Valeur sûre : Beady Eye - Different Gear, Still Speeding (BritPop)

Beady Eye , " Different Gear, Still Speeding ", sorti le 28 février 2010, avant-hier se...



Beady Eye, "Different Gear, Still Speeding", sorti le 28 février 2010, avant-hier seulement. Cet album va plaire. Peu nombreux seront ceux à ne pas aimer la musique que propose Liam et ses compères, débarrassés de Noel. Still in Rock va plus en loin en attribuant une excellente note à ce "Different Gear, Still Speeding", un album avec des paroles simples mais ô combien efficaces, un album qui marque le retour en force de la scène anglaise, un retour très BritPop pour ces Beady Eye qui assume à merveille leur statut.


Ce qu'il faut constamment garder en tête à l'écoute de cet opus :


1. Chaque titre pourrait faire un tube planétaire s'il était présent sur un autre album où d'autres ne viennent pas le concurrencer.


2. Nous sommes en 2011 et la BritPop vient de renaître sous nos yeux. Les amoureux des Beatles qui avaient ensuite continué leur route avec Oasis (et non pas Blur) trouvent aujourd'hui une relève digne de ces grands noms.


3. Beady Eye étaient attendu comme les nouveaux Oasis, ils signent ici un album meilleur que ce qu'a pu faire Oasis en un seul album. Reste à savoir s'ils garderont le cap, en attendant, délectons-nous de ce qui nous est offert.



Les références sont nombreuses à l'écoute de cet opus, Beatles, Stones, Oasis (bien entendu), Led Zeppelin. Il est dur de prendre du recul sur cet opus après si peu d'écoute, car à ne pas en douter, il sonnera encore mieux dans quelques mois, chacun des titres nous semblera avoir toujours existé. Cette heure de musique sera la nôtre. Lorsqu'on pense Beady Eye, on pense à tous ces grands noms de la musique, et la comparaison s'impose.


Still in Rock connait trop les grincheux (peut être le somme nous le plus, chaque artiste non évoqué ici étant considéré comme une catastrophe) pour ne pas savoir ce qu'ils vont avancer. Que le son de cet opus soit "déjà entendu" n'est pas un argument valable, comment critiquer l'album sous cet angle lorsqu'on concède à dire que les Beatles avaient le même son. Ce sont les Beatles, l'un des plus grands groupes de l'histoire, wake up. Ainsi, que la comparaison tourne à l'avantage de Beady Eye ou pas, une question demeure, quel groupe peut se vanter en 2011 d'un tel statut ?


En somme, 2011 fait apparaitre deux types d'albums, ceux extrêmement novateurs (ce que Still in Rock encourage, la pure créativité), et ceux (celui) de la trempe d'anciens grands opus, beaucoup s'essayant aussi à cette seconde catégorie, tous échouant au pied du mur. Tous, ou presque ...

  • Four Letter Word : Tonitruant. Les divers instruments à cordes présents sur ce titre se couplent à merveille, la voix de Liam est à la hauteur de ses revendications de grand chanteur. Le solo de guitare est splendide, voilà qui promet des lives de qualité.
  • Millionaire : une introduction country qui colle à merveille à la pochette de cet opus. La voix de Liam est dédoublée sur plusieurs pistes, l'influence des Beatles est évidente. Un bon groove, une chanson de pop décomplexée, un beau titre.
  • The Roller : "c'est à l'évidence un son très pop dans les cordes de ce que sait faire à la perfection (mieux que toute autre personne, Noël y compris) Liam Gallagher". Ce titre tire l'album vers le haut, impossible de ne pas aimer. Certains seront sous le charme maximal.
  • Beatles & Stones : une introduction moins réussie que sur les précédents titres pour une chanson finalement un poil en deçà. Il faut dire que le titre est très évocateur, sûrement trop.
  • Wind Up Dream : un basique. Le "Comon" des frères Gallagher (celui de Liam ?), un double refrain, quelques riffs, un solo d'harmonica, un ticket d'avion pour la Louisiane (où les marécages de Manchester, au choix).
  • Bring The Light : le premier titre dévoilé il y a quelques semaines de cela, le premier son ayant fait exister Beady Eye. Still in Rock écrivait ces quelques mots à la sortie de cette chanson : "Aussi pop que rock (Britpop, assurément), aussi facile d'écoute que de bons présages pour l'album à venir, Beady Eye, c'est aussi prometteur que l'était Oasis à ses tout débuts (si si, allez écouter les premières d'Oasis, vous serez surpris).". Nous maintenons et confirmons, Beady Eye ont un premier album de qualité, meilleur que le premier d'Oasis, sans conteste.
  • For Anyone : autre hommage aux Beatles. Nos grands pères sans hésitations aucunes y trouveront la signature des 4 hommes de Liverpool. De notre avis, un bon titre de plus qui apporte sa pierre à l'édifice. Pas transcendant certes, mais qu'on se le dise : écouter For Anyone, c'est jouissif, un tel son en 2011 se fait trop rare.
  • Kill For A Dream : un titre à la Oasis. Dès lors, on se questionne. Était-ce Liam le véritable, seul et unique génie de Oasis ? Cette chanson est géniale, cette chanson est transcendante, cette chanson restera dans les mémoires. Le meilleur titre de l'album (au côté de "The Morning Son"), des paroles simples et évocatrices pour une mélodie indémodable. C'est grand.
  • Standing On The Edge Of The Noise : Un titre pas indispensable à l'album, l'avoir écarté eut été une bonne idée. Non pas que ce soit mauvais, mais en rien n'améliore la qualité du disque.
  • Wigwam : Il en va de même pour Wigwam, ce pendant les deux premières minutes. Et puis l'esprit des Led Zeppelin fait son apparition. Une monté en puissance que trop peu ose se permettre.
  • Three Ring Circus : Branchez vos enceintes, casque, et chaines stéréo dignes de Woodstock, ce titre va vous faire vibrer. Une preuve ? Écoutez ce final d'exception.
  • The Beat Goes On : John Lenon, sort de ces corps.
  • The Morning Son : Quel titre ! Une belle claque, le dernier titre de l'album officiel, une merveille à la hauteur de "Kill For A Dream", une merveille dotée d'un final époustouflant, une merveille qui fait d'ores et déjà partie des meilleurs titres de 2011.
  • Sons of the Stage (Bonus) : l'un des titres les plus rock de l'opus. Ça décoiffe comme rarement, la voix de Liam est légèrement poussée, les guitares saturées à souhait, le tout pour un titre grandiose (qu'il est dur de trouver de nombreux qualificatifs pour cette fin de critique ou tant on déjà étaient employés).

  • World Outside My Room (Bonus) : et un final à la Beatles qui vient parfaire un très très grand album. Inlassable, inclassables, parfait.


Ces papas du rock viennent donner une bonne leçon d'humilité à la jeunesse et pourraient leur dire : " continuez vos études encore un peu, en attendant, nous, on écrit de la musique comme jamais vous ne le pourrez, de la musique qui instantanément devient "classique", des titres forts et accrocheurs, nous, on écrit du Beady Eye. "


Note : 7,9 / 10 (barème ici)


(mp3) Beady Eye - The Morning Son

(mp3) Beady Eye - World Outside My Room (Bonus)



Liens afférents :

Acheter le vinyle édition limitée

Article de présentation de Beady Eye


You Might Also Like

2 commentaires