Is Real : L'un des moins bons titres de l'album, dommage que ce soit celui introductif. Ce faux revival des années 80 n'est pas fidèle à l'univers de l'opus, sûrement trop proche de celui d'un Wolf Parade mutant. Non pas que ces quelques minutes soient mauvaises, mais le sentiment que ce titre n'a pas sa place ici demeure.
  • Flaggin a Ride : C'est avec une parfaite maitrise que Divine Fits nous délivre ce second titre où la voix de Britt Daniel, pour la première fois depuis de long mois, résonne à nouveau. "Flaggin a Ride" s'impose comme l'un des meilleurs titres de l'opus. Qu'il est jouissif de se trouver en sa compagnie, Divine Fits s'en trouve immédiatement grandi. Et ce final, façon "Written in Reverse", si prenant ... On se rapproche même de l'univers d'El Camino des Black Keys, c'est dire.
  • What Gets You Alone : Gagnant en maturité d'écoute en écoute, c'est une fois ces trois minutes lancée qu'il devient difficile de s'en éloigner. Ce titre est à mi chemin entre indie pop tout juste colorée et une pop plus incisive, et c'est bon.
  • Would That Not Be Nice : Avec "Flaggin a Ride" et "Shivers", ce morceau est l'autre perle de ce A Thing Called Divine Fits. Une fois encore, c'est Britt Daniel qui mène les débats, accompagné de guitares très surprenantes. Décapant.
  • The Salton Sea : Un titre très saccadé comme Spoon sait si bien en produire. "The Salton Sea" manque toutefois de variations et le catchy des premières écoutes risque de vite lasser. Une fois cette réserve émise, disons simplement qu'il est idéal pour se donner un bon coup de boost.
  • Baby Get Worse : Idéalement placé sur la maquette, "Baby Get Worse" se révèle être une pièce centrale au tournant du genre des deux leaders du groupe. Incontestablement, c'est lorsque la voix de Britt Daniel arrive, en toute fin, que ce morceau prend tout son sens.
  • Civilian Stripes : Une guitare acoustique pour accompagner Dan Boeckner au chant, l'une des mélodies les plus entêtantes de l'album, voici bien un autre titre intéressant. Je le déconseille toutefois aux plus gros buveurs de café, le riff très rythmé et répétitif pourrait bien vous procurer d'étranges sensations.
  • For Your Heart : Une plongée dans l'univers très futuriste du groupe, un titre progressif - le plus long de l'album - où l'on regrette que la batterie n'est pas un rôle plus important. On imagine d'ores et déjà le potentiel de ce morceau en live.
  • Shivers : Une fois encore, c'est lorsque la voix de Britt Daniel résonne que Divine Fits produit ce qu'il y a de meilleur. Le lo-fi de Wolf Parade y transparait agréablement et "Shivers" se révèle l'un des meilleurs titres de l'opus. De l'aveu du groupe, ce titre est celui qui suscite le plus de réactions lorsquil se produit sur scène. Pas étonnant.
  • Like Ice Cream : Ce titre n'est pas le plus évident de l'opus mais plusieurs écoutes en profondeur révèlent un morceau progressif qui illustre merveilleusement la méthode de création de Divine Fits : la musique semble aller là ou elle désire, nous emmenant avec elle. La guitare résonne comme celle de "Transference", le dernier opus de Spoon, un plaisir !
  • Neapolitans : Titre le plus expérimental de l'album, les élucubrations des trois artistes prennent alors forme en un morceau pour le moins inattendu qui ne manque pas d'être très intéressant. La batterie fait l'essentiel du travail, intriguant.

A Thing Called Divine Fits, que personne n'attendait, se révèle une très bonne surprise. Trois titres, "Flaggin a Ride", "Would That Not Be Nice" et "Shivers" frôlent l'excellence. Dès lors, que demander de plus ? C'est toujours un plaisir que d'entendre les créations de Britt Daniel et Divine Fits ne déroge pas à la règle. Tâchons de ne pas oublier que d'autres titres sont également très bon, à l'image de "Like Ice Cream" ou "Neapolitans".

Notons que c'est finalement le groupe lui-même qui défini le mieux sa musique, un mélange "d'amour véritable, d'auto-stop, de beurre de cacao et de distances émotionnelles qui arriverait lors du tomber du rideau". C'est que ça en devient presque philosophique. Alors, à défaut de comprendre véritablement cette description, reportons-nous à ces excellentes minutes que nous réserve A Thing Called Divine Fits.




Note : 7,8 / 10 (barème)



Liens afférents :

You Might Also Like

0 commentaires